skip to Main Content

L’essentiel.

 Un sage demande à des personnes « Voilà un bol plein de cailloux, puis-je y mettre autre chose ? », 

«  Non » répondent-elles.

 Il ajoute du sable,

 «  Puis-je y mettre autre chose ? »

 « Non » répondent-elles.

 Il ajoute un peu d’eau puis demande : « Quelle est la philosophie de ce que je viens de faire ? »

 Les uns disent « il faut remplir sa vie jusqu’au bout »,

 d’autres  affirment «  il faut profiter de chaque moment de sa vie… »

Le sage ajoute : « N’oublions pas dans nos vies de mettre d’abord l’essentiel, puis l’important puis le secondaire. Essayons avant tout de déterminer ce qui est pour nous essentiel. »  

(  conte entendu et reconstitué par l’auteur du site)

 L’essentiel  et  la mythologie.  Daphnis es-tu là ?

 Un étudiant demande à son enseignant « Vous semblez aimer la mythologie grecque et romaine, comment, à partir  d’elle, nous diriez-vous ce qui est pour vous essentiel dans nos vies? »

Après un long   silence l’enseignant répondit :

J’aimerais pour chacun, chacune, pour tous et toutes, que l’essentiel  entre  dans  nos vies, comme on accueillerait  une nouvelle personne dans une ronde, par exemple une ronde à quatre.

  Voilà Sisyphe, condamné à rouler une roche au sommet d’une montagne, elle redescend et il doit toujours la remonter, ainsi  sont  dans nos vies   les  répétitions,

 Voilà Prométhée, qui  dérobe le feu aux dieux pour le donner à l’homme, ainsi   sont dans nos vies  les créations,

Voilà Castalie, nymphe métamorphosée en fontaine inspiratrice, ainsi  sont dans nos vies   l’enthousiasme et l’imagination,

 Voilà Hygiée, déesse qui soutient  la force des êtres vivants, ainsi  sont dans nos vies  la santé, le soulagement ou la guérison des douleurs,

La ronde des quatre commence ou continue, mais ils découvrent  que  quelqu’un d’essentiel  leur manque. Ils le veulent, ils l’appellent, le voilà.  

 Apparait Daphnis, berger, chanteur, poète et musicien, remarquable   de beauté et de sagesse, apprenant à tous le respect des hommes et de la nature, et qui, admis dans l’Olympe, prit sous sa protection les pasteurs et les troupeaux, il fut chéri  et des dieux et des êtres humains et du vivant.

  Ainsi dans nos vies, si nous pensons qu’il doit en être ainsi,  accueillerons-nous cette part  de l’essentiel ?

 (Conte proposé par l’auteur de ce  site.) ( voir aussi sur Daphnis  de P. Commelin, Mythologie grecque et romaine,Pocket,1994, pages 187 et 188.)