Je ne crois pas à l’âge.

 

Tous les vieux
portent
dans les yeux
un enfant,
et les enfants
parfois
nous observent
comme des vieillards profonds.

 

Mesurerons-nous
la vie
en mètres ou kilomètres
ou mois ?
Et depuis que tu nais ?
Et tout ce que
tu dois parcourir
jusqu’à ce que
comme les autres
au lieu de marcher dessus
nous reposions sous la terre ?

 

De l’homme de la femme
qui ont assumé
actions, bonté, force,
colère, amour, tendresse,
de ceux qui véritablement
vivants
se sont épanouis
et dans leur nature ont mûri,
n’approchons pas, nous,
la mesure
du temps
qui peut-être
est autre chose, une couche
de minerai, un oiseau
planétaire, une fleur,
autre chose peut-être,
mais pas une mesure.

 

Temps, métal
ou oiseau, fleur
au long pétiole,
étale-toi au long
des hommes,
fleuris-les
et lave-les
d’une
eau
ouverte
ou d’un soleil caché.
Je te proclame
chemin
et non linceul,
escalier
pur
à marches
d’air,
costume sincèrement
remis à neuf
pour de longitudinaux
printemps.

 

Maintenant,
temps, je t’enroule,
je te dépose dans ma
boîte sylvestre
et je m’en vais pêcher
avec ta longue ligne
les poissons de l’aurore !

 

 

Pablo Neruda

Troisième livre des Odes
Ode à l’âge,
Gallimard, 1978

(Commentaire de l’auteur du site :

Merveille des merveilles ! )

mai 11, 2014 Poèmes

Liste de poèmes bien- aimés  (ci-dessous par écrit et en audio) :

Je crois en l’homme- Lucien Jacques-   ( malgré  tout ( !!) croire en l’homme)

Il faudra bien mille ans – Marie-Claude Betbeder (  pour  soutenir des luttes et leurs espoirs )

Ce n’est pas vrai que tout amour décline- Eugène Guillevic (l’amour de l’autre au milieu des autres)

J’étais allé, mendiant de porte en porte,- Rabindranah Tagore  (donner…)

Je ne crois pas à l’âge- Pablo Neruda ( sur le temps)

J’étais allé, mendiant de porte en porte, sur le chemin du village lorsque ton chariot d’or apparut au loin pareil à un rêve splendide et j’admirais quel était ce Roi de tous les rois!

Mes espoirs s’exaltèrent et je pensais : c’en est fini des mauvais jours, et déjà je me tenais prêt dans l’attente d’aumônes spontanées et de richesses éparpillées partout dans la poussière.

Le chariot s’arrêta là où je me tenais. Ton regard tomba sur moi et tu descendis avec un sourire. Je sentis que la chance de ma vie était enfin venue. Soudain, alors, tu tendis ta main droite et dis : « Qu’as-tu à me donner ? »

Ah ! quel jeu royal était-ce là de tendre la main au mendiant pour mendier ! J’étais confus et demeurai perplexe ; enfin, de ma besace, je tirai lentement un tout petit grain de blé et te le donnai.

Mais combien fut grande ma surprise lorsque, à la fin du jour, vidant à terre mon sac, je trouvai un tout petit grain d’or parmi le tas de pauvres grains. Je pleurai amèrement alors et pensai : « Que n’ai-je eu le coeur de te donner mon tout ! »    

 

 Rabindranath Tagore,L’Offrande lyrique,1913,traduction de l’anglais(Inde) par André Gide,Collection Blanche,Gallimard,1914.

L’Offrande lyrique,suivi de La Corbeille de fruits,1ère parution 1963,traduit de l’anglais(Inde) par Hélène Du Pasquier et André Gide,Collection Poésie,Gallimard,1971.

(Commentaire de l’auteur du site:le don magnifiquement partagé par l’une des plus belles expressions universelles,celle des poèmes de Tagore.)

 

[audio

 

Je crois en l’homme,cette ordure

je  crois en l’homme, ce fumier,                                                   

ce  sable mouvant, cette eau morte.                                        

Je crois en l’homme,ce tordu,                                                     

 cette  vessie de vanité,                                                            

je  crois en l’homme, cette pommade, 

 ce  grelot, cette plume au vent,

 ce  boutefeu, ce fouille-merde,

Je crois en l’homme, ce lèche-sang.

 Malgré tout ce qu’il a pu faire

 de mortel et d’irréparable,

 je crois en lui, 

pour la sûreté de sa main,

pour son goût de la liberté,

 pour le jeu de sa fantaisie,

 pour son vertige devant l’étoile.

 Je crois en lui pour le sel de son amitié,

 pour l’eau de ses yeux, pour son rire,

 pour son élan et ses faiblesses.

 Je crois à tout jamais en lui

 pour une main qui s’est tendue,

 pour un regard qui s’est offert.

 Et puis surtout et avant tout

pour le simple accueil d’un berger. »

Lucien Jacques (Tombeau d’un berger, 1953, republié par les éditions Alpes de Lumière, 1999), «  Je crois en l’homme » :

(Commentaire de l’auteur du site :                                          

Terrible et merveilleux poème,

malgré tout (!!!) croire en l’homme…

Quand elle existe, d’où vient cette force ?)

 

 

octobre 17, 2013 Poèmes

                                        

Il faudra bien mille ans

Pour que notre chair commune                            

Nos millions de ventres

Notre douleur béante

Nos révoltes et nos révolutions

Nos morts inutiles

Nos plans de lutte

Nos efforts d’un instant après l’autre                                                                                 

Notre patience et nos colères                                                                                             

Nos vies fugitives

–Je me lève et je te passe la flamme,                       

Je pleure de rage et d’espoir–                                     

 

Il  faudra bien mille ans pour que

 Nos vies anneau après anneau                                                                                                                                                                                                     

 Nos vies   maille   après maille

Nos corps tissés ensemble

Arc boutés

Accouchent

Du soleil. »

 

(inédit, revue La Lettre, août 1981)

Marie Claude Betbeder

(Commentaire de l’auteur du site :

magnifique  poème pour soutenir des luttes et leurs espoirs)

 

 

octobre 17, 2013 Poèmes

[audio

 

« Ce n’est pas vrai                                                    

Que tout amour décline                                          

 C e n’est pas vrai

Qu’il nous donne au malheur                         

 C e n’est pas vrai

Qu’il nous mène au  regret,

 Quand nous voyons à deux

 La route vers l’avenir,                                   

Ce n’est pas vrai

Que tout amour dérive                                               

Quand les forces qui montent                       

Ont besoin de nos forces,                                                         

 Ce n’est pas vrai                                              

Que tout amour pourrit

Quand nous mettons   à deux

 Notre force à l’attaque,

Ce n’est pas vrai

Que tout amour s’effrite

Quand le plus grand combat

 Va donner la victoire,

Ce n’est pas vrai du tout

Ce qu’on dit de l’amour

Quand la même colère

 A pris les deux qui s’aiment,

Quand ils font de leurs  jours,

 Avec les jours de  tous,

Un amour et sa joie. 

Eugène Guillevic

Gagner, Gallimard, 1949 

 

(Commentaire de l’auteur du site :

l’amour de l’autre au milieu des autres,

poème merveilleux  pouvant inspirer,

par exemple, le départ d’un couple dans la vie)

 

 

 

octobre 17, 2013 Poèmes