Histoire des relations internationales de 1945 à nos jours

Print Friendly

 

Synthèse de l’histoire des relations internationales

                                 de 1945 à nos jours ( mise à jour le 20-9-2017),   72 ans…)

 

 Il n’est pas toujours évident  de trouver des synthèses qui se veulent globales de l’histoire des relations internationales. A  la dimension politico-stratégique qui domine souvent l’historique,  on  ajoutera l’évocation  même rapide d’autres dimensions (économiques,  scientifiques, juridiques, écologiques, sanitaires, démographiques, sociales, culturelles…) .L’auteur du blog est reparti  ici  de son ouvrage  de « Relations internationales »(éditions Ellipses) en ajoutant  des  développements  allant dans ce sens et bien sûr des mises à jour nécessaires.

 Introduction.

 

1-  Le passé comme expérience ne peut-il pas contribuer à éclairer le présent agissant et l’avenir comme « horizon de responsabilité »? Alexis de Tocqueville avait écrit « Quand le passé n’éclaire plus l’avenir l’esprit marche dans les ténèbres »:  cette affirmation se vérifie  oh combien! Mais, en même temps, certaines réalités, telles que la techno science, le marché mondial, la débâcle écologique ne sont pas toujours éclairées par le passé… et leur accélération complique les situations.Les lumières ne sont pas faciles à trouver et les remises en cause paraissent parfois insurmontables.

2-  Et puis, avant de plonger dans  cette synthèse,une  question est toujours présente : mais enfin qui fait l’histoire?

Répondre que ce sont les grands hommes,ou les peuples ou « tout le monde » voilà qui témoigne de trois positions certes  rapides mais très différentes.

On peut aussi mettre en avant les marges de manoeuvres des acteurs, du plus petit au plus puissant.

On peut également distinguer les types d’histoires selon les domaines, ainsi tout à tour les acteurs de l’histoire politique, économique,scientifique, militaire,écologique, culturelle…

On peut aussi raisonner en termes de mécanismes et de contre-mécanismes d’un système productiviste devenu terricide et humanicide et examiner les acteurs qui agissent dans le sens des « reproductions »,des « ruptures » ou des « entre deux » du système productiviste.On peut pour chaque acteur,du plus petit au plus grand, remplir ces trois colonnes par rapport à la paix,la justice,la démocratie,l’environnement.

On peut également raisonner en termes de dominations et examiner, à chaque époque dans des lieux plus ou moins vastes, les dominants et les dominés.Aujourd’hui les dominants s’appellent les marchés financiers,les firmes multinationales,les complexes de la techno science, les complexes scientifico militaro industriels,les grands groupes médiatiques,les pays du  G20,le FMI,l’OMC,quelques organisations régionales dont l’Union européenne,sans oublier bien sûr les hommes… même si la libération des femmes voit peu à peu le jour.

Pour aller vers une analyse se voulant plus globale,critique et créatrice, de cette  question « qui fait l’histoire? » on pourrait dire qu’il s’agit vraisemblablement de mélanges ,dans des proportions variables selon les lieux et les périodes,de trois séries d’acteurs : des hasards(« le géant hasard « comme l’appelait Nietzsche),des nécessités (cette  catégorie floue n’est pas neutre,elle  peut comprendre par exemple des autoreproductions du système productiviste, des temps de reconstitutions d’écosystèmes ), des volontés (celles des dominants et des dominés cela  à tous les niveaux géographiques,à resituer par rapport à leur rôle dans le système productiviste).

  Quelque soit l’analyse choisie(une de celles ci-dessus ou d’autres) pour répondre à la question trois éléments qu’on ne peut passer sous silence sont aujourd’hui présents si on veut s’approcher d’un certain sens des ensembles : l’accélération du système mondial , la complexité de ce système et les situations de certains de ses éléments atteignant écologiquement des seuils d’irréversibilités.

 3-  En exergue  si on nous demandait,  arbitrairement, de ne retenir de 1945 à début 2015 seulement que deux évènements symboliques, l’un symbolique d’un monde dramatique, ce serait  les 6 et 9 août 1945, le lancement des bombes atomiques(Hiroshima,Nagasaki), l’autre symbolique d’un monde d’espoir, ce serait le 9 novembre 1989, la sortie de Yalta (chute du mur de Berlin).

 

4- Du point de vue politique le critère dominant est celui des rapports entre les Etats. De 1945 à 1991 c’est le « duopole » des Etats-Unis et de l’Union soviétique, les deux « super-grands », « un seul lit pour deux rêves » disait un premier ministre chinois. De 1991 (implosion de l’Union soviétique en 15 Etats) à nos jours, les Etats-Unis se retrouvent « hyper-puissance », mais n’est-ce pas aussi l’arrivée  des pays émergents, en particulier de la Chine, sur la scène internationale ?

 

 5-  Du point de vue global le système international ne s’enfonce-t-il pas dans une crise radicale,  écologique, économique, sociale, politique, culturelle ? N’est-ce pas la crise du système productiviste ?  (Sur  » le système international productiviste  » voir les billets   sur ce blog)

 

6- Trois grandes périodes seront synthétisées, dans la première (I) (1945-1964) nous résumerons quatre sous-périodes, dans la seconde (II) (1964-1989) puis dans la troisième (III) (1989 à nos jours),  nous résumerons à chaque fois  deux sous-périodes.

 Chaque « résumé »  soulignera les éléments primordiaux de chaque sous-période.

Nous  rappellerons ensuite « des  évènements  essentiels» reposant sur une énumération globale sans prétendre à l’exhaustivité.

 

 

I–  De la Conférence de Yalta à la guerre du Vietnam (1945-1964)

 

 

A- La formation des blocs (1945-1947)

 

            1) Le résumé :

 a) L’ère nucléaire s’ouvre dramatiquement en 1945. Cette sous-période est celle de « la paix manquée » puisque l’Europe va se séparer en deux. Deux blocs se constituent : d’une part les Etats-Unis à la tête du « monde libre » c’est-à-dire l’Ouest, d’autre part l’Union soviétique à la tête « du camp anti-impérialiste » c’est-à-dire l’Est.

b) Certes les Nations Unies ont vu le jour, mais les conférences de l’après-guerre témoignent du partage du monde entre Etats  dominants en 1945 (qu’on retrouve d’ailleurs membres permanents du Conseil de sécurité.)

       2) Des évènements essentiels

Il y avait eu l’avancée de juillet 1944 à travers les Accords de Bretton Woods (système monétaire international, Fonds monétaire international, Banque mondiale), l’Union soviétique cependant n’y participait pas.

La Conférence de Yalta (4 au11 février 1945 en Crimée) est une forme de « partage du monde » entre Roosevelt, Churchill et Staline. Viennent  ensuite la capitulation de l’Allemagne (8 mai 1945 à Berlin), la création des Nations Unies (Charte de San Francisco, 26 juin 1945), la Conférence de Potsdam (en juillet 1945 entre Truman, Churchill et Staline) où ce partage du monde continue.

C’est l’envoi terrifiant et apocalyptique  des bombes atomiques par les Etats-Unis sur Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945, ces armes ouvrent l’ère nucléaire. Albert Camus écrit « La civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie(…) Ce n’est plus une prière mais un ordre qui doit monter des peuples vers les gouvernements, l’ordre de choisir définitivement entre l’enfer et la raison. »Jean-Paul Sartre affirme de son côté « Désormais nous savons que chaque jour peut être la veille de la fin des temps ». Jean Rostand écrira « Accepter l’arme atomique c’est se rendre complice, par nonchalance ou passivité, du plus abominable forfait que l’homme ait jamais prémédité contre l’homme. »

 Voilà le procès de Nuremberg (novembre 1945 à décembre 1946) qui juge et condamne des responsables des crimes nazis, en particulier bien sûr de l’horreur des camps de concentration.

Voilà les pays du « rideau de fer », ainsi nommés par Churchill en mars 1946, c’est-à-dire sous domination soviétique. La Conférence de Moscou (avril 1945) échoue et précipite la coupure des deux Allemagnes et  la guerre froide.

 Voilà le premier ordinateur en 1946,(avant cela : en 1877 le téléphone,en 1920 les premières émissions régulières de radio,et en  1926 la télévision).

 

B- La guerre froide (1947-1953)

 

            1) Le résumé :

a) La guerre froide va de la doctrine Truman (mars 1947), qui ouvre une politique d’aide à l’Europe pour « endiguer les progrès du communisme », jusqu’à la mort de Staline (mars 1953) (le système totalitaire du stalinisme va de 1929 à 1961 avec les camps de travail puis le Goulag).

 b) La guerre froide c’est l’affrontement que se livrent par pays et peuples interposés les deux« super-grands  » sans en arriver au conflit  nucléaire. Raymond Aron, (auteur d’un  grand ouvrage « Paix et guerre entre les nations »,1962), la résumait en une formule : « paix impossible, guerre improbable ».

 c) Le blocus de Berlin (juin 1948 à mai 1949) marque la guerre froide : l’Union soviétique bloque les voies d’accès terrestres à Berlin-Ouest, les Etats-Unis mettent en place un pont aérien qui permet de ravitailler Berlin-Ouest.

d)  Les guerres israélo-arabes commencent, il y en aura quatre, en 1948, 1956, 1967, 1973, sans compter les opérations militaires de l’armée israélienne au Liban et dans la bande de Gaza.

            2) Des évènements essentiels

  Voilà le plan Marshall (juin 1947,plan d’aide à la reconstruction économique de l’Europe),

voilà le plan de partage de la Palestine adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies en novembre 1947 (33 voix pour, 13 contre,10 abstentions), le plan est rejeté par les pays arabes.

C’est l’indépendance de l’Inde(avec l’action non-violente de Gandhi, »Les générations futures auront du mal à croire qu’un tel homme ait pu exister sur notre terre! » disait Einstein) et du Pakistan le 15 août 1947,

le « coup de Prague » c’est-à-dire la prise du pouvoir par les communistes en février 1948 en Tchécoslovaquie,

la création de l’Etat d’Israël en mai 1948, la première guerre israélo-arabe (de mai 1948 à juillet 1949), le blocus de Berlin-Ouest par les soviétiques (1948-1949),,

le début de la première guerre d’Indochine contre la France ( décembre 1946 jusqu’en mai 1954), la défaite de l’armée française à  Dien Bien Phu(bataille de mars à mai 1954) est suivie des Accords de Genève de juillet 1954.

La Chine, avec Mao Tsé-toung, devient « République populaire » le 1er octobre  1949.

Sont conclues les 4 conventions de Genève sur le droit des conflits armés(12 août 1949).

L’OTAN, organisation militaire sous domination des Etats-Unis, est créée en avril 1949, en mai 1949 c’est la naissance de l’Allemagne de l’Ouest(RFA), en octobre 1949 c’est celle de l’Allemagne de l’Est(RDA).

C’est l’adoption par l’AG des Nations Unies de la Déclaration universelle des droits de l’homme ( DUDH,10 décembre 1948).Le 9 mai 1950, dans le sillage de Jean Monnet, Robert Schuman fait une Déclaration qui donne le jour à la première  Communauté européenne, celle du charbon et de l’acier(CECA,1951), c’est aussi dans le cadre du Conseil de l’Europe (créé en mai 1949 avec 10 Etats membres et 47 en 2013 )que voit le jour la Convention européenne des droits de l’homme en novembre 1950,avec la Cour européenne des droits de l’homme(CEDH) qui deviendra une juridiction essentielle et en elle-même et en inspirant la création d’autres juridictions régionales.

C’est enfin la guerre de Corée de 1950 à 1953, la Corée du Nord avait pris Séoul, capitale de la Corée du Sud, la guerre est accompagnée de 2 millions de victimes et se termine en juillet 1953 par l’armistice (et non pas un véritable accord de paix). En mars 1953 c’est la mort de Staline.

 A l’époque sont des puissances nucléaires dotées de la bombe atomique (bombe A, arme à fission) les Etats-Unis (1945), l’Union soviétique(1949), le Royaume-Uni(1952).

Deviendront ensuite des puissances nucléaires dotées de la même arme : la France(1960), la Chine(1964). D’autre part ont, depuis ce temps, des armes nucléaires atomiques l’Etat israélien(1967),l’Inde (1998) et le Pakistan(1998),les Etats étant au seuil de ces armes sont la Corée du Nord et l’Iran.

Enfin à l’époque ont des armes thermonucléaires (bombe H, armes à fusion) : les Etats-Unis(1952), l’Union soviétique(1953). Deviendront ensuite des puissances thermonucléaires le Royaume-Uni(1957), la Chine(1967), la France(1968)).

En 1949 le roman d’anticipation « 1984 » pose la question du « Big Brother » qui nous regarde, nous surveille et devient synonyme d’une forme de   totalitarisme.

 

C- La fausse détente (1953-1957)

 

            1) Le résumé :

a) Cette sous-période s’appelle souvent «  la détente », en fait il s’agit d’une fausse détente puisqu’il y a certes, d’une part, des discours sur « la coexistence pacifique »…mais

b)…  d’autre part, des affrontements entre les Etats-Unis et l’Union soviétique.

c) Le Tiers-monde arrive sur la scène internationale à la Conférence de Bandoeng(Indonésie) en avril 1955.

            2) Des évènements essentiels

  L’accord de paix sur l’Indochine crée une ligne de démarcation provisoire (le 17ème parallèle) entre les deux Vietnam.

C’est ensuite la Conférence de Bandoeng(ou Bandung) (18 au 24 avril 1955 en Indonésie, 29 pays d’Afrique et d’Asie, avec Nasser, Nehru, Chou En-lai, Soekarno, Sihanouk), elle marque l’arrivée du Tiers-monde sur la scène internationale, elle en appelle à la décolonisation et au non-alignement.

  Voilà l’entrée de l’Allemagne de l’Ouest dans l’OTAN (mai 1955), la création du Pacte de Varsovie en mai 1955, pacte militaire des pays de l’Est sous domination de l’Union soviétique. C’est le 20ème Congrès du PC de l’Union soviétique en février 1956 qui dénonce « le culte de la personnalité » à l’époque de Staline, c’est l’insurrection en Hongrie en octobre 1956 qui fait l’objet d’une répression terrible des forces du Pacte de Varsovie,

c’est enfin la crise de Suez dans laquelle le chef d’Etat égyptien,Nasser, nationalise la compagnie du Canal de Suez(juillet 1956), c’est  la seconde guerre israélo-arabe (octobre 1956 à novembre 1956), et pour protéger le Canal de Suez les franco-britanniques envoient des troupes fin octobre 1956, elles repartiront fin décembre  sur pressions des Etats-Unis et de l’Union soviétique.

 En 1956 voilà … la pilule contraceptive, sept ans après « Le deuxième sexe » paru en 1949. En 1954 c’est le premier poste à transistor.En 1955 « Tristes tropiques » est  l’avertissement d’un grand  anthropologue sur les menaces relatives à l’avenir de l’homme et du vivant. En octobre 1957 l’Union soviétique met sur orbite le premier satellite artificiel (Spoutnik 1).

 

D- Les confrontations localisées (1957-1964)

 

            1) Le résumé :

 a) L’évènement majeur est celui d’une crise gravissime qui éclate entre les Etats-Unis et l’Union soviétique, c’est «  l’affaire des missiles de Cuba » en octobre 1962 qui voit le monde au bord d’une guerre nucléaire.

b) D’autre part les tensions par rapport à Berlin sont toujours présentes.

c)  Les indépendances en Asie et en Afrique se multiplient,

 d)  La Communauté économique européenne(CEE) est  créée par le Traité de Rome le 25 mars 1957 (au départ 6 Etats membres, 28 en  juillet 2013).

            2) Des évènements essentiels

  C’est la création de l’OPEP (pétrole) en septembre 1960,

c’est la construction du mur de Berlin par l’Allemagne de l’Est en août 1961 pour arrêter les habitants qui partaient à l’Ouest,

c’est la première conférence des pays non-alignés en 1961.

Ce sont aussi des indépendances qui interviennent parfois après une guerre , par exemple de 1954 à 1962 en Algérie, ou des indépendances parfois suivies d’une guerre, comme au Congo belge devenu indépendant en juin 1960.

C’est la naissance du couple franco-allemand , fondé par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer en 1963,couple essentiel et en lui-même et pour les Communautés européennes puis l’Union européenne.

C’est enfin la crise de Cuba : un avion espion des Etats-Unis détecte des rampes de lancement de missiles installées à Cuba par l’Union soviétique, le 22 octobre 1962 le président des Etats-Unis,  Kennedy, ordonne le blocus de l’île communiste, blocus qui sera levé le 22 novembre à la suite de la décision de Khrouchtchev de démanteler ces installations nucléaires.

C’est  aussi  l’assassinat de Kennedy en novembre 1963.

 

 

II De la guerre du Vietnam à la sortie de Yalta (1964-1989)

 

A- Des rivalités multiples (1964-1985)

 

            1) Le résumé :

a) Les affrontements entre les Etats-Unis et l’Union soviétique sont nombreux et dramatiques. Il s’agit d’abord de la course aux armements qui atteint son apogée en 1988 (1000 milliards de dollars de dépenses militaires mondiales).

b) Il s’agit ensuite de la guerre du Vietnam (seconde guerre d’Indochine), elle oppose d’une part le Nord Vietnam pro communiste, soutenu militairement par la Chine et l’Union soviétique et d’autre part le Sud Vietnam, soutenu militairement par les Etats-Unis. Cette guerre va de 1964 à 1973, elle est synonyme de souffrances gigantesques ! Les victimes du côté vietnamien sont de 1 million de combattants et de 4 millions de civils, du côté des Etats-Unis 58.000 militaires, s’ajoutent aussi des souffrances physiques, morales ainsi que d’énormes et dramatiques atteintes sanitaires et destructions environnementales  à travers le déversement massif de  « l’agent orange ». Cette guerre est synonyme aussi de « victoire » d’un petit pays sur une grande puissance.

 c) D’autre part des craquements apparaissent dans le bloc de l’Est, ainsi en Tchécoslovaquie en 1968 où « le printemps de Prague » est réprimé,  en Pologne en 1980 la grève du chantier naval de Gdansk et la naissance du syndicat Solidarnosc symbolisent la liberté. Des craquements moindres  à l’Ouest : en mars 1966 la France quitte l’OTAN, Charles de Gaulle veut une France indépendante des deux blocs.

d) Enfin c’est le totalitarisme du génocide du Cambodge (avril 1975 à janvier 1979), de l’ordre de un habitant sur quatre est exécuté, soit près de deux millions sur près de huit millions de personnes, l’horreur de l’horreur !

e) C’est la montée des marchés financiers à partir d’août 1971, fin de la convertibilité du dollar en or, voilà  donc des spéculations sur les monnaies.

            2) Des évènements essentiels

  La guerre du Vietnam avait commencé en fait en 1959 par l’interventionnisme des Etats-Unis au Sud Vietnam (bases militaires, conseillers militaires), en 1964 les Etats-Unis s’engagent dans la guerre au Nord puis au Sud, ils perdent cette guerre qui se termine en janvier 1973 par les Accords de Paris entre les Etats-Unis et le Nord Vietnam. La troisième guerre d’Indochine se poursuit entre les deux Vietnam et se termine par la victoire du Nord Vietnam en avril 1975 (chute de Saigon) et par la réunification du Vietnam procommuniste. En octobre 1971 la Chine entre aux Nations Unies.

Ce sont la troisième (5 au 10 juin 1967 dite «  guerre des six jours ») et quatrième (au mois d’octobre 1973, dite «  guerre du Kippour »)guerres israélos arabes.Le 22-11-1967 est adoptée la résolution 242 du Conseil de sécurité,l’une des plus célèbres des Nations Unies et qui est inappliquée depuis…49 ans. La résolution commence par préciser « l’inadmissibilité de l’acquisition de territoires par la guerre et la nécessité d’œuvrer pour une paix juste et durable permettant à chaque Etat de la région de vivre en sécurité ». Deux principes sont ensuite énumérés : le retrait d’Israël des territoires nouvellement conquis en échange de la cessation de l’état de belligérance ; la reconnaissance de tous les Etats de la région et de leur intégrité territoriale.

C’est la guerre du Biafra (mai 1967 à janvier 1970) dont la sécession au Nigéria est écrasée (2 millions de victimes de la guerre, de la famine, de la soif, et des épidémies),

c’est le génocide du Cambodge mis en œuvre par les  khmers rouges d’avril 1975 à janvier 1979, l’armée Vietnamienne entre alors au Cambodge,elle en partira en avril 1989.

 C’est la suspension de la convertibilité du dollar en or (décision du président des Etats-Unis en août 1971) qui constitue, à travers la spéculation, un pas vers la puissance des marchés financiers. C’est le quadruplement  des prix du pétrole de 3 à 12 dollars le baril, par les pays producteurs du Golfe, en décembre 1973, le second « choc »pétrolier se produit en 1979(chute du Shah d’Iran et guerre Irak-Iran), les prix passent de 13 à 40 dollars le baril,(début 2013 il était autour de 100 dollars).

Voilà aussi la Déclaration sur le nouvel ordre économique international(NOEI) adoptée par l’AG des Nations Unies en mai 1974.

Enfin, avec les craquements à l’Est et à l’Ouest, on observe une politique « d’ouverture à l’Est » pratiquée par l’Allemagne de l’Ouest et les négociations d’Helsinki sur les droits de l’Homme en juillet 1973 vont dans ce sens, elles regroupent 35 Etats.

Voient le jour les deux Pactes internationaux des droits de l’homme du 16 décembre 1966 entrés en vigueur en 1976, l’un relatif aux droits civils et politiques, l’autre relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

En 1968 est conclu le Traité de non-prolifération des armes nucléaires(TNP) dont l’efficacité sera toute relative (des Etats non signataires, des difficultés de contrôle…)

A partir de 1976 c’est le G7 (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada) qui devient en 1998 le G8 (avec la Russie), il s’agit d’une enceinte diplomatique et de coopération économique dont les réunions sont celles de pays économiquement parmi les plus puissants du monde.

A partir de 1981 les premiers cas de sida sont observés, de 1981 à 2010 la pandémie a causé la mort de près de 40 millions de personnes. L’épidémie continue, depuis peu de temps apparait une certaine diminution des décès et des contaminations, mais par exemple, pour la seule année 2011, il y avait encore 34 millions de personnes vivant avec le VIH (dont 23,5 millions en Afrique subsaharienne) 2,5 millions de nouvelles infections, et 1,7million de décès liés au sida.

L’homme pose le pied sur la Lune le 21 juillet 1969.En 1968 Le film « 2001 : l’Odyssée de l’espace » pose  la question d’une techno science qui tend à nous dépasser.

 

 

B- La détente (1985-1989)

 

            1)  Le résumé :

a) L’hypothèse la plus probable de la grande cause de la détente est une nouvelle équipe, celle de Gorbatchev,  arrivant au pouvoir à Moscou en mars 1985, qui veut alléger le poids de la course aux armements ce qui permettrait de dégager des marges de manœuvres militaires, économiques, politiques.

b) La détente se met en route à travers de gigantesques changements structurels en Union soviétique et dans les pays de  l’Est , elle prépare la fin des blocs et les grandes retrouvailles Est-Ouest. Le 9 novembre 1989 c’est la chute du mur de Berlin, M. Gorbatchev écrira : « L’histoire est sortie de ses gonds », F. Mitterrand affirmera « Comme un fleuve entre dans son lit,  l’Europe est rentrée dans son histoire et sa géographie ».

2)  Des évènements essentiels

  Voilà donc l’arrivée de Gorbatchev au pouvoir (mars 1985) et le traité bilatéral (Etats-Unis, Union soviétique) de destruction des euromissiles (décembre 1987). En septembre 1989 la Hongrie décide d’ouvrir sa frontière avec l’Autriche, le 10 septembre 10.000 allemands de l’Est vont en RFA.C’est en octobre 1989 que 8000 réfugiés Est allemands, venant de Prague et de Varsovie, arrivent en Allemagne de l’Ouest à bord « des trains de la liberté ».

Le 9 novembre 1989 les autorités d’Allemagne de l’Est décident l’ouverture de la frontière, les allemands se déplacent librement. On peut dire des résistants non-violents des peuples des pays de  l’Est « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. »

C’est la Convention des droits de l’enfant (20 novembre 1989).

Le 26 avril 1986 c’est la catastrophe  nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine (à l’époque en Union soviétique).

 

III-De la sortie de Yalta à  la continuité de la crise radicale du système productiviste (1989ànosjours,20-9-2017)

 

Nous proposons d’envisager tour à tour deux sous-périodes :

la sortie de Yalta de 1989 à 2001 , et des attentats du 11 septembre 2001 à la continuité de la crise radicale du productivisme( de nos jours septembre 2017).

 

A- La sortie de Yalta (1989-2001)

 


            1) Le résumé :

 a) C’est la fin des blocs, les régimes communistes sont balayés par les révolutions de 1989 des peuples de l’Est qui manifestent par une résistance massive et non-violente dans ces pays, l’Union soviétique implose en 15 Etats, elle n’existe plus à partir du 8 décembre 1991(ouvrage d’André Fontaine, « L’un sans l’autre »,1991), les Etats-Unis restent la seule superpuissance. Les accords de désarmement nucléaire stratégique sont conclus entre l’Union soviétique, puis la Russie avec les Etats-Unis en juillet 1991 et janvier 1993.

 

b) Des pays de l’Est  adhèrent à l’Union européenne (8 en 2004, 2 en 2007, 1 en 2013,l’UE comprend 28 Etats et 500 millions d’habitants en 2013 ), ils adhèrent aussi au Conseil de l’Europe(tous entre 1990 et 2007,la Russie en 1996,le Conseil de l’Europe comprend 47 Etats et  800 millions d’habitants en 2013),certains pays de l’Est adhèrent à l’OTAN ,7 entre 1999 et 2009,(l’OTAN comprend 28 Etats membres en 2013 et 910 millions d’habitants, il n’y a pas la Russie mais les Etats-Unis bien sûr sont toujours là).

 c) En juin 1992, vingt ans après celle de Stockholm en 1972 qui était une certaine prise de conscience interétatique et la consécration du droit de l’homme à l’environnement,, c’est le succès, à Rio, de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement(le développement durable est consacré,dont un des principes est celui de précaution) qui sera suivie des échecs de celles de Johannesburg en juin 2002 et  de Rio en juin 2012(« Rio moins 20 » diront certains).En 2022 qu’en sera-t-il ?

d) Cette période est marquée aussi par le processus de paix israélo-palestinien qui se remet en route, le 9 septembre 1993 ce sont les Accords d’Oslo, l’OLP reconnaît le droit à l’Etat d’Israël d’exister en paix et en sécurité, et Israël reconnaît l’OLP comme le représentant du peuple palestinien.

e) Ce sont les premières élections multiraciales en Afrique du Sud,Nelson Mandela,après 27 années passées en  prison,est élu en mai 1994 président de la République. Symbole de résistance il agit ensuite pour la réconciliation.

f) C’est l’horreur du génocide du Rwanda d’avril à juillet 1994, (1 million de victimes soit un habitant sur sept !).

g) C’est la naissance du G20 en 1999.

 

 

             2 ) Des évènements essentiels :

Aux évènements précédents s’ajoute un traité de septembre 1990 qui rétablit l’Allemagne unie. Le Pacte de Varsovie est dissous en juillet 1991.

C’est aussi l’implosion dramatique de l’ex-Yougoslavie,  en particulier de 1992 à 1995. La Croatie,la Slovénie,la Bosnie Herzégovine,la Macédoine font sécession en 1992, puis  deviennent indépendants la Serbie en 2003, le Monténégro en 2006 et le Kosovo en 2008.

C’est la guerre en Tchétchénie déclenchée par la Russie qui tient à l’intégrité de son empire (17 millions  km2).

En janvier et février 1991 les Nations Unies adoptent des sanctions militaires contre l’Irak qui avait envahi le Koweït, c’est la « guerre du Golfe ». Le Koweit est libéré mais le dictateur irakien reste au pouvoir et réprime les populations chiites et kurdes.

De 1986 à 1996 une autre guerre provoque en RDC (République Démocratique du Congo) 4 millions de victimes dans cette guerre civile, l’une des plus terrifiantes depuis 1945, avec la guerre du Vietnam  et celle du Soudan  !

C’est la fin de l’apartheid en Afrique du Sud (l’abolition des lois d’apartheid en juin 1991, par le pouvoir en place, marque la  victoire de l’ANC et de Mandela, ce sera son élection en mai 1994.

C’est aussi la création de la Cour pénale internationale (CPI) le 17 juillet  1998 (statut entré en vigueur le 1er juillet 2002).

 L’Organisation mondiale du commerce (OMC) est créée à Genève (1-1995), c’est le libre-échange tout-puissant.

Le G20 est créé en 1999, il réunit 19 pays et l’Union européenne, c’est à dire ceux du G8, puis dix pays à économie émergente, et l’Australie ainsi que l’UE. (Autrement dit : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud,Etats-Unis,France,Inde,Indonésie,Italie,Japon,Mexique,Royaume-Uni,Russie,Turquie,et Union européenne.)Cinq pays peuvent être invités chaque année. Les réunions sont celles des chefs d’Etat ou de gouvernement, celles des ministres des finances et des gouverneurs des banques centrales, celles depuis 2010 des ministres de l’emploi. Le G20 représente les 2/3 de la population mondiale, 90% du PIB mondial, 85% du commerce international. C’est un lieu de concertation diplomatique et c’est une enceinte de coopération économique et financière globalement  proche du libéralisme international.

En 1992 voient le jour la Convention sur la diversité biologique,qui avalise pour une part la marchandisation du vivant,et la Convention sur les changements climatiques,suivie du Protocole de Kyoto en 1997(entré en vigueur en 2005) dont le contenu modéré et n’engageant surtout que certains Etats,  fait l’objet d’une application laborieuse alors que le défi est vital pour l’humanité.

 

B- Des attentats « du 11 septembre » à la continuité de la crise radicale du système productiviste (2001 à nos jours,20-9-2017 )

 

1) Le résumé :

 a) En premier lieu après les attaques qui causent la mort de 3000 victimes  le 11 septembre 2001,attaques d’un réseau terroriste (Al-Qaïda dont le chef sera exécuté en mai 2011) sur leur territoire, les Etats-Unis(avec d’autres pays) interviennent en Afghanistan (2001- 2015) puis en Irak (2003-2010, 500000 victimes), leur budget de la défense explose, il représente en 2012 près de 43% du total des dépenses militaires mondiales !  Les Etats-Unis concluent avec la Russie des traités de désarmement nucléaire stratégique (24-5-2002, 8-4-2010).

 

 b) En second lieu une crise immobilière, bancaire, financière, économique, sociale (le chômage explose dans de nombreux pays) se développe d’abord aux Etats-Unis (juillet 2007) puis dans une grande partie du monde, surtout à partir de la fin 2008.On parle « de grande dépression » comparée, parfois, à celle de 1929 .Des mécanismes de régulation sont mis en place mais les logiques de financiarisation du marché mondial ne sont pas remises en cause.

 

c) En troisième lieu les pays émergents (en particulier la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud…) apparaissent sur la scène commerciale, monétaire  et environnementale  internationale. Leurs taux de croissance sont importants  en particulier par rapport à ceux de l’Europe.Le 15 juillet 2014 les BRICS(réunis en sommet annuel depuis 2009,Brésil,Russie,Inde,Chine et,depuis 2011, Afrique du Sud-South Africa) créent leur banque de développement,dotée d’un capital de 50 milliards de dollars et d’un fonds d’urgence de 100 milliards de dollars, l’évènement financier est considérable,c’est un contrepoids aux structures et aux politiques de la Banque mondiale et du FMI. Les BRICS (40% de la population mondiale) représentent en 2014 le 1/5ème du PIB mondial,si tout continuait à cette allure:  40% en 2025.Une question centrale est celle du partage du « gâteau mondial »(matières premières,commerce…)mais, aussi et surtout,  de quel « gâteau? » Celui d’un productivisme terricide et humanicide ou celui d’une communauté humainement viable?

 

 d) En quatrième lieu le « printemps des peuples arabes » voit le jour de 2010 à 2013, il se traduit par de grands espoirs portés surtout par la jeunesse, ceux de « dégager » les dictateurs (trois sont renversés), ceux des partages de richesses,ceux des créations d’emplois.Les marches vers la démocratie sont  remplies  d’obstacles, par exemple en Tunisie,en  Egypte,  en Lybie.Quant à la Syrie elle est déchirée par la guerre civile et l’internationalisation du conflit, la présence du groupe de l’Etat islamique aggrave la guerre. La Lybie, elle, est déchirée et épuisée par la guerre civile.

 

 e) En cinquième lieu le réchauffement climatique, une grande menace pour l’humanité et le vivant, n’arrive pas à déclencher des politiques de réductions massives des gaz à effet de serre(GES), c’est l’échec de la Conférence de Copenhague (12-2009). La 21ème conférence des Etats parties (COP21)à Paris en décembre 2015 avait pour objectif de conclure un accord de tous les pays sur les réductions de GES et de financer par les pays développés  à partir de 2020 l’adaptation des pays en développement.Une solution sautait aux yeux pourvu qu’on les ouvre : articuler la création d’un système de taxation des transactions de change ainsi qu’une baisse des dépenses militaires mondiales à  la mise en route de cette aide et  d’autres aides…L’Accord de Paris sur le climat du 12 décembre 2015  certes est une forme de « premier pas »,certes voit l’ensemble des Etats qui s’y engagent,certes a surmonté le traumatisme de l’échec de la Conférence de Copenhague six ans plus tôt, mais sa « souplesse »,qui a permis son adoption, est synonyme de marges de manoeuvres  laissées aux Etats qui ont , sur beaucoup de points, décidé…qu’on déciderait plus tard, par exemple il n’y a pas de date sur le pic des émissions, et les silences sont nombreux et criants,ainsi celui sur les déplacés environnementaux,ainsi  celui sur le prix du carbone… Le réchauffement climatique est encore le grand  » gagnant », les générations futures à ce jour  sont  les grandes perdantes.L’élection du nouveau président des Etats-Unis en novembre 2016 peut provoquer des difficultés si ce pays, second émetteur de gaz à effet de serre de la planète, sort de l’Accord de Paris.

Le 1er juin 2017 le président annonce le retrait des Etats-Unis de l’Accord  de Paris.Outre le fait que ce retrait juridiquement arriverait vers la fin du mandat du président, cette décision  n’aura a priori qu’un effet négatif  grave,celui de difficultés financières pour aider les pays du Sud.Cela étant les autres Etats ont exprimé leurs volontés d’appliquer l’Accord et même, ici et là ,de l’accélérer.Des Etats fédérés des Etats-Unis  dans leurs marges de manoeuvres veulent faire de même,  de nombreuses villes et des entreprises américaines aussi.Cette décision n’est-elle pas  une forme d’atteinte à l’humanité?

 

 

 f) Comme face au drame de la faim (un habitant sur sept dans le monde !), ou face au drame de l’absence d’accès à l’eau potable et à l’assainissement on décide… qu’on décidera plus tard de s’attaquer  aux  causes de ces situations  inhumaineset gigantesques.

 

g) Le 26 décembre 2004, en Asie du Sud Est, un tsunami provoque la mort de près de 300000 personnes.  Le 11 mars 2011 c’est la catastrophe de  Fukushima au Japon, où se déchainent séisme, tsunami et  accident nucléaire.Des choix  massifs,mondiaux ne sont pas faits.

 

h) En 2007 un habitant sur deux dans le monde vit en ville, cette urbanisation est vertigineuse, c’est l’un des plus grands évènements en profondeur de la planète. D’autre part elle s’accompagne d’une explosion des mégalopoles, vingt villes dépassent en 2013 les dix millions d’habitants, 448 villes dépassent  le million d’habitants. Cette urbanisation s’accompagne aussi de nombreux bidonvilles (un tiers de la population des pays pauvres survit dans ces bidonvilles en 2013 soit près de 900 millions de personnes) et d’un environnement souvent malade, les mégalopoles sont méga polluantes. La ville est   » le lieu de multiples fractures », et le taux d’urbanisation mondiale pourrait atteindre 60% en 2030 !

 

i) En 2015 c’est l’explosion du nombre de réfugiés et de déplacés, 60 millions de personnes selon le HCR,soit l’équivalent de presque toute la population française.Sur ce total 19,2 millions de personnes sont chassées de leurs foyers par les catastrophes écologiques en particulier les inondations et les tempêtes.D’autre part 20,2 millions essaient d’échapper aux guerres et aux persécutions,c’est un niveau sans précédent depuis 1992.L’Union européenne s’est enfin mise d’accord sur un plan de répartition proportionnelle à chaque PIB des 28 Etats membres,au total 120.000 réfugiés qu’elle accueille,syriens,irakiens,érythréens,arrivés surtout par la Grèce et l’Italie,ces arrivées sont accompagnées de multiples drames de disparus en Méditerranée, de l’ordre de 3500 en 2015, une honte pour l’Europe et la communauté internationale . L’Allemagne s’est lancé le « défi » d’accueillir au moins un million de demandeurs d’asile.Le 18 mars 2016 un accord est conclu entre la Turquie et les 28 de l’UE pour que la mer Egée reste interdite aux réfugiés et aux migrants et… pour que les syriens restent en Turquie(3 millions actuellement).Chaque syrien arrivé illégalement en Grèce est renvoyé en Turquie,un autre syrien arrivé en Turquie est renvoyé en Europe cela jusqu’à 72000 réfugiés syriens,enfin la Turquie financièrement et la Grèce administrativement sont aidées.L’accord est difficile à appliquer mais surtout ne résoud pas la question: les personnes bombardées en  Syrie trouveront d’autres routes pour fuire la guerre, l’Europe ne s’attaque pas véritablement aux causes de ces situations.

 j) Les technologies des communications ont continué d’exploser : après 1973 le téléphone portable (75% des terriens en ont un en 2013), à partir de 1970 le jeu vidéo électronique devient un produit de masse, 1981 l’ordinateur portable, 1991  Internet avec en particulier des moteurs de recherche géants comme Google, voilà  en  2001 le  smart phone (téléphone intelligent), voilà à partir de 2003 les réseaux sociaux numériques de contact (généralistes:MySpace, Facebook, Twitter; professionnels:LinkedIn,Viadeo; virtuels: SecondLife, World of Warcraft), réseaux sociaux de partage de vidéos:YouTube, DailyMotion) et  d’autres encore…Au total en 2013 (voir wearesocial.fr) sur les 7 milliards de terriens: 2,5milliards d’internautes dans le monde,1,8 milliard de personnes actives sur les réseaux sociaux, donc un phénomène massif.(En France sur 66 millions d’habitants: 54 millions d’internautes,32 millions sur les réseaux sociaux).

 k) Le « désarmement du pouvoir financier » a  toujours de grandes difficultés  à se mettre en route, après quelques avancées de la levée partielle du secret bancaire qui est un des contre-mécanismes des paradis fiscaux, après les tentatives en septembre 2011 et février 2013 de onze pays de l’UE, qui recueilleraient ainsi chaque année entre 34 et 37 milliards de dollars ,en mettant en oeuvre une taxation des transactions financières, voilà une troisième tentative  en route ,celle de la remise en cause de l’évasion fiscale de grandes firmes multinationales, ainsi le G20 en novembre 2015 a adopté un plan de l’OCDE en vue de pousser ces entreprises à déclarer leurs bénéfices pays par pays,de même la Commission de l’Union européenne va  dans ce sens fin 2015 et début 2016 par exemple  en critiquant  des pays (Belgique,Pays-Bas,Luxembourg…) qui sont accusés de soutenir de telles pratiques.La taxation  sur la spéculation financière a pour adversaires entre autres   des groupes bancaires puissants, mais le rapport de forces peut bouger dans le temps à partir de l’aggravation de la dette des Etats et de celle de la crise, et d’une certaine convergence qui a commencé sur ce point  entre des ONG  et un certain  nombre d’Etats. Les premières cependant, par exemple celles des altermondialistes, voudraient aller beaucoup  plus vite et sont beaucoup plus radicales.Ce peut être l’un des ( nombreux ?) grands espoirs de remise en cause du productivisme.

l ) L’extension  des zones de libre-échange  et les résistances qu’elles rencontrent.

De 1950 à 2013 les zones et les accords  de libre-échange se sont mutipliés, c’est une véritable « déferlante » qui a existé et qui continue (Manière de voir,Le Monde diplomatique,juin-juillet 2015),soutenue en particulier par l’OMC.

Une victoire provisoire, contre ce rouleau compresseur profitant aux plus forts  , avait été obtenue par l’abandon de la conclusion d’un accord multilatéral sur l’investissement (AMI),négocié en secret de 1995 à 1997 entre les 29 Etats membres de l’OCDE.

Mais les offensives du libre-échange ont repris. Négocié depuis 2008, voilà  un accord de libre-échangele le CETA(Comprehensive Economic and Trade Agreement) entre l’UE et le Canada qui  aboutit en octobre 2013.Une version remaniée en février 2016 n’empêchera pas des contestations qui continueront vraisemblablement en 2017 et 2018 à travers des parlements en Europe qui doivent intervenir  pour son entrée en vigueur, il est jugé dangereux  par certains pour les services publics,l’agriculture ,le climat,la démocratie.  

Est aussi négocié l’accord de libre échange transpacifique(TPP) entre 12 pays.Le nouveau président des Etats-Unis a annoncé qu’il refuserait sa ratification au nom du protectionnisme américain.

Enfin et surtout,dans le but de créer un grand marché de 850 millions d’habitants entre l’UE et les Etats-Unis,voici un mastodonte de l’ultra libéralisme.Il porte différents noms,les  sigles francophones le qualifient de PTCI (Partenariat Transatlantique sur le Commerce et l’Investissement), APT (Accord de Partenariat Transatlantique)  ou GMT ( Grand Marché Transatlantique) ,les sigles anglophones le nomment  TTIP(Transatlantic Trade and Investment Partenership) ou  TAFTA (Transatlantic Free Trade Agreement).La Commission de l’UE (non élue) a reçu mandat du Conseil de l’ UE pour négocier avec les Etats-Unis,c’est le 13ème cycle de négociations à partir de juillet 2013,dans la confidentialité loin d’une certaine transparence démocratique, avec des pressions pour conclure qui s’aggravent en 2016.

Concrètement c’est une entreprise de démantèlement des droits de douane qui restent et c’est la suppression des barrières non tarifaires.Le TAFTA donne la  part belle aux grandes entreprises qui, lorsqu’elles se considèreraient  menacées dans leurs profits par des législations sanitaires ou environnementales qui leur barreraient la route, pourraient mettre en cause les lois d’un Etat devant une juridiction spéciale  d’arbitrage  tournée… vers des intérêts privés, cette juridiction  pourrait infliger des pénalités financières  à un Etat. Un exemple est clair : la multinationale Monsanto pourrait ainsi imposer les produits OGM aux européens.Autrement dit seraient encore plus mises  à rude épreuve qu’aujourd’hui les protections de la santé,de l’environnement, les pratiques de relocalisation etc…

On est donc loin, dans ces accords , d’un  renversement du système  consistant à passer de la primauté du libre-échange à celle d’ un juste échange  conforme aux conditions sanitaires et environnementales.Nombreuses sont les résistances qui se manifestent. en Europe et aux Etats-Unis.Un  front commun  d’ONG  en France s’est organisé: « STOP  TAFTA », non au Grand Marché Transatlantique! Les opinions publiques n’y sont plus favorables,en 2014 on était à 55% aux Etats-Unis et en Allemagne,en mai 2016 on se retrouve à 15% d’opinions favorables.L’arrivée sur la scène d’un président aux Etats-Unis en novembre 2016, qui met en avant un certain  protectionnisme, peut réserver des surprises.Par contre la Chine met en avant un libre-échange puissant allant dans le sens d’une vaste zone de libre-échange entre l’Asie et le Pacifique.

 

 m) Le Brexit. A une faible majorité le 23 juin 2016 les britanniques votent par referendum en faveur du Brexit (British Exit).Cette sortie de L’Union européenne est mise en oeuvre par la notification du déclenchement de l’article 50 du Traité sur l’UE par le Royaume-Uni.Un accord de retrait est négocié, puis le Parlement européen l’approuvera et le Conseil européen l’adoptera à la majorité qualifiée.Les effets économiques sur le Royaume-Uni seront probablement lourds à court terme et incertains à plus  long terme , les effets sur l’UE en faveur d’une construction européenne plus proche des peuples vont dépendre des volontés politiques des dirigeants et des capacités de résistance et de proposition des citoyens européens. Les négociations financières sont difficiles.

 

2) Des évènements essentiels

C’est à nouveau l’escalade des dépenses militaires mondiales qui augmentent de 40% de 2000 à 2009 (en 2011 sur 1740 milliards de dollars : Etats-Unis 739 milliards, suivis par la Chine 90, Royaume-Uni 63, France 59, Russie 53, Arabie Saoudite 46 milliards de dollars)…puis vient une baisse  importante de 2009 à 2013,  en 2014 c’est la hausse qui  reprend, 1547 milliards de dollars.

A propos de hausses et de baisses  celles des prix du pétrole sont aussi bien présentes.On constate des fluctuations importantes puisque, par exemple, le prix du baril  début 2013  était autour de 100 dollars, fin 2015 il se retrouvait à 38 dollars , l’offre étant alors trop importante par rapport à la demande.La suite  du destin du pétrole dans les décennies  à venir sera mouvementée, liée en particulier  aux pics de productions et aux remises en cause de l’or noir  qui est  un des responsables des gaz à effet de serre.Ces fluctuations ont et auront  des conséquences bénéfiques ou néfastes  sur l’économie des pays producteurs et sur les consommateurs. Les reconversions des pays producteurs de pétrole seront douloureuses pour des économies qui appeleront ici ou là à l’aide,d’où l’intérêt de les planifier à moyen et long termes, mais ces reconversions seront bénéfiques pour l’environnement et les énergies
renouvelables.

Le processus de paix d’Oslo est interrompu depuis 2000, ainsi par exemple se développe la colonisation par Israël des territoires occupés (Cisjordanie et Jérusalem Est). D’autre part la politique de reconnaissance de l’Etat palestinien comme observateur aux Nations Unies (novembre 2012)  contrarie fortement  Israël.La Cour internationale de justice,dans un avis du 9 juillet 2004,a déclaré l’édification du mur par Israël dans le territoire palestinien occupé,contraire au droit international.En juin 2007 le Hamas arrive au pouvoir à Gaza,le blocus par Israël de la bande de Gaza commence en septembre 2007. Les opérations militaires contre les Gazaouis se succèdent en 2006,2008,2012. Le président des Etats-Unis, Barack  Obama , dans son second mandat à partir de 2013, ne peut-il  contribuer à remettre en route ce processus de paix ? Les obstacles restent nombreux. En juillet 2014,après des assassinats de jeunes de part et d’autre, aux roquettes palestiniennes répondent les bombardements israéliens intenses et terrifiants sur la bande de Gaza , en huit ans(2006-2014) quatre guerres ravagent la population de Gaza…Ce conflit est l’un des lieux de fractures les plus importants de la planète.A la fin du second mandat d’Obama le drame reste présent en novembre 2016.

Deux processus de paix aboutissent .D’abord en Colombie en août 2016 un accord de paix voit le jour entre les guérilleros des forces armées révolutionnaires de Colombie (les FARC) et le gouvernement, il est rejeté par référendum mais un nouvel accord en novembre 2016 est appliqué, les FARC déposent les armes en août 2017,ainsi se termine un conflit de 52 ans(!) dont le bilan est de 300.000 morts,45000 disparus et 7 millions de déplacés.Ensuite au pays Basque franco-espagnol l’organisation séparatiste basque( l’ETA, sigle de « Pays basque et liberté » en basque), renonce à la lutte armée en octobre 2011 après 43 ans (!) de luttes, l’ETA désarme en avril 2017,le conflit a provoqué la mort de 830 personnes et de 113 militants de l’ETA.

La seconde guerre en  Irak(2003-2010) (pour la première de 1991 voir ci-dessus) aura causé la mort d’au moins 500.000 personnes! Elle est considérée par certains comme une erreur et une faute majeures des Etats-Unis, non seulement sources de multiples souffrances mais aussi une des sources de l’arrivée de l’Etat islamique trois ans après, en 2006 en Irak.En janvier 2003 le président des Etats-Unis avait annoncé que l’Irak possédait des armes de destruction massive,ce qui était faux, et était lié à Al-Qaida responsable des attentats du 11 septembre 2001. En mars 2003, face aux menaces de veto de la France et de la Russie qui se prononçaient  contre la guerre , les Etats-Unis renoncent à passer par les Nations Unies. Les inspecteurs de désarmement des Nations Unies quittent l’Irak.Fin  mars 2003 les forces américaines,anglaises et australiennes passent à l’attaque.Le dictateur irakien est renversé, il sera retrouvé et exécuté. Il faudra attendre aoùt 2010 pour que les Etats-Unis se retirent d’Irak,en laissant une situation chaotique.

Dans les logiques de prolifération nucléaire  l’Iran et la Corée du Nord sont arrivées au seuil des armes nucléaires ce qui provoque des tensions internationales et des sanctions du Conseil de sécurité.La diplomatie arrive  à reprendre sa place par rapport à l’Iran puisqu’un accord sur le nucléaire  est conclu,après de longues négociations, le 14 juillet 2015 ( limitation de l’enrichissement d’uranium, limitation de la production de plutonium, inspections renforcées,levée des sanctions (le 17 janvier 2016 le processus de levée a commencé),maintien de l’embargo sur les armes).Le nouveau président des Etats-Unis en septembre semble vouloir remettre en cause cet accord iranien sur le nucléaire ce qui constituerait une grave erreur.

 L’escalade continue en Corée du Nord,cela à partir des essais nucléaires(elle est sortie du TNP en 2003 et n’est plus liée par ce traité), six essais nucléaires d’octobre 2006 à septembre 2017,  et à partir du développement de missiles balistiques vecteurs de ces armes nucléaires.Les tensions de cet Etat totalitaire de 25 millions d’habitants sont importantes avec la Corée du Sud,les Etats-Unis , le Japon. La huitième série de sanctions des Nations Unies est intervenue en septembre 2017, en particulier une réduction de ses approvisionnements en pétrole.La Chine,la Russie,le Japon,l’UE sont pour le dialogue accompagnant ces sanctions,les Etats-Unis sont partisans d’une ligne dure et vont jusqu’à menacer « de destruction complète la Corée du Nord en cas de menace des Etats-Unis ».

La prolifération entre le  nucléaire militaire et civil est une des raisons qui appelle à l’éradication universelle du nucléaire, le chemin sera long, les systèmes nucléocrates sont puissants mais les effets sanitaires,environnementaux et financiers, gigantesques et désastreux, devraient pousser à un arrêt et à une reconversion de l’ensemble du  complexe scientifico-militaro-industriel  mondial .

Au Mali, dont l’Etat était déliquescent, en janvier 2013 la France et des pays africains interviennent militairement, l’enjeu est aussi, affirment certains, celui du développement économique social et écologique  de  la région du Sahel.Après le feu vert du Conseil de sécurité la France a envoyé des troupes en appui à la force africaine  en décembre 2013 pour faire cesser les affrontements intercommunautaires en Centrafrique, pays qui  fin 2015 arrive à organiser des élections.

Le peuple soudanais est un des peuples martyrs de la planète, plongé dans trois  guerres et des famines en particulier celle de 1998.Au Nord une majorité musulmane,au Sud des chrétiens et des animistes.La 1 ère guerre civile a duré 16 ans(1956-1972), la seconde 22 ans (1983-2005),celle-ci fut une des plus meurtrières du XXème siècle,2 millions de victimes,4 millions de déplacés,Un référendum débouche sur l’indépendance du Sud Soudan en 2011,la guerre reprend en décembre 2013, mi  mars 2016 il y a entre 50.000 et 300.000 victimes .Guerres sur fond de rivalités ethniques et religieuses et de partage de richesses pétrolières.

En Syrie le régime sombre dans une répression massive à partir de mars 2011.Cinq ans après en mars  2016  la guerre civile(armes conventionnelles et armes chimiques) a causé la mort de plus de 271.000 personnes dont 13.500 enfants, et le déplacement de la moitié de la population de 25 millions d’habitants,soit dans le pays soit dans d’autres Etats(2,3 millions en Turquie,1,2 million au Liban,1 million en Jordanie…).Des ONG estiment le nombre de victime de mars 2011 à septembre 2016 de 400.000 à 500.000 personnes. Voilà un autre échec des Nations Unies et des Etats,  voilà encore surtout  les souffrances d’un peuple. A partir d’octobre 2016 c’est aussi la bataille de Raqqa(en Syrie) par la force arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis contre l’Etat islamique.La reprise d’Alep  par le régime syrien, avec l’aide puissante de la Russie, entraine une initiative russo-turque de cessez-le-feu le 31 décembre 2016 et des négociations qui devraient suivre en 2017 entre le régime, soutenu par Moscou, et les rebelles syriens, soutenus par Ankara.

Les tensions entre l’Arabie saoudite et l’Iran se multiplient.Comme en 1987(jusqu’en 1991) les relations diplomatiques sont rompues en janvier 2016.Les causes sont nombreuses et profondes,au moins de quatre ordres : la crise économique liée à la baisse du prix du pétrole, le retour de l’Iran vers les Etats-Unis(alliés de l’Arabie saoudite) à la suite de l’accord sur leur programme nucléaire, le rôle de puissances régionales(ainsi l’Iran soutenant le régime Syrien et soutenant aussi les rebelles du Yémen plongé dans la guerre),enfin les rivalités anciennes entre arabes(Arabie Saoudite) et perses(Iran),entre mondes musulmans c’est à dire l’Arabie saoudite voulant rassembler le monde sunnite , majoritaire chez les musulmans, et l’Iran voulant protéger le monde chiite, minoritaire chez les musulmans. 

En 2006 apparait   l’Etat islamique en Irak, en 2013 l’Etat islamique en Irak et au Levant et en  juin 2014 des djihadistes établissent un « califat » à cheval sur l’Irak et la Syrie.Cette organisation armée terroriste islamiste est donc née des guerres en Irak,Syrie, Lybie .Des  conflits armés continuent. Le choix d’un blocus financier au départ  n’est pas mis en avant mais celui d’une coalition  de pays occidentaux et d’une coalition aussi de pays arabes qui, en particulier, bombardent les positions du groupe de l’Etat islamique.Parmi les troupes au sol des kurdes,des irakiens,des syriens.Les guerres multiplient les souffrances et la diplomatie essaie de reprendre place dans le règlement du conflit.A partir d’octobre 2016 c’est la bataille de Mossoul  (en Irak)par l’armée irakienne,les peshmergas,les forces de sept pays de la coalition contre l’Etat islamique .En septembre 2017 les troupes de l’organisation de l’Etat islamique reculent devant les forces irakiennes et se replient dans un secteur où Syriens et Kurdes les assiègent.De juin à septembre 2017 la majeure partie de la ville syrienne  de Raqqa est reprise,elle était considérée comme la capitale de L’Etat islamique.

 

Parallèlement des attentats se développent,ils sont massifs dans des pays asiatiques,par exemple au Pakistan(de 2007 à 2014 : 7000 victimes,le 17 décembre 2014 à Peshawar 148morts, massifs dans des pays africains,par exemple au Nigeria le 3 janvier 2015 ce sont 2000 civils chrétiens et musulmans qui sont massacrés par Boko Haram. Dans des pays européens,ils sont  revendiqués en particulier par Al-Qaida au Yémen.En France,le 8 janvier 2015,l’ensemble de la  direction d’un journal,Charlie Hebdo, et des clients d’un magasin juif sont exécutés.Le 11 janvier 2015 ont lieu les plus gigantesques manifestations de l’histoire de France,4 millions de personnes dans les rues,soutenues par des manifestations dans de nombreux  pays étrangers,contre ces attentats et pour la liberté d’expression.Le 13 novembre 2015 Paris fait l’objet d’attentats revendiqués par l’organisation de l’ Etat  islamique, ils  causent la  mort de 130 personnes, l’état d’urgence est décrété.Le ramadan 2016 est sanglant,ainsi des attentats en Arabie saoudite,en Turquie,au Yemen,en Jordanie, en Irak…Dans ce dernier Etat à Bagdad le 3 juillet 2016 l’Etat islamique provoque la mort de près de 300 personnes,ainsi Daesh est capable de frapper sur une grande partie de la planète.

Les luttes contre le terrorisme mises en place après le 11 septembre 2001 se sont intensifiées peu à peu : plans de surveillance et de sécurité,développement des services de renseignements,coopérations judiciaire et policière entre Etats, entreprises de déconditionnement et de « déradicalisation », remise en cause de circuits financiers … Trois difficultés sont grandes.La première consiste à  ne pas porter atteinte aux libertés fondamentales  au nom de la sécurité, on bascule alors dans les dérives du sécuritaire.L’exemple caricatural est celui de l’emprunt à la panoplie des régimes autoritaires de « la déchéance de nationalité ».La seconde difficulté consiste à s’attaquer aux véritables causes du terrorisme,essentiellement au terreau des injustices,dans des quartiers « défavorisés »,  dans les « zones urbaines sensibles » ces inégalités  sont criantes , et aussi  aux guerres porteuses de souffrances et de haines, »si on répond à la haine par la haine on ne fait que l’étendre  en surface et en profondeur »disait Gandhi. La troisième difficulté est celle des labyrinthes des circuits financiers dans lesquels sont directement et indirectement impliqués différents acteurs, nombreux et  quelquefois puissants.

En novembre 2013 le gouvernement ukrainien cède aux pressions de Moscou: il refuse de signer un accord d’association avec l’Union européenne.La contestation prend de plus en plus d’ampleur en Ukraine,le régime répond en février 2014 par une  répression sanglante et finit par être emporté.La Crimée est rattachée à la Russie à la suite d’un référendum en mars 2014.Des situations de guerre civile apparaissent en Ukraine,ce conflit est pour une part dangereusement internationalisé.La France et l’Allemagne essaient  de trouver une solution  diplomatique entre  la Russie et l’Ukraine (accord de Minsk,en Biélorussie, le 12 février 2015).

L’arrivée au pouvoir de la gauche radicale en Grèce  entraine des renégociations  en février 2015  sur sa dette au sein de l’Union européenne laquelle se montre particulièrement intransigeante.La plus grande partie du peuple grec a plongé dans de grandes difficultés .D’une façon plus globale des pays de l’Union européenne,en particulier les sociétés du Sud,sont toujours sous les effets sociaux et économiques désastreux de la crise. Politiquement en Italie,en Espagne l’extrême gauche devient beaucoup plus forte, en France l’extrême droite et l’extrême gauche prennent de l’ampleur.En juin 2016 le Royaume-Uni décide de quitter l’Union européenne(voir ci-dessus),les conséquences seront nombreuses,certaines évidentes,d’autres incertaines.

En mars 2013 est élu  le pape François,un argentin,  ses engagements sont nombreux,pour n’en citer qu’un seul : une encyclique consacrée à la protection de la création et à l’écologie humaine. »Pour la sauvegarde de la maison commune ».(2015, »Laudato Sii », Loué sois-tu! ).

En janvier 2017 est investi le 45ème président des Etats-Unis,en mai le 25ème président français,en janvier 2017 Antonio Guterres succède à Ban Ki-moon comme Secrétaire général des Nations Unies.Le nouveau  président des Etats-Unis est allergique au multilatéralisme,son agressivité est inquiétante et la faiblesse criante de ses analyses de la vie internationale laissent présager des crises et des drames. Son désengagement de l’Accord de Paris sur le climat témoigne de ces trois défauts majeurs, de même ses réactions devant la Corée du Nord,de même la remise en cause de l’accord nucléaire iranien.

 

 

 

 

 

 

 

DIX REMARQUES GLOBALES ET TERMINALES

1) En se retournant vers  ces sept décennies (1945-2015) on est frappé par le fait que  des Etats, des êtres humains et d’autres acteurs, en particulier des complexes scientifico-militaro-industriels, ont souvent participé directement ou indirectement, à de multiples conflits armés. Il y avait pourtant mieux à faire devant les périls communs (débâcle écologique dépassant des seuils d’irréversibilité, armes de destruction massive terrifiantes, épidémies catastrophiques, inégalités criantes…) !

 

Fénelon ( auteur des « Aventures de Télémaque »,1699) écrivait : « Toutes les guerres sont civiles, c’est toujours l’homme qui répand son propre sang, qui déchire ses propres entrailles. »

N’oublions pas cet avertissement « Il faut apprendre à vivre ensemble comme des frères sinon nous périrons ensemble comme des imbéciles. »(Martin Luther King).

2) Dans ce panorama sombre on constate les prémisses d’un élément nouveau : « la responsabilité de protéger » apparait, cela très tardivement après bien des drames. Dans le sillage du devoir d’assistance (« devoir d’ingérence à des fins humanitaires ») et à la suite du rapport en 2004 d’un groupe de personnalités, un Sommet des Nations Unies, en septembre 2005, accepte, dans le document final, de reconnaitre cette responsabilité de protéger, c’est  « la responsabilité première d’un Etat  de protéger sa population » du génocide, des crimes de guerre, du nettoyage ethnique, des crimes contre l’humanité.

 Au cas où les moyens pacifiques seraient insuffisants et où les autorités nationales échoueraient à protéger leur population, la communauté internationale des Etats devrait agir collectivement par l’entremise du Conseil de sécurité et conformément à la Charte des Nations Unies.

 Un rapport du Secrétaire général des Nations Unies de 2009 a précisé la mise en œuvre de cette responsabilité. Mais surtout le Conseil de sécurité a fait référence à « la responsabilité de protéger » pour le Darfour (avril 2006),la Libye(février 2011),la Côte d’Ivoire(mars 2011),le Yémen(octobre 2011),le Soudan du Sud(juillet 2012).Par contre le projet de résolution(par exemple en février 2012) a échoué par rapport à la Syrie(vetos de la Russie et de la Chine.)

Au moins deux questions restent  présentes : d’abord celle de l’opposition entre une légalité qui peut se trouver bloquée au Conseil de sécurité (d’où le serpent de mer vieillissant de sa réforme) et la légitimité d’une intervention devant une violation particulièrement terrifiante de la protection de la population.

 Ensuite la nature des moyens d’intervention qui peuvent produire victimes, souffrances et destructions. Cette dernière question se pose dans le cadre d’une intervention légale décidée  par l’ONU et aussi dans le cadre d’une intervention illégale, décidée par un ou plusieurs Etats sans accord du Conseil de sécurité : les effets de bombardements massifs, lorsque ces moyens sont  employés, sont le plus souvent terribles.

 La communauté internationale  souvent se trouve donc, pour n’avoir pas voulu agir en amont à travers des moyens porteurs d’une véritable paix, soit impuissante devant des drames, soit poussée à employer des moyens militaires plus ou moins destructeurs.

 

 

3) Au-delà de la paix, de façon plus globale, le système international productiviste repose sur les logiques profondes qui s’appellent la recherche du profit, la fructification des patrimoines financiers, la marchandisation du monde, le développement d’armes terrifiantes, la course aux quantités, le culte de la croissance, les discours et les pratiques de la compétition, la priorité donnée au court terme, l’accélération du système.

 4) Ne s’agit-il pas de logiques terricides et humanicides ?

 Ce système n’est-il pas condamnable du seul fait, par exemple, qu’il y ait  en 2012 un enfant sur deux dans le monde en situation de détresse et/ou de danger(guerres,maladies,misère…) et du seul fait, par exemple, que les marchés financiers ont pris, depuis 1971 (fin de la convertibilité du dollar en or), une partie de la place des conducteurs(Etats, entreprises…) ?

Ce système n’est-il pas condamné du seul fait , par exemple, que près de 5 milliards de dollars partent chaque jour en 2012 vers les dépenses militaires mondiales, et du seul fait, par exemple, que des activités humaines entrainent un réchauffement climatique qui menace l’ensemble du vivant,+3°C à 6°C vers 2100 et autour de 1 mètre d’élévation du niveau des mers ?)

5) L’explosion démographique continue.Il a fallu 2 millions d’années pour arriver au premier milliard d’habitants en 1800, il a fallu seulement 210 ans pour avoir une population sept fois plus élevée, sept milliards d’habitants en 2011.L’explosion continue, en 2050 il y aurait en principe de l’ordre de 9 milliards d’habitants, elle ralentirait ensuite puisqu’en 2100 il devrait y avoir (?) 10 à 11 milliards de terriens. De façon peut-être plus parlante, chaque seconde en 2014 : 4,4 naissances, 1,8 décès, donc un accroissement de 2,6 ; chaque jour approximativement 380000 naissances, 156000 décès, donc un accroissement de 224000 personnes, (soit l’équivalent de Limoges et de son agglomération, ou d’un peu moins que la ville de Montpellier), chaque année à peu près 139 millions de naissances, 57 millions de décès, soit un accroissement de 82 millions de personnes de la population mondiale. La Chine(1,4 milliard d’habitants), qui depuis 36 ans avait organisé la politique de l’enfant unique, a décidé d’y mettre fin en 2016,deux enfants vont être ainsi permis ,quant à l’Inde sa population finira par dépasser celle de la Chine.

6) Pour comprendre ce que produit ce système il existe un élément central et vital (c’est le cas de le dire !). Rappelons d’abord qu’au total les décès dans le monde pour l’année 2012 étaient de 57 millions de personnes.

Quelles sont donc les causes principales de la mortalité mondiale ? Les maladies cardiovasculaires (3 décès sur 10), les cancers, les maladies infectieuses (pneumopathies, diarrhées, sida, paludisme, tuberculose …), le diabète …Or ces causes  sont révélatrices  de deux  mécanismes  gigantesques.

 En premier lieu des inégalités entre populations de la planète. Ainsi , par exemple, en 2011 dans les pays à faible revenu 4 décès sur 10 touchaient des enfants de moins de 15 ans, dans les pays à revenu élevé 1 enfant sur 100.

En second lieu ces causes de mortalité sont révélatrices d’un environnement qui se dégrade rapidement, dramatiquement  et arrive, ici et là, à des seuils d’irréversibilité. Ainsi au moins 40% (certains auteurs avancent des chiffres beaucoup plus élevés, cela est lié en particulier à la définition plus ou moins large donnée à l’environnement) 40% des décès dans le monde résultent de facteurs environnementaux : tabac, pollutions chimiques , radioactives, pollutions dans des transports, des alimentations, des habitations, des lieux de travail, dans des airs, des sols et des eaux…Des études prévisionnelles mettent en particulier en avant une explosion des cancers dans le monde  de 75% de  2012 à 2030 (!) et de 95% dans les pays les plus pauvres(!).

 

 7) Passer de ce système suicidaire à une communauté mondiale humainement viable est possible, aux différents niveaux géographiques, dans l’ensemble des activités humaines, en pensant (cela est fait en  partie) et en mettant en œuvre (cela n’est fait  que pour une  part  dérisoire) des moyens démocratiques, justes, écologiques et pacifiques.

8) Tous les acteurs ont des remises en cause à mettre en œuvre, dans des proportions  très variables et avec des responsabilités très  variables : Etats, organisations internationales et régionales, organisations non gouvernementales, entreprises, firmes multinationales, collectivités territoriales, réseaux scientifiques et technologiques, enfin les acteurs humains c’est-à-dire les personnes ,les peuples, l’humanité(générations passées qui ont le droit à la préservation du patrimoine culturel mondial, générations futures qui ont le droit que nous leur laissions des marges de manœuvres pour choisir ce qu’elles voudront être, générations présentes qui ont droit à une société humainement viable sans compromettre les droits des autres générations).

9) « L’humanité doit avoir des droits faute de quoi les hommes perdront les leurs » écrivait René-Jean Dupuy, (« La clôture du système international », puf, 1989). Comment passer des intérêts nationaux (ceux de chaque Etat) aux intérêts communs (ceux  des Etats et de la société civile internationale) puis  à l’intérêt commun de l’humanité ? Les droits de l’homme,des peuples,de l’humanité, du vivant, ne doivent-ils pas s’interpeller les uns  les autres,s’appuyer les uns sur les autres,s’incliner les uns vers les autres?

10) L’enjeu vital n’est-il pas de faire naitre, massivement et rapidement, les déterminations personnelles  et collectives de tous les acteurs ?

 Comment, avant qu’il ne soit trop tard, donner le jour à une « métamorphose de l’humanité » ?

(expression d’Edgar Morin.)

                                                                                                                                        

 

(Sur « une liste indicative de moyens démocratiques, justes,  écologiques et pacifiques » voir billet sur les alternatives du productivisme.)

(Sur «  les volontés politiques » voir billet sur ce blog)

 

 

Eléments bibliographiques : dernières éditions de

-Chronologie internationale, Eugène Berg,puf,que sais-je ?

-Chronologie des relations internationales depuis 1945,Charles Zorgbibe, puf.

-Relations internationales, Max Gounelle, mémentos Dalloz.

-Relations internationales, Jean-Marc Lavieille, Ellipses.

-Histoire des relations internationales, Jean-Baptiste Duroselle, André Kaspi, A. Colin,700 pages.