skip to Main Content

Résistance

Ils n'avaient pas le mot "non" dans leur langue   Les habitants d'un pays étaient soumis en esclavage pour ne pas savoir prononcer une seule syllabe  : Non.   (Plutarque, cité par Montaigne, histoire inspirant peut-être Etienne de la Boétie (De la servitude volontaire, 1576)... et Edwy Plenel (Dire non, éditions Don Quichotte,2014)   Acte de résistance "Un homme, lors de la Deuxième Guerre mondiale, en Italie, un jour s'est plié en deux. Impossible de le remettre droit, de jour…

Avoir du souffle

Du souffle dans ce que l’on fait. Un enseignant demande à trois étudiants. «Que faites-vous ? »  Le premier lui dit « je travaille un cours»,  le second  lui dit «je travaille un des cours de ma formation »,  le troisième lui  répondit «c’est un des cours de ma formation qui contribue peut-être aussi à m’interroger  sur ma  future profession, sur la société dans laquelle je vis et sur celle que je voudrais contribuer à construire. ( conte proposé par l’auteur de ce site.)  Résister aux…

Imagination

Imagination Un homme légua dix-sept chameaux à ses trois fils. Il avait légué la moitié à l’aîné, le tiers au cadet et le neuvième au plus jeune. Les trois fils entreprirent de diviser leur héritage mais ne purent trouver une solution. Dix-sept n’étant divisible ni par deux, ni par trois, ni par neuf les fils finirent par consulter une vieille femme connue pour sa sagesse. Après avoir réfléchi elle dit: « Voyez ce qui se passe si vous prenez mon chameau ».…

Amour

Amour.  Un mandarin était amoureux d’une courtisane. Elle lui dit «  je serais à vous lorsque vous aurez passé cent nuits sous ma fenêtre à m’attendre, assis sur un tabouret. »  A la 99ème nuit le mandarin prit son tabouret  sous le bras et s’en alla. (Histoire racontée par le philosophe Roland Barthes)   (Commentaire de l’auteur du site : peur de décevoir, ou d’être déçu,ou volonté de ne pas se soumettre,ou refus de rencontrer une femme autoritaire, ou une autre femme entrevue…

Fraternité

Fraternité. Sur un chemin  je croise  une petite fille qui porte sur le dos son tout jeune frère. Je lui dis « tu  en as un lourd fardeau ! ».Elle s’arrête, me regarde et me répond « çà n’est pas un fardeau, Monsieur, c’est mon frère !! ». Depuis ce jour, quand la peine des hommes m’accable et que le courage commence à partir, je me dis «çà n’est pas un fardeau que tu portes, c’est ton frère ».  (  conte  proposé par l’Association Acat) Fraternité  encore et encore.  Un…

Solidarité

Solidarités mystérieuses (Des personnes disparues ou un dieu ou Dieu  ou… ?) Au soir de sa vie un homme se retourne et voit ses pas sur le sable, ils sont entourés d’autres pas, quelquefois  nombreux, mais de temps en temps il  constate que ses pas sont seuls sur la plage de sa vie.  Il se dit tristement  «  j’étais seul, personne n’était là pour m’accompagner. » Il entend alors une voix qui lui dit « va voir tes pas !».  Il approche et découvre…

Humanité

Humanité. Un empereur demande à de nombreux savants de lui écrire l’histoire de l’humanité.  Au bout de dix années ils reviennent avec dix volumes, « c’est trop long » dit l’empereur »,  au bout d’un an ils reviennent avec un gros volume, « c’est trop long » dit l’empereur,  au bout d’un mois ils reviennent avec une page, « c’est trop long » dit l’empereur.  Au bout d’une heure  ils donnent à l’empereur une petite feuille. « Merci »  dit l’empereur.  Il était écrit : « l’homme nait, aime, souffre, lutte et meurt ». ( conte reconstitué par…

Courage

  Courage. Un fermier voulait condamner son puits. Son chat(ou son âne, au choix) étant tombé dedans, il décide aussi de s’en débarrasser.  Avec son voisin ils commencent à boucher le puits, le chat miaule à chaque pelletée  de terre puis il se tait. Les deux hommes se penchent et voient que le chat se secouait à chaque pelletée, arrivant assez haut il bondit et partit cahin-caha. Ainsi dans nos vies des évènements peuvent  nous «  tomber sur le dos »,  le…

Blessures et joies

Blessures et joies.  Deux amis marchent dans le désert, ils se disputent, l’un donne une  gifle  à l’autre qui écrit alors sur le sable : « mon ami m’a donné une gifle». Une oasis leur permet de se baigner, l’un sauve l’autre qui allait se noyer, celui-ci écrit sur la pierre « mon ami m’a sauvé. »  « Pourquoi as-tu fait ainsi ? » lui demande celui qui l’avait giflé puis sauvé.  L’ami répondit : «Ne faudrait-il pas écrire nos blessures sur le sable ? Les vents du pardon et le temps…

Humilité

 Humilité.  Peu de temps avant sa mort les élèves venaient remercier le maitre  philosophe pour son œuvre.  Il leur dit : « Et pourtant la chose la plus importante je ne l’ai pas comprise. »  « Quelle est cette chose ? » lui demandent les élèves.  Il répondit  «  C’est précisément cela que je ne sais pas. »  ( histoire  racontée par Robert Maggiori).  

Lenteur et rapidité

    Lenteur et rapidité.   Comment tenir compte de la lenteur et de la rapidité ? Tchouang-Tseu était un peintre extraordinaire. L’Empereur lui demanda de réaliser un crabe. Tchouang-Tseu accepta à condition d’avoir cinq ans pour le faire et de nombreux serviteurs ainsi qu’une maison. Au bout de ce temps la peinture n’était pas commencée, il réclama cinq ans de plus. Au dernier jour l’Empereur arriva et, en un instant, Tchouang-Tseu peignit le crabe le plus beau que l’on eût…

Développement,croissance,décroissance

Développement, croissance, décroissance.   Un touriste voit un pêcheur qui se repose sur la plage sous son chapeau.  Il lui demande : « vous ne travaillez pas ? »  «  Si, lorsque j’ai faim je vais prendre quelques poissons. »  « Vous pourriez travailler toute la journée. » « Pour quoi faire ? » « Pour vendre beaucoup de poissons. »  « Pour quoi faire ? »  « Vous auriez d’autres bateaux   et plus d’argent. »  « Pour quoi faire ? » « Pour prendre des vacances et  vous reposer au soleil. »  «  Ah bon ! » dit le pêcheur, et il se rendormit…