Notre souffle !

Print Friendly

Page 117

 

DEUXIEME PARTIE :  p:117

NOTRE SOUFFLE !


I   CHERCHER SON SOUFFLE !   p : 117

II   AVOIR ET /OU RETROUVER SON SOUFFLE !   p :137

III   NOS SOUFFLES DE VIE !   p :175

I.CHERCHER SON SOUFFLE

1.    Capacité au questionnement

Celui qui ne peut plus éprouver ni étonnement ni surprise est pour ainsi dire mort, ses yeux sont éteints.
Albert Einstein

Les veilleurs ont un seul monde qui leur est commun
Ceux qui dorment tombent chacun vers un monde particulier.
Héraclite

La clef de toutes les sciences est le point d’interrogation, nous devons la plupart des grandes découvertes au « Comment ? ». Et la sagesse dans la vie consiste peut-être à se demander, à tout propos, « Pourquoi? »
Balzac

L’important c’est de toujours se poser des questions.
Albert Einstein

Une grande philosophie n’est pas celle qui installe une vérité définitive, c’est celle qui introduit une inquiétude.
Péguy

Ne faut-il pas avoir avec soi une veilleuse allumée, celle de notre capacité au questionnement?
JML

Un penseur sans paradoxes est comme un amant sans passion.
Entendu…

L’homme est la mesure de toutes choses. De celles qui sont et de celles qui ne sont pas.
Protagoras

L’homme qui se demande « à quoi bon ? » n’est déjà plus un animal ni un esclave.
Jankélévitch

 Page 118

Pendant des années un jeune candidat à la sagesse suprême se faisait initier par un vieux maître en spiritualité. Avant leur dernière rencontre le disciple voulait poser une dernière question primordiale. Autorisé il la formula : Qu’est-ce que la vérité ?
Tu es trop inexpérimenté pour l’apprendre lui rétorqua le vieux maître. Va dans le monde, médites, construis et reviens me voir dans dix ans pour que je réponde à la plus importante de tes questions.
Dix ans après le disciple revient. Ils se promènent longuement sans se parler puis l’élève dit : j’ai suivi ton enseignement, tu m’as tout appris, ensuite j’ai parcouru le monde, j’ai médité, aimé, souffert et agi. Il ne me manque que ta réponse à ma question, tu me l’avais promise : Qu’est-ce que la vérité ?
Le très vieux maître le regarda avec une profonde sympathie et lui répondit à voix basse : la vérité, qu’est-ce ?
Kostas Axelos

On voyage pendant des années sans trop savoir ce que l’on cherche, on erre dans le bruit, empêtré de désirs ou de repentir et l’on parvient soudain dans un de ces deux ou trois lieux qui attendent patiemment chacun de nous en ce monde. On y parvient et le coeur enfin se tait, on découvre que l’on est arrivé.
Albert Camus

Chacun de nous doit tirer au clair la nature de sa propre personnalité, il doit consacrer sa vie à se perfectionner moralement et à devenir ce qu’il est. Si nous accomplissons cette tâche nous servons en même temps la cause de l’humanité car toutes les valeurs propres à la culture (religion, art, poésie, philosophie etc.) résultent de cette démarche. Lorsqu’on suit cette voie, « l’individualisme » si souvent décrié devient le serviteur de la communauté et perd le caractère odieux de l’égoïsme.
Hermann Hesse

Faites rhizome[1] et pas racine, ne plantez jamais! Ne semez pas, piquez !
Ne soyez pas un ni multiple, soyez des multiplicités ;
Faites la ligne jamais le point ! (…)
Soyez la panthère rose et que vos amours encore soient comme la guêpe et l’orchidée, le chat et le babouin.
Gilles Deleuze, Felix Guattari
[1] Le rhizome est une tige souterraine  qui se multiplie chaque année

Le difficile n’est pas d’apprendre ce qu’on ne sait pas, c’est d’apprendre ce que l’on sait.
Jacques Salomé

Philosopher revient à ceci : se comporter à l’égard de l’univers comme si rien n’allait de soi.
Jankelevitch

La philosophie doit apprendre à vivre et non à faire des discours.
Sénèque

L’effort du philosophe tend à comprendre ce que ses contemporains ne font que vivre.
Nietzsche

Etre philosophe c’est résoudre quelques-uns des problèmes de la vie non seulement en théorie mais en pratique.
Henry David Thoreau

Nos premiers maîtres de philosophie sont nos pieds, nos mains, nos yeux.
Jean-Jacques Rousseau

Le philosophe fait bien son travail s’il parvient à faire naître de véritables doutes.
Morris Raphaël Cohen

Rire est la meilleure des philosophies
Alina Reyes

La tâche de la philosophie Nietzsche : « Nuire à la bêtise ».
Michel Onfray

La philosophie est une invitation à mettre en perspective sa vie et sa pensée, son existence et sa vision du monde, l’un éclairant sans cesse l’autre – la grande leçon des penseurs de l’Antiquité.
Michel Onfray 

Page 119

Nous ne sommes jamais chez nous. Nous sommes toujours au-delà. La crainte, le désir, l’espérance nous élancent vers l’avenir et nous dérobent le sentiment et la connaissance de ce qui est, pour nous amuser à ce qui sera, voire quand nous ne serons plus.
Montaigne

Il ne faut jamais perdre le point de vue de ce que l’on croit être, de ce que l’on veut être et de ce que l’on est.
Marguerite Yourcenar

Il devient indispensable que l’humanité formule un nouveau mode de penser si elle veut survivre et atteindre un plan plus élevé.
Albert Einstein

2.Penser

Esprit critique

Il faut agir en homme de pensée et penser en homme d’action.
Henri Bergson

Réfléchir c’est déranger ses pensées

Edgar Morin

Penser c’est dire non. Remarquez le signe du oui qui est celui d’un homme qui s’endort. Au contraire le réveil secoue la tête et dit non.
Emile Chartier dit Alain

Cherchez des fissures, des brèches dans des raisonnements, des réalités, des projets et essayez d’y appliquer un levier.
Jean Guitton

Désagréger un préjugé est plus difficile que désagréger un atome.
Albert Einstein

Le pouvoir pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires (…) que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ?
Alexis de Tocqueville

Le discours vérité ressemble à une bassine de friture pleine d’huile bouillante. Celui qui veut dire quelque chose au porteur de vérité peut tremper n’importe quoi dans sa pensée: il en ressortira toujours une frite.
Roland Barthes

L’arbre fruitier qui ne donne aucun fruit
On l’accuse d’être stérile.
Qui a examiné le sol ?

La branche qui cède
On l’accuse d’être pourrie. Mais
Pensez à la neige qui la couvrait.
Bertolt Brecht

Deux excès : exclure la raison, n’admettre que la raison
Blaise Pascal

Il faut toujours avoir deux idées: l’une pour détruire, l’autre pour construire.
Georges Braque

Interdisciplinarité, globalité

Quand l’éducation elle-même se met au service de la spécialisation fonctionnelle nous ne sommes plus très loin d’une barbarie technicisée.
André Gorz

 Page 120

« Qui trop embrasse mal étreint »… mais qui n’embrasse pas du tout n’étreint pas grand chose.
JML

Qu’est-ce qu’un esprit cultivé ? C’est celui qui peut regarder d’un grand nombre de points de vue.
Amiel

La pensée parcellaire régnante rend incapable de globaliser les problèmes, comme elle rend incapable de distinguer les problèmes fondamentaux de l’humanité de ses problèmes particuliers.
Edgar Morin

Sept habitants de l’Atlantide partent en promenade : un poète, un peintre, un prêtre, un bandit, un usurier, un amoureux, un penseur. Ils arrivent devant une grotte. Quel lieu propice à l’inspiration ! s’écrie le poète. Quel splendide thème pictural ! dit le peintre. Quel endroit favorable à la prière ! Psalmodie le prêtre. Quel emplacement rêvé pour un guet-apens ! Avoue le bandit. C’est une superbe cachette ! Murmure l’usurier. Quel refuge pour mon amour ! Rêve tout haut l’amoureux. C’est une grotte ! Ajoute le penseur.
Kostas Axelos

La réforme de l’éducation devrait apprendre à contextualiser et à globaliser informations et connaissances. La réforme de la pensée constitue même un objectif capital de la politique de civilisation.
Edgar Morin

La plus grande vertu politique est de ne pas perdre le sens des ensembles.
Emmanuel Mounier

L’incertitude  est un élément de la complexité.
Edgar Morin

Discours créateur

La réflexion suppose un effort d’abstraction, c’est-à-dire de création.
Jules Lagneau

Ne pas voir au travers des monocles ou des faces à main que vous refilent les spécialistes, les experts de rétrécissements d’horizons, ces penseurs qui ne doivent leur statut qu’à l’art d’expliquer, de commenter, fruit d’une peur terrible de créer.
Jean Cardonnel

Pour beaucoup de gens éduquer c’est rogner les ailes car plus on vole bas plus on colle au réel.
Ils ne demandent jamais tout de suite: « Faut-il le faire ? » Mais « Est-ce possible ? ».
Jean Cardonnel

L’imagination est la reine du vrai.
Baudelaire

Oubliez tout ce que vous avez appris, commencez par rêver.
Entendu…

Il n’y a pas d’enseignement plus révolutionnaire que d’apprendre à se comporter à l’égard du monde et de sa vie non comme à l’égard d’une réalité donnée mais comme l’artiste aux prises avec l’ oeuvre qu’il a à créer.
Jean Cardonnel

On isole la rose, on cultive la rose, on la favorise. Mais il n’est point de jardinier pour les hommes. Ce qui me tourmente c’est un peu dans chaque homme Mozart assassiné.
Antoine de Saint-Exupéry

Contrairement à une opinion commune le savoir ne progresse pas fondamentalement à l’intérieur d’une discipline. Les grandes idées naissent hors discipline ou aux frontières.
Edgar Morin

Est régressive toute pensée selon laquelle l’individu « est » et n’a pas à se construire.
Simone de Beauvoir 

Page 121

Instruction : des pierres dans un sac.
Culture : une graine dans un pot.
Chapelan

La tâche fondamentale est de parvenir à penser l’imaginaire comme créateur de formes, et la création-destruction comme la dimension essentielle de l’être. Toute une tradition philosophique depuis Platon s’est employée à éliminer l’imagination, à limiter ou à subordonner son rôle, et à considérer la création absolue comme une absurdité. Or toute l’histoire humaine nous oblige à penser le caractère irréductible, créateur, instituant de l’imaginaire, dont ne peuvent véritablement rendre compte ni le matérialisme historique ni même la psychanalyse, qui reste confinée au domaine de l’âme, et ne peut pas penser l’institution comme telle.
Cornélius Castoriadis

Les philosophes ne doivent pas se contenter d’accepter les concepts qu’on leur donne, pour seulement les nettoyer et les faire reluire, mais il faut qu’ils commencent par les fabriquer, les créer, les poser et persuader les hommes d’y recourir.
Gilles Deleuze, Félix Guattari

Trouver d’abord, chercher après.
Jean Cocteau

Humilité dans la pensée

Plus le savoir progresse plus il comprend pourquoi il ne peut aboutir. Chaque fois que nous avons le sentiment d’avoir fait un certain progrès dans la connaissance nous voyons qu’il suscite d’autres problèmes et que le progrès suivant sera encore plus difficile. En avançant la connaissance se  convaint  de son infirmité.
Claude Levi Strauss

La pensée n’est qu’un éclair au milieu de la nuit. Mais c’est cet éclair qui est tout.
Henri Poincaré

Les grandes pensées viennent du coeur.
Vauvenargues

L’homme a beau étendre le cercle de ses idées, sa lumière n’est toujours qu’une étincelle promenée dans la nuit immense qui l’enveloppe.
Proudhon

Acceptez vos faiblesses. Laissez aux autres le soin d’être parfait, et merveilleux. Contentez-vous de ce que vous êtes, vous vous sentirez beaucoup mieux.
Paul Wilson

Quelques années avant sa mort, raconte Agnès Heller, György Lukacs fit devant ses étudiants qui louaient son oeuvre philosophique la remarque suivante : « Et pourtant la chose la plus importante je ne l’ai pas comprise ». « Quelle est cette chose ? » lui demanda-t-on. « C’est précisément cela que je ne sais pas. »
Robert Maggiori

Penser est difficile, agir est très difficile, agir selon la pensée est extrêmement difficile.
Tagore

C’est quand on veut bien se donner le peine de réfléchir à quelque chose qu’il est temps d’y penser.
Pierre Dac

Quand on prend ses virages en ligne droite c’est que çà ne tourne pas rond dans le carré de l’hypoténuse.
Pierre Dac

Erreur et vérité

Se tromper est humain mais lorsque la gomme s’use plus vite que le crayon c’est qu’on exagère.
J. Jenkins 

Page 122

Il avait décidé d’accorder seulement la moitié de son esprit aux choses en quoi il croyait (ou croyait croire), pour garder l’autre disponible au cas où fut vrai le contraire.
Umberto Eco

Une fausse erreur n’est pas forcément une vérité vraie.
Pierre Dac

Un homme savant a compris un certain nombre de vérités, un homme cultivé a compris un certain nombre d’erreurs.
Alain

Une chose qui convainc n’est pas vraie pour autant elle est simplement convaincante.
Nietzsche

Quand tu lances la flèche de la vérité
Trempe la pointe dans le miel.
Proverbe arabe

Il ne suffit pas d’avoir raison contre l’erreur, il faut en avoir raison.
Georges Bernanos

Le mensonge serait en route depuis dix ans que la vérité l’atteindrait en une matinée de marche.
Proverbe africain

On a le droit de changer d’idée mais seulement quand c’est un devoir.
Entendu

Le plus grand dérèglement de l’esprit est de croire les choses parce que l’on veut qu’elles soient et non parce que l’on a vu qu’elles sont en effet.
Descartes


La vérité d’un homme c’est ce qu’il cache.
André Malraux

Si tous ceux qui croient avoir raison n’avaient pas tort la vérité ne serait pas loin.
Pierre Dac

Doute et certitude

Une foi qui ne doute pas est une foi morte.
Miguel de Unamuno

Ce n’est pas le doute qui rend fou, c’est la certitude.
Nietzsche

Certitude, servitude.
Jean Rostand

Penser c’est dialoguer avec l’incertitude.
Edgar Morin

Entre la foi et l’incrédulité, un souffle,
Entre la certitude et le doute, un souffle.
Sois joyeux dans ce souffle présent où tu vis
Car la vie elle-même est dans le souffle qui passe.
Omar Khayyam

Méthode

Les vérités les plus précieuses sont celles que l’on découvre en dernier, et les vérités les plus précieuses ce sont les méthodes.
Nietzsche 

Page 123

On ne sait jamais si on marche sur une semence ou un débris.
Alfred de Musset

Hâtez-vous lentement et sans perdre courage
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage :
Polissez-le sans cesse et repolissez,
Ajoutez quelquefois et souvent effacez.
Boileau

Comment tenir compte de la lenteur et de la rapidité ? Tchouang-Tseu était un peintre extraordinaire. L’Empereur lui demanda de réaliser un crabe. Tchouang-Tseu accepta à condition d’avoir cinq ans pour le faire et de nombreux serviteurs ainsi qu’une maison. Au bout de ce temps la peinture n’était pas commencée, il réclama cinq ans de plus. Au dernier jour l’Empereur arriva et, en un instant, Tchouang-Tseu peignit le crabe le plus beau que l’on eût jamais vu.
Histoire de Chine

Jusqu’à une époque récente, toutes les sciences découpaient arbitrairement leur objet dans le tissu complexe des phénomènes (…). Les succès de la science écologique nous montrent que, contrairement au dogme de l’hyper spécialisation, il existe une connaissance organisationnelle globale, seule capable d’articuler les compétences spécialisées pour comprendre des réalités complexes (…). Mais la pensée écologisée est très difficile parce qu’elle contredit des principes enracinés en nous dès l’école élémentaire où l’on nous apprend à faire des coupures et des disjonctions dans le tissu complexe du réel, à isoler des domaines du savoir sans pouvoir désormais les associer. Puis on nous pousse à croire que l’on est condamné à la clôture des disciplines, que leur isolement est indispensable, alors qu’aujourd’hui les sciences de la Terre et l’écologie montrent qu’un environnement naturel a permis de découvrir leur nature propre alors que la méthode d’isolement détruisait l’intelligibilité de leur vie. Tout ce qui isole un objet détruit sa réalité même. Il ne suffit pas de dire que « les êtres humains, les êtres vivants ne sont pas des choses »; il convient d’ajouter que les choses elles-mêmes ne sont pas des choses, c’est à dire des objets clos
Edgar Morin

Le génie c’est un entraînement de chaque jour.
Alain

Toute sortie est une entrée quelque part ailleurs
Tom Stoppard

Toute la vie est dans le verbe « voir ».
Pierre Teilhard de Chardin

Trois règles de travail :
Dans la confusion trouver la simplicité
De la discorde faire jaillir l’harmonie
Au milieu de la difficulté se trouve l’opportunité.
A. Einstein

Le fait suggère l’idée, l’idée dirige l’expérience, l’expérience juge l’idée.
Claude Bernard

Ce n’est pas assez d’avoir l’esprit bon, le principal est de l’appliquer bien. Je me fixais trois préceptes : ne recevoir une chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle (évidence), diviser chacune des difficultés que j’examinerais en autant de parcelles qu’il se pourrait et qu’il serait requis pour les mieux résoudre (analyse), pour monter pas à pas comme par degrés jusqu’à la connaissance des plus composées (synthèse).
Descartes

Page 124

Il faut gravir le dur sentier de l’inspiration.
Victor Hugo

Rien n’est plus pratique qu’une bonne théorie.
Albert Einstein

Intelligence

L’homme intelligent se mesure à ce qu’il sait ne pas comprendre.
Herriot

L’intelligence ? Le pouvoir de faire des détours.
Kohler

Pour analyser un phénomène il est essentiel de changer de chaise c’est à dire d’utiliser tour à tour plusieurs disciplines.
JML

L’intelligence crée de l’inquiétude autour du fait.
Leriche

Le génie c’est 1% d’inspiration et 99% de transpiration
Thomas Edison

Faites du coeur le coeur de l’intelligence : vous n’y perdrez rien en physiologie et vous

y gagnerez beaucoup en psychologie.

Jacques Phytilis

Les grandes pensées viennent du cœur.
Vauvenargues

Dieu

Voici une histoire qui m’a été transmise
Un père avait deux fils et deux filles. Ils partirent vers un pays lointain. Ses enfants se disputent, jouent, travaillent et fondent chacun leur propre famille. Un jour ils reçurent une lettre. Elle les invitait à quitter leur contrée et à se rendre au loin dans une cabane en bois où ils étaient attendus. C’était signé : « Votre père qui vous aime ».
Un des fils indifférent affirma que la lettre était peut-être l’œuvre d’un faussaire, que le « vieux »était probablement mort. Il resta chez lui.
Les trois autres intrigués se mirent en route. Les invitations de la lettre étaient énigmatiques, et la voie à emprunter était éprouvante. L’une des filles se perdit dans une forêt et épuisée se réveilla emprisonnée dans une forteresse. Les deux autres arrivèrent à la cabane en bois. Des mets raffinés et des trésors précieux avaient été préparés pour eux.
Subjugué le garçon rescapé de la quète se saisit de tout ce que ses mains pouvaient emporter et rentra chez lui. La plus jeune des filles se demanda « où est notre père ?  » Après avoir cherché, elle aperçut une petite porte au fond de la pièce, une personne souriante l’accueillait dans ses bras : « mon enfant pour toi j’étais mort, et maintenant je suis vivant, j’étais absent et maintenant je suis présent ». Jusque tard dans la nuit ils ouvrirent leur cœur l’un à l’autre et fêtèrent leur retrouvailles.
Peu avant l’aube, l’enfant heureux retourna chez elle, retrouver les siens avec joie et leur raconta son voyage. Puis elle partit à la recherche de ses frères et de sa sœur pour leur transmettre une nouvelle lettre de leur père. Comblé et peiné celui-ci nous attend encore.
Shafique Keshavjee

La science laisse subsister le Dieu de la réflexion, elle a détruit le Dieu de l’explication.
Jean Lacroix

Où est Dieu ? … je vais vous le dire. Nous l’avons tué vous et moi. Comment nous consolerons-nous, les meurtriers de tous les meurtriers ?
Ne faut-il pas devenir nous-mêmes des dieux pour paraître seulement dignes de nous-mêmes?
Nietzsche

Rien, c’est trop peu ; Dieu, ce serait trop.
Jean Rostand

Console-toi, tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais trouvé.
Blaise Pascal

Celui qui attend Dieu ne doit pas avoir mal aux pieds.
Proverbe du Bénin

Vous vous souvenez lorsque, en faute, vous me demandiez : « Où est Dieu ? Nous ne le voyons pas ! ». Je soufflais alors sur vos visages et vous demandais ce que vous aviez vu. « Rien », me répondiez-vous – N’avez vous rien ressenti ? – « Bien sûr que si ! » – Alors, Dieu, poursuivais-je, est comme ce souffle. Vous ne le voyez pas mais vous pouvez sentir ses effets. Là où il y a de la beauté, de l’amour, de la justice et de la liberté, le souffle de Dieu est présent .
Shafique Keshavjee

C’est dans l’existence du mal et dans la souffrance des innocents que l’athéisme trouve sa base permanente de ravitaillement.
Gabriel Marcel

Ceux qui croient en Dieu y pensent-ils aussi passionnément que nous, qui n’y croyons pas, à son absence ?
Jean Rostand 

Page 125

Quand on demandait à Protagoras s’il croyait aux dieux il répondait : « c’est une question délicate et la vie des hommes est brève ».
Protagoras

Un seul désir me possède, celui de surprendre ce qui se cache derrière le visible… et de savoir si une puissance invisible et immuable se dérobe derrière le flux incessant du monde.
Nicos Kazantzaki

Nous ne voyons que trop les effets de la société des hommes, des choses, de Dieu, qui restent fondamentalement ce qu’ils sont : il ne peut rien y avoir de pire que cette conservation. Le renversement des bases matérielles c’est l’Incarnation remise sur ses pieds d’histoire, c’est le grand souffle de Dieu qui devient homme, des hommes qui deviennent Dieu. Oui, Dieu qui reste Dieu, qui se conserve Dieu, en bonne santé de Dieu, est bien mort en Jésus-Christ. Mais qui est Jésus-Christ ? L’homme si humain, si plein d’humanité qu’il en manifeste et en devient le Voyant de tous, géniaux et cordialement assemblés.
Jean Cardonnel

Je crois en l’existence d’un Dieu qui créé les hommes mais absolument pas dans le dieu que les hommes ont créé à leur image pour se rassurer.
Bertrand Picard

Il ne suffit pas du tout à l’homme de savoir si Dieu est. Il veut savoir s’il est quelqu’un et s’il répond.
Lanza Del Vasto

Je n’ai plus rien à chercher au ciel, ce dieu est assez pour moi qui tient entre quatre clous.

Paul Caudel

Si tous les humains sont pratiquement d’accord pour reconnaître que notre univers ne vient pas de rien mais de quelque « chose », ils divergent quant à la détermination de ce quelque « chose ».
A ma connaissance il n’existe que trois familles fondamentales de réponses lorsqu’on essaye de qualifier ce quelque « chose », ce « premier principe »: il y a les réponses « matérialistes », les réponses « holistiques » et les réponses « spiritualistes ».
1-    Les réponses matérialistes. Selon cette famille de convictions, l’univers vient d’une « matière première » – énergie, particules, forces… sans commencement ni fin, au hasard des transformations du temps, qui s’est diversifiée, complexifiée, organisée, pour constituer les étoiles, les planètes, les organismes végétaux, animaux et humains. Les divers athéismes appartiennent à cette famille de réponses. Selon ces perspectives l’univers n’a pas de sens, mais dans l’univers du sens peut être créé, par l’être humain en particulier. A sa mort chaque individu se dissout en poussière et en particules infimes. En un mot, à la fin sera la dispersion.
2-    Les réponses holistiques. Selon cette famille de convictions, l’univers est le produit d’une « unité – totalité originelle » (Œuf cosmique des mythologies, Brahman des hindous, Vacuité des bouddhistes, Tao des chinois…) qui s’est scindée en deux pour fonder le monde « spirituel » (l’univers invisible : Dieu suprême, divinités, esprits) et le monde « matériel » (l’univers visible : ciel et terre, pierres et plantes, animaux et humains). Le panthéisme (tout est Dieu), l’animisme (des esprits divers animent le monde naturel), l’hindouisme (un même Divin s’exprime par différentes divinités et par toutes les formes de vie) et le bouddhisme (un flux de conscience indescriptible traverse l’univers impermanent) appartiennent à cette même famille de réponses. Selon les perspectives, le sens de l’univers, c’est de retrouver et de refonder en chaque être et entre les êtres, l’unité première et dernière qui tend à surmonter les différences. Cette unité est à l’image d’un océan calme auquel des myriades de gouttes d’eau seraient revenues. En un mot, à la fin sera la réintégration.
3-   Les réponses spiritualistes. Selon cette famille de convictions l’univers est le produit d’une création par un Principe « spirituel »le plus souvent unique, un Dieu créateur (Trinité des chrétiens, Eholim des juifs, Allah des musulmans), parfois « double » (Ohrmazd et Ahriman des Perses), voire multiple (divinités de certains polythéismes). Le christianisme, le judaïsme et l’islam, par leur commune reconnaissance d’un Dieu créateur différent de sa création, appartiennent tous les trois à cette même famille de réponses. Selon ces perspectives, le sens de l’univers, c’est l’établissement – voire le rétablissement – d’une relation heureuse avec la Source première qui tient à valoriser les différences. Cette unité est celle des relations personnelles réconciliées. Elle est à l’image d’une famille heureuse où tous les membres se seraient joyeusement retrouvés. En un mot, à la fin sera la communion.
Shafique Keshavjee 

Page 126

Je me compare au lambeau de nuage qui dans le ciel d’automne erre inutilement. O mon soleil éternellement glorieux ! A ton toucher ne s’est pas encore dissoute ma brume, de sorte que je ne fasse plus qu’un avec ta lumière ; ainsi je vais, comptant les mois et les années où je suis séparé de toi.
Si tel est ton désir et si tel est ton jeu, empare-toi de mon inconstance fugitive, orne la de couleurs, que l’or la dore, que sur le vent lascif elle navigue et s’épande en miracles changeants.
Puis, de nouveau, si tel est ton désir de cesser ce jeu à la nuit, je fondrai, disparaîtrai dans l’ombre ; ou, peut-être, dans un sourire du matin blanc, dans la fraîcheur de cette pureté transparente.
Rabindranath Tagore

3.        Ecouter, parler, écrire

Parler

Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste.
W. Shakespeare

Un mot et tout est sauvé
Un mot et tout est perdu.
André Breton

Pense avant de parler et pèse avant d’agir.
W. Shakespeare

L’éloquence c’est dire quelque chose à quelqu’un, le dire ordonnément , prudemment, suffisamment.
Montaigne

Il semble que la logique est l’art de convaincre de quelque vérité, et l’éloquence un don de l’âme (…).
La Bruyère

Si un mot te brûle la langue laisse le faire.
Sagesse persane

En ravalant des paroles méchantes sans les avoir dites, personne ne s’est jamais abîmé l’estomac.
Winston Churchill

Il y a trois discours : celui qu’on prépare, celui qu’on fait, celui qu’on refait pour soi.
Jean Guitton

Pour mieux exprimer une idée il faudrait la dire trois fois: on l’annonce, on la développe, on la résume. Ainsi on dit qu’on va la dire, on la dit, on dit qu’on l’a dite.
Jean Guitton

 Page 127

L’action met les ardeurs en oeuvre mais c’est la parole qui les suscite.
Charles de Gaulle

La paix c’est quand deux personnes se parlent.
Entendu dans une réunion

Une grande partie du talent d’un orateur consiste à dissimuler son art et à montrer un naturel qui crée, entre celui qui écoute et lui-même, un courant de sympathie et de confiance.
Maurice Garçon

Ce besoin de parler
et cette peur de dire…
M. Benin

La parole est moitié à celui qui parle moitié à celui qui écoute.
Montaigne

Mal nommer les choses c’est ajouter du malheur au monde.
Albert Camus

Quels sont les moyens pour mieux intervenir dans un exposé oral?
Planifier son temps, cerner l’objet du sujet, rechercher les matériaux, faire un plan, le développer.
Tenir compte de son auditoire : le « sentir », quel nombre ? Quelles attentes ?
Tenir compte du moment où l’on parle (il peut y avoir des retardataires, des bavards, des somnolents… digestifs et surmenés). Essayer d’évaluer le degré d’attention de l’auditoire…
Régler des questions matérielles : espace, micro, se détacher des notes (et non s’y accrocher), tenir compte du minutage, de la température de la salle…
Parler aussi avec son corps : se contrôler, être simple, l’impression du début peut être importante, se montrer « naturel », et si vous en avez envie il n’est pas interdit de sourire…
Votre voix est importante : dans son intensité par rapport à la grandeur de la salle. L’articulation, (utilisation des consonnes), la prononciation (son des consonnes) sont importantes. Attention au « débit » monotone : réagissez par la variété des rythmes, des intonations, des silences. La « vertu des silences » peut exister (silences suggestifs, intériorisés). Un certain oubli de soi-même est le bienvenu : ne pas s’écouter. Au besoin secouer doucement ou plus intensément votre auditoire, même votre enseignant à l’oral (délicatement) pour l’éveiller à ce que vous dites.
Répétez votre exposé: cette méthode est souvent employée par des conférenciers mais aussi par des étudiants dans la mesure où ils en ont le temps pour un oral. L’acte de répétition fait travailler la mémoire, c’est une forme de « travail du travail ». Il ne doit surtout pas dominer tout le reste et fermer les portes à l’imprévu, au dialogue, à la question qui vous vient à l’esprit.

JML

Ecouter

Qui parle sème, qui écoute récolte.
Sagesse persane

Parler est un besoin, écouter est un talent.
Goethe

Accoutume-toi à être intérieurement attentif aux paroles des autres et entre le plus possible dans l’âme de celui qui te parle.
Marc-Aurèle

On signale sommairement et extérieurement le dialogue comme un échange de paroles libres et une action libre. Des paroles sont échangées, porteuses d’images, d’idées, de concepts, de jugements. L’un ou l’autre sujet prend ou reprend l’initiative ; chacun d’eux a la faculté ou la capacité de dire et de contredire.
L’expérience du dialogue se déploie à partir des sources de notre civilisation. Le dialogue socratique est une opération dans le dessein de découvrir la vérité, dans la contradiction et dans un va-et-vient entre particulier et général, concret et abstrait. Le dialogue judéo-chrétien apporte l’idée d’un échange de paroles entre l’incréé et la créature ; les coopérations actives, volontaires, qui utilisent la discussion contradictoire dans le dessein de former des propositions vraies, des approximations de la vérité, se déroulent en présence d’un juge qui regarde les menteurs et les faux témoins.
Si oublieux de ses sources qu’il puisse devenir, le dialogue, dans la pensée de l’Occident, conserve un caractère notable ; il ne met pas en cause deux sujets seulement ; il suppose toujours un troisième terme ; une valeur supra-historique : la vérité ou la justice par exemple, d’où découle une conduite morale : la véracité ou la loyauté.
Plus élémentairement, le dialogue implique que la communication est possible. Le dynamisme du dialogue est double ; il procède de la spontanéité de l’esprit qui dit et contredit ; il s’alimente à la richesse inépuisable des valeurs. Jamais le dialogue ne se confond avec une praxis qui parviendrait à faire d’une vérité, une contre-vérité, et d’une injustice, une justice.
François Perroux 

Page 128

La nature nous a donné une langue et deux oreilles pour que nous écoutions le double de ce que nous disons.
Zénon

L’oreille est le chemin du cœur.
Voltaire

Il y a dix commandements pour le sage.
Neuf disent : « ne parle pas ! »
Un seul dit : « parle peu ! «
Proverbe

Le Silence

Le silence est digne d’être entendu. Il a des profondeurs qui varient comme celles du sol.
Henry David Thoreau

Si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence, alors tais- toi.
Proverbe arabe

« Garder le silence », quel mot étrange. C’est le silence qui nous garde.
Bernanos

Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse.
Albert de Vigny

Sans toi, je n’irais plus, je crois/Sans frayeur dans les bois/Peuplés de tant de choses/Et surtout de silence.
Eugène Guillevic

A chacun sa drogue. La mienne est le silence. Comme il se doit je l’aime et je le crains. Mais sans lui je perds ce sens subtil qui permet de communiquer avec l’âme des choses.
François Mitterrand

Silence : splendeur des forts, refuge des faibles, pudeur des orgueilleux, fierté des humbles, prudence des sages, esprit des sots…
Charles de Gaulle

Ton silence parlera pour toi.
Eugène Guillevic

Notre civilisation occidentale souffre de logorrhée.
Le silence, les silences sont enrichissants. Le brouillard des mots nous accable. Les gens ne conversent plus. Ils lancent leurs opinions qui rebondissent sur autrui ou fuient en parallèles. Rares sont les paroles de réconciliation, d’entente. Le bavardage se répand.
Paul Virilio 

Page 129

Ecrire

Ecrire est un acte d’amour. S’il ne l’est pas, il n’est qu’écriture.
Jean Cocteau

La forme est comme la sueur de la pensée.
Flaubert

L’idée et la forme sont deux êtres en un.
Baudelaire

Si la vie n’est pas juste, il faut que les mots le soient.
Bernard Chambaz

Ecrire, c’est essayer de faire passer un argument, une émotion, d’une conscience dans une autre. Tâche dont on éprouve parfois l’inutilité navrante. Ce qui m’étreint si fort, l’autre ne le ressent pas, ne le voit pas, ne l’imagine pas : il lit mes mots, ce sont des mots étrangers. Comment lui faire sentir ce que je sens ? Jamais cette impression n’a été si forte que devant la « bombe française ».
Claude Bourdet

Comment faire un plan à l’oral et à l’écrit ?
Le facteur temps est essentiel : il peut aller de 10 ou 30 minutes pour la préparation d’un oral, jusqu’à plusieurs heures (2 ou 3 pour beaucoup d’épreuves, quelquefois plus pour certaines épreuves de certains concours), ou même jusqu’à plusieurs jours ou mois ou années si vous préparez une intervention, un article, un mémoire, un ouvrage…
Voici une méthode possible qui se déroulerait en six temps. Nous proposerons l’image du jardinier (vous) et de ses fleurs (le plan), image qui a certes ses limites (au sens propre et figuré…). 1er temps : préparez vos connaissances : jardinage ; 2nd temps : rassemblez vos connaissances : allez chercher beaucoup de graines (cours, T.D., lectures, réflexions personnelles… ) dans le magasin le plus proche (la matière dans laquelle vous composez), éventuellement allez faire un tour, rapide ou lent, dans d’autres magasins (si on ne vous l’a pas déconseillé (?) et si vous le jugez nécessaire) (autres thèmes, voire éventuellement autres disciplines), si vous avez assez de temps (temps de l’épreuve) ; 3ème temps : choisissez vos connaissances : votre terrain (la discipline et le thème) plus ou moins délimité (autres thèmes), choisissez alors les graines qui conviennent le mieux au terrain (sous-thèmes) tout en gardant les autres. 4ème temps : coordonnez vos connaissances : de quelle façon allez-vous planter ? Quels sont les endroits pour telle ou telle graine qui vous paraissent les meilleurs ? Par où commencer ?
5ème temps : formulez votre plan : vous pouvez planter !
6ème temps : surveillez votre réflexion : tout en arrosant (développement, paragraphes) n’oubliez pas de faire un dernier tri des graines laissées tout à l’heure (compléments de paragraphe). Avant de refermer la porte du jardin (conclusion) n’oubliez pas de jeter un dernier coup d’œil sur vos fleurs qui poussent (relecture).
JML

Quelle est l’importance de l’introduction et de la conclusion à l’écrit et à l’oral ?
L’introduction est le vestibule qui va servir à visiter la maison. Ne laissez pas trop longtemps le visiteur mais donnez-lui envie de continuer la visite.
Ses qualités ? Elle doit accrocher et être claire. Elle a pour objectif surtout de poser un problème (objet d’une recherche, définition d’une problématique, champ d’une recherche). A la fin elle annonce le plan (formule possible « nous envisagerons donc tour à tour »…)
La conclusion : des enseignants vous diront de ne pas conclure, c’est un choix. D’autres voient dans la conclusion non seulement un récapitulatif éventuel, mais, surtout, une sorte de coup de cymbale à la fin d’un morceau, rester sur une interrogation peut être intéressant dans la mesure où chercher c’est essayer d’entrer un peu plus dans les questions…
JML
Une « bonne » conclusion ne doit-elle pas  être porteuse ? Elle peut relancer vers d’autres interrogations,  inciter à la réflexion voire à l’action, donner envie de cheminer encore avec vous.

Page 130                    

JML

Comment argumenter ?
L’argumentation a priori consiste à tirer l’idée, le principe, la proposition qu’on veut établir d’une idée, d’un principe, d’une proposition plus générale dont elle va découler. Ce type de raisonnement est difficile parce que le choix du premier principe n’est pas évident. L’argument a une valeur logique qui s’articule autour d’un « il existe ceci, donc a priori il existe cela ».
L’argumentation a posteriori est plus facile. Elle consiste à prendre des exemples, des faits, des cas concrets. Cette argumentation par les faits demande de la mémoire et de l’analyse.
C’est l’argumentation a contrario qui est probablement  la plus intéressante et qui peut souvent retenir le mieux l’attention du lecteur ou de l’auditeur. Elle consiste à introduire une objection puis à la développer. C’est le « oui, sans doute, mais… ».
Ces trois méthodes de raisonnement ont leur utilité théorique et, on le sait, « rien n’est plus pratique qu’une bonne théorie » (Einstein)
JML

4.    Se rappeler

Mémoire

L’odeur dans l’air glacé des brindilles de bois c’était comme un morceau du passé, une banquise invisible détachée d’un hiver ancien qui s’avançait dans ma chambre.
Proust

Comme un vol criard d’oiseaux en émoi
Tous mes souvenirs se jettent sur moi.
Verlaine

La mémoire est une reconstruction du passé par l’intelligence.
Pradines

Charme profond, magique dont nous grise
Dans le présent le passé restauré.
Baudelaire

Il y a un lien secret entre la lenteur et la mémoire, entre la vitesse et l’oubli. (…) Le degré de la lenteur est directement proportionnel à l’intensité de la mémoire ; le degré de la vitesse est directement proportionnel à l’intensité de l’oubli.
Milan Kundera

Il y a un degré de rumination et de sens historique qui nuit à l’être vivant et finit par l’anéantir, qu’il s’agisse d’un homme, d’un peuple ou d’une civilisation. Contre cet excès d’histoire il faut parfois savoir briser un passé.
Nietzsche

Oublier est le grand secret des existences fortes et créatrices.
Balzac

Devoir de mémoire, devoir d’action

Le souvenir vivant ne doit pas être désolidarisé de l’existence personnelle dont il porte témoignage.
Gusdorf

Le « Plus jamais çà » n’appelle-t-il pas à un double devoir? Nous avons le devoir envers les victimes de garder le souvenir de leur mort. Nous avons aussi le devoir d’agir pour la paix, aujourd’hui, là où nous sommes. Devoir de mémoire et devoir d’action ne devraient-ils pas s’appuyer l’un sur l’autre?
JML

Page 131

Comment renouer dans le respect de la durée un dialogue interactif entre le passé comme expérience, le présent agissant, l’avenir comme horizon de responsabilité ?
Jean Chesneaux

Le passé n’éclairant plus l’avenir, l’esprit marche dans les ténèbres.
Alexis de Tocqueville

Je vous en supplie
faites quelque chose
apprenez un pas
une danse
quelque chose qui vous justifie
qui vous donne le droit
d’être habillés de votre peau et de votre poil
apprenez à marcher et à rire
parce que ce serait trop bête
à la fin
que tant soient morts
et que vous viviez
sans rien faire de votre vie ?                 

  Charlotte Delbo, Auschwitz et  après .
2ème tome, Une  connaissance inutile,
éditions de Minuit,1970

5.        Vouloir:

Non à la résignation

La vie est une chance saisis-la,
La vie est beauté admire-la,
La vie est béatitude savoure-la,
La vie est un rêve fais en une réalité,
La vie est un défi fais-lui face
La vie est un devoir accomplis-le
La vie est un jeu joue-le
La vie est précieuse prends en soin,
La vie est une richesse conserve-la,
La vie est amour, jouis-en
La vie est un mystère perce-le,
La vie est promesse remplis-la
La vie est tristesse surmonte-la
La vie est un hymne chante-le,
La vie est un contrat accepte-le
La vie est une tragédie prends là bras le corps,
La vie est une ouverture ose-la,
La vie est bonheur mérite-le
La vie est la vie défends-la.
Mère Téresa

A l’auberge de la décision les gens dorment bien.
Sagesse persane

Ce n’est pas seulement parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas. C’est aussi parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles.
Sénèque

Il est peu de vertus plus tristes que la résignation. Elle transforme en fantasmes, en rêveries contingentes, des projets qui s’étaient d’abord constitués comme volonté et comme liberté.
Simone de Beauvoir

Il n’y a pas de vent propice à celui qui ne sait pas où il va.
Sénèque

La résignation est la vertu du malheur.
Tchekhov 

Page 132

Une apathie générale consume les individus et les foules dans la corrosion du désenchantement, la morosité du jour qui se lève, une indigne résignation, la rage absurde de révoltes sans révolution.
Raoul Vaneigem

Les destins conduisent celui qui veut, ils traînent celui qui ne veut pas.
Sénèque

Espérons obtenir un peu des autres après avoir obtenu beaucoup de nous-mêmes.
Jules Lagneau

Si tu y mets du tien tu auras la chance
Si tu ne fais aucun effort tu seras malheureux
Le destin est un chien qui nous fait courir à sa poursuite.
Proverbe sumérien

 

N’écoutez pas seulement ce qu’ils disent,
Regardez surtout ce qu’ils font.
Dicton

Dans cette période de remise en question il faut choisir entre continuer à être partie du problème ou devenir partie de la solution.
Serge Mongeau

Qui délibère trop oublie de vouloir.
Alain

L’esprit se fatigue plus vite de vouloir que le corps d’exécuter.
Lao Tsen

Qui veut voir parfaitement clair avant de se déterminer ne se déterminera jamais. Qui n’accepte pas le regret n’accepte pas la vie.
Henri-Frédéric Amiel

Les paroles d’or sont souvent suivies d’actes de plomb.
Proverbe des Pays-Bas

Je ne fais pas le bien que je veux
Je fais le mal que je ne veux pas.
Saint-Paul

En avant ! Tel est le cri, le reproche qui vient des profondeurs. Les fanatismes résistent, la bêtise résiste, le mal résiste (…). Eclore est une fracture, naître est un effort.
W. Shakespeare

Plus d’une fois nous nous demandons où elle s’est enfuie, notre vie morale, en quoi elle consiste et si même elle consiste en quelque chose ! Or c’est précisément dans ces instants où elle est sur le point de s’échapper, où nous désespérons de l’attraper qu’elle est le plus authentique : il faut alors saisir au vol l’occasion dans sa vive flagrance !
Vladimir Jankélévitch

Premier pas

Même un chemin de mille lieues commence par un pas.
Proverbe Japonais 

Page 133

Lorsqu’il y a dix pas à faire vers quelqu’un, neuf n’est que la moitié du chemin.
Jules Barbey d’Aurevilly

C’est en essayant que les Grecs ont pris Troie.
Théocrite

Si quelqu’un te force à faire mille pas, fais en deux mille avec lui.
André Laudouze

Vous ne saurez jamais ce dont vous êtes capable si vous n’essayez pas.
Proverbe d’Amérique

Nul ne commit de plus grande erreur que celui qui ne fit rien en prétextant qu’il ne pouvait faire qu’un petit peu.
Edmond Burke

Ressorts de la volonté

Tout est mauvais si l’on laisse aller. Il faut donc vouloir ce qui est espérer et aimer. Il faut vouloir ce qu’on fait, aimer ce qu’on fait.
Alain

La volonté suit la ligne de la plus grande résistance.
  William James

L’accomplissement de soi passe par la mobilisation vigilante de toutes les forces psychiques, mentales et morales de l’homme et par la réconciliation du coeur et de la raison.
Bruno Bettelheim 

Page 134

L’action compte double, elle change la situation, elle me change moi-même. Le bûcheron fend l’arbre et se fait le bras.

Alain

Qui veut faire quelque chose trouve un moyen.
Qui ne veut rien faire trouve une excuse.
Proverbe arabe

La conscience est toujours en retard.
Karl Marx

On ne se débarrasse pas d’une mauvaise habitude en la flanquant par la fenêtre. Il faut lui faire descendre l’escalier marche par marche.
Mark Twain

Si tu veux prendre ta mesure il faut d’abord te dépasser.
Maxime

Si chacun balayait devant sa porte comme la ville serait propre !
Proverbe russe

Fouille en toi c’est en toi qu’est la source du bien, elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.
Marc Aurèle

Passant, il n’y a pas de chemin ; c’est en marchant qu’on fait le chemin.
Antonio Machado

En attendant l’eau du ciel, arrose toujours.
Dicton

On ne peut bâtir en rêve une vie pour autrui,
on peut seulement façonner sa propre vie.
Bruno Bettelheim

L’important n’est pas ce qu’on fait de nous mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu’on a fait de nous.
Jean-Paul Sartre

Choisir

On choisit vite, on choisit mal. Et même choisit-on ? Qui donc a tout visité, tout pesé, tout comparé ? Mais non. Chacun choisit devant ses pieds. Le hasard est pour beaucoup dans nos partis. Pour le surplus nous sommes déjà chargés de choix. Chaque pas dans la rue est un choix. Et que de choix faits pour nous et par d’autres avant que nous n’y puissions penser. Que chacun se prenne au point où il est, dans le mouvement qu’il va faire. L’action compte double: elle change la situation, elle me change moi-même.
Alain

Nous naissons, pour ainsi dire, provisoirement quelque part. C’est peu à peu que nous composons en nous le lieu de notre origine pour y naître après coup, et chaque jour plus définitivement.
Rainer Maria Rilke

Quant tu choisis, dans la vie, n’oublie pas de vivre.
Samuel Johnson

Volonté : quel sens ?

La volonté est ce pouvoir de surmonter qui est tout l’homme.
Alain

L’homme oriente sa voile, appuie sur le gouvernail, avance contre le vent par la force même du vent.   

Alain

Etre c’est agir. L’action est l’existence même.
Ravaisson

Si nous le voulons, si chacun accepte de penser par lui- même et s’en donne les moyens, l’entrée dans le prochain millénaire peut resplendir pour tous comme une aurore. Rien ne s’y oppose sinon notre passivité, notre acceptation aveugle du pouvoir de la force et de l’argent, et surtout notre difficulté d’agir.
Agir c’est plonger, faire basculer la réalité, se comprendre mortel et donner une chance à la vie. Donner, qu’il est beau, qu’il est difficile de donner !
Albert Jacquard

Un héros c’est celui qui fait ce qu’il peut.
Romain Rolland

Le désir

Il y a deux tragédies dans la vie : l’une est de ne pas satisfaire ses désirs, l’autre est de les satisfaire.
Oscar Wilde

En vérité, en vérité je te le dis Nathanael, le désir m’a plus enrichi que la possession.
André Gide

Nous aurions honte souvent de nos plus belles actions si le monde voyait tous les motifs qui les produisent.
François de la Rochefoucauld

Le désir fleurit, la possession flétrit toutes les choses.
Marcel Proust

On donne plus aisément des bornes à sa reconnaissance qu’à ses espérances et qu’à ses désirs.
François de la Rochefoucauld

Ce qui me rend heureux c’est que je peux entendre une voix crier du fond des temps pour me dire : « Peut-être bien que tu n’y arriveras pas aujourd’hui ou peut-être que tu n’y arriveras pas demain, mais il est bon que ce désir t’habite. Il est bon d’essayer ».
Peut-être ne le verras-tu pas. Peut-être le rêve ne se réalisera-t-il pas, mais néanmoins, il est bon que ce désir t’habite, il est bon que ce rêve soit dans ton cœur.
Martin Luther King

Hasard et volonté

Le hasard, dans certains cas, c’est la volonté des autres.
Alfred  Capus 

Page 135

Quelqu’un disait que la providence était le nom de baptême du hasard; quelque dévot dira que le hasard est un sobriquet de la providence.
Chamfort

L’homme sait enfin qu’il est seul dans l’immensité indifférente de l’Univers d’où il a émergé par hasard. Non plus que son destin son devoir n’est écrit nulle part. A lui de choisir entre le Royaume et les ténèbres.
Jacques Monod

La prévision est une démarche qui, constatant certaines régularités passées, suppose qu’elles vont se poursuivre dans un avenir relativement proche, permettant ainsi de dessiner la vision d’un futur probable. La prospective suppose que le futur n’est pas écrit, qu’il est un mélange de nécessité, de régularité, de hasard et de volonté dans la mesure où il est fait par des groupes humains qui cherchent à réaliser des projets contradictoires. Pour la prospective les hommes font toujours face à une pluralité d’avenirs.
Jacques Lesourne

Le vertige qui saisit l’homme devant la multitude des possibles est fait à la fois d’angoisse et d’ivresse.
Jean Grenier

Jamais un coup de dés n’abolira le hasard.
Mallarmé

Nous luttons pied à pied avec le géant hasard.
Nietzsche

Sénèque pensait que « par une étude suivie de plusieurs siècles » l’incertain serait réduit à zéro ; Heisenberg en 1926 nous annonce que c’est impossible. La communauté des physiciens a eu du mal à s’y résigner : Einstein lui-même ne voulût pas croire que « Dieu jouât aux dés ».
Jean-Jacques Duby

Nous autres nains malins, avec nos volontés et nos fins, nous sommes molestés, renversés et souvent piétinés à mort par ces géants imbéciles et rois des imbéciles, les hasards.
Nietzsche

Il faut être léger comme l’oiseau et non comme la plume.
Paul Valéry

Les météorologues ont appelé « l’effet papillon » la perturbation infime produite par le battement d’aile d’un papillon : elle peut, au bout de plusieurs jours, faire la différence entre la survenance ou la non survenance d’un cyclone. Poincaré dés 1908 avait pressenti le phénomène : « une cause très petite, qui nous échappe, détermine un effet considérable que nous ne pouvons pas voir et alors nous disons que cet effet est dû au hasard ». C’est l’hypersensibilité aux conditions initiales qui introduit l’incertain ou, pour utiliser une terminologie moderne, le chaos.
Jean-Jacques Duby

Dans le combat entre la science et l’incertain nous savons maintenant qu’il n’y aura ni vainqueur ni vaincu. Bon gré, mal gré, les scientifiques ont dû, en quelques décennies, apprendre à travailler avec l’incertain. Mais le plus remarquable, c’est que cette révolution culturelle du XXème siècle n’a pas débouché sur une simple acceptation de leur impuissance par les scientifiques. La recherche moderne fait plus que cohabiter avec l’incertain, elle l’apprivoise, le domestique, l’utilise : les mathématiciens ont développé des méthodes de calcul qui font intervenir le hasard (méthode de Monte Carlo pour le calcul des intégrales; les biologistes moléculaires font appel au hasard (… et à la nécessité, complète Jacques Monod) ; les théoriciens modernes de la complexité montrent comment les systèmes vivants, évoluant entre le désordre et l’ordre, sont capables de s’organiser et de se structurer spontanément. Pour reprendre la belle expression du mathématicien Jean Dieudonné, c’est « l’honneur de l’esprit humain » de ne s’être pas déclaré vaincu par l’incertain, mais au contraire d’avoir su reconnaître et mettre à son propre service la puissance de son éternel adversaire.
Jean-Jacques Duby

6.     Chercher l’essentiel 

Page 136

Le premier secret pour accéder à la sérénité c’est de ne pas laisser de petits problèmes vous empoisonner l’existence.
Paul Wilson

Un empereur demanda à un philosophe de lui écrire l’histoire de l’humanité. Après dix années et dix gros volumes l’empereur lui demanda de recommencer. Après une année et un gros volume l’empereur lui demanda de recommencer. Après une journée et une page l’empereur lui demanda de recommencer. Le philosophe dit à l’empereur : « l’homme naît, souffre, aime et meurt ». L’empereur le remercia.
Histoire entendue

Rompre l’os et sucer la substantifique moelle.
François Rabelais

Allez à l’essentiel : n’avez-vous pas besoin de jeunes arbres pour reboiser votre forêt ?
René Char

J’espère en un nouvel homme, je ne dis pas un homme du futur. « Nouvel homme » implique pour moi une renaissance, un être affranchi de beaucoup d’inutilités. Nous compliquons trop nos existences. Mon père disait : « Nous sommes possédés par nos possessions » (…) Placés dans une spirale infernale les gens sont dépendants de la société de consommation alors que la source du bonheur est en nous-même (…) Contre la religion du profit nous devons opposer la religion de la beauté, son pain vivant, son eau vive.
Théodore Monod

La vie est gaspillée par les détails. Simplifiez , simplifiez !
Henry David Thoreau

« Traite peu d’affaires, dit-on, si tu veux te conserver en bonne humeur »(…)
En effet, la plupart de nos paroles et de nos actions n’étant pas indispensables, si on les retranche, on n’en a que plus de loisir et de tranquillité. C’est pourquoi, il faut, en toute occasion, se remettre en mémoire : ceci ne serait-il pas une des choses qui ne sont pas indispensables ? Et non seulement il faut retrancher les actions qui ne seraient pas indispensables, mais il faut aussi élaguer les idées. De cette manière bien des actions qu’elles entraîneraient ne s’ensuivront pas non plus.
Marc Aurèle

La journée va finir sans flammes, j’ai prié qu’on n’allumât point. Que monte le soir avec ses fumées incertaines : l’accident, l’inutile, le détail y seront noyés. Il me restera l’essentiel. Ai-je rien demandé d’autre à la vie ?
Ecrit d’un étudiant anonyme en 1972

La vie est ce qui t’arrive quand tu es occupé à faire d’autres projets.
John Lennon

Quant tu choisis, dans la vie, n’oublie pas de vivre.
Samuel Johson

La seule obligation que j’aie le droit d’adopter c’est d’agir à tout moment selon ce qui me parait juste.
Henry David Thoreau

Il ne faut pas laisser nos moyens de vivre compromettre nos raisons de vivre.
Hubert Beuve-Méry

L’important ce n’est pas de vivre, moins encore de « réussir », c’est de rester humain.
Georges Orwel

 Page 137

Le mystère du monde c’est le visible, non l’invisible.
Oscar Wilde

Respect du vivant, souci de la dignité humaine, équité, solidarité, partage – tant à l’égard des plus démunis de notre monde qu’à l’égard des générations à venir. Attachons-nous à quelques valeurs pour assumer d’une manière responsable ce moment critique de l’histoire.
Michel Beaud

Quel est votre idéal ? L’idéal capitaliste est qu’il y ait plus de richesse. L’idéal socialiste est qu’il y ait moins de pauvreté. L’idéal chrétien est qu’il y ait plus d’amour. L’idéal bouddhiste est qu’il y ait moins de souffrance…Quel est votre idéal ?                   

 Shafique Keshavjee

Alors viens dehors te promener dans ce jardin
Bois la lumière comme le font les roses
Cœur gentil, ne t’endurcis jamais
Dans cette vie qui t’a été prêtée.
Beth Nielsen Chapman

Un sage dit aux personnes qui l’écoutaient : « Voilà un bol plein de cailloux, puis-je y mettre encore quelque chose ? »
« Non » dirent ces personnes.
Le sage mit du sable et demanda : « Puis-je y ajouter quelque chose ? »
« Non » dirent les personnes.
Le sage y ajouta un peu d’eau et demanda : « Quelle est la philosophie de cette expérience ? ». Après diverses réponses sur le temps qu’il fallait savourer, sur la vie qu’il fallait remplir…le sage dit : ‘‘N’oubliez pas dans vos vies d’essayer de mettre d’abord l’essentiel (le gros cailloux) puis l’important puis le secondaire puis le détail…Mais surtout n’oubliez pas : d’abord l’essentiel’’.
Histoire entendue

II.     AVOIR ET/OU RETROUVER DU SOUFFLE

1.        L’utopie créatrice

Critique du réalisme

Mettre perpétuellement en avant et avoir à la bouche le terrible « soyons réalistes, restons réalistes » c’est aujourd’hui en fait, malgré soi ou avec soi, être probablement fermé sur des mécanismes de mort, c’est refuser les paris d’autres possibles, c’est étouffer l’audace, c’est pactiser avec l’indifférence, être paralysé par la peur de ne rien pouvoir faire et ne rien faire, c’est enfin et surtout se laisser glisser sur la pente la plus forte : celle d’un système porteur de souffrances et de drames.
JML

Des personnes et des peuples sont sacrifiés sur l’autel du réalisme servi par ses grands prêtres et ses fidèles.
JML

Est-il « réaliste » de croire que nous pouvons persévérer dans un modèle qui nous a conduits au bord de la désintégration sociale et du désastre écologique planétaire ?
Nous ne serons jamais capables d’aborder correctement le problème Nord-Sud si nous ne nous affranchissons pas de l’impératif systémique du « toujours plus » au profit d’une civilisation plus frugale et conviviale, capable de régler son évolution selon la norme du « suffisant ». Une société ne peut pas se maintenir sans utopie, au sens que ce terme a chez Paul Ricoeur ou Ernst Bloch.
André Gorz

Il est fou celui qui regarde le doigt qui lui montre la lune.
Proverbe chinois 

Page 138

On serine aux gens à longueur de journée que la preuve de l’excellence du capitalisme est faite, qu’ils ne doivent pas examiner autre chose que ce qui existe : capitalisme et consommation, l’humanité a atteint sa destination finale. Si vous proposez autre chose vous êtes au mieux un doux utopiste inoffensif ou au pire un Pol Pot en herbe. Pas d’avenir véritable, huit clos historique. Contrainte qui paralyse l’imagination et l’activité politiques ; renforcement de l’apathie et du repli sur la sphère privée qui consolident à leur tour le blocage. Conditions qui rendent à nouveau possibles des issues régressives comme le repli sur le nationalisme.
Cornélius Castoriadis

Défense de l’utopie créatrice

Je crois à l’utopie, non pas celle où l’on s’évade mais celle où l’on se projette avec une volonté de fer. Tôt ou tard cette force donne son fruit.
Emmanuel Mounier

De l’utopie il en faut drôlement parce que çà réduit à la cuisson.
Combat non-violent

L’utopie créatrice n’est pas celle des nuages, c’est celle qui prend les moyens de se réaliser et cela à travers des moyens écologiques, justes, démocratiques et pacifiques.
JML

L’utopie ou la mort.
René Dumont

Ceux qui parlent toujours d’impossible n’ont jamais avancé d’un pas.
Bakounine

L’utopie c’est la vérité de demain.
Victor Hugo

Les utopies ne sont que des vérités prématurées
Lamartine

Tous les hommes disaient que c’était impossible et puis est arrivé un homme qui ne savait pas que c’était impossible. C’est lui qui a réussi.
Jean Cocteau

Si une coupe d’eau ne suffit pas à éteindre un incendie il ne faut pas en conclure que l’eau est impuissante contre le feu.
Mong Tseu

Ne vous découragez pas, ne renoncez pas.
N’écoutez pas les lâches qui pour trahir plus commodément
Leur devoir vous diront « çà ne sert à rien ».
Riez au nez des sceptiques, des prudents, des malins,
De ceux qui mettent leur vie en conserve et commencent
Leur retraite au biberon.
Acclamez ou dénoncez,
Soyez conquis ou soyez indignés,
Mais jamais neutres, indifférents, passifs, résignés.
Faites quelque chose de votre vie.
Tout amour semé, tôt ou tard, fleurira.
Travaillons !
Raoul Follereau

L’utopie est une réalité en puissance.
Edouard Herriot

Combien de jeunes velléités qui se voyaient pleines de vaillance et qu’ont dégonflées tout à coup ce seul mot d’ « utopie » et la crainte de passer pour chimériques aux yeux des gens sensés. Comme si tout grand progrès de l’humanité n’était pas dû à de l’utopie réalisée.
André Gide 

Page 139

L’utopie n’est souvent qu’une vérité non encore admise, car l’inertie intellectuelle rend les intelligences meublées imperméables aux conceptions nouvelles.
Jacques Duboin

Il est bien des choses qui ne paraissent impossibles que tant qu’on ne les a pas tentées.
André Gide

A chaque instant le réel est gros d’une infinité de possibles.
Albert Jacquard

Un puissant vizir voulant récompenser son plus fidèle esclave lui demanda : « Que veux-tu ? » L’esclave lui répondit : « Je souhaiterais obtenir pour moi et ma famille du riz en quantité telle que sur un échiquier on dispose un grain sur la première case puis deux sur la deuxième, quatre sur la troisième et ainsi de suite » Le vizir surpris par cette humble demande la fit exécuter sur le champ. Il ne s’était pas rendu compte du chiffre astronomique de grains de riz que cela
représentait. Quand il a compris, il a préféré accorder la liberté à l’esclave.
Théodore Monod

L’image de la « goutte d’eau dans l’océan » par rapport à telle ou telle action est assez courante. Selon les cas, elle veut signifier que cette action est dérisoire ou utile ou à la fois limitée et nécessaire. La « goutte d’eau » a une valeur qui est liée au moins à quatre points de vue différents qui peuvent se compléter :
·       Par rapport au contenu de l’action : elle ne change pas le monde mais peut changer la vie ou une partie de la vie d’une personne, d’une famille, d’un village, d’un quartier… En elle-même, elle est essentielle.
·       Par rapport aux liens entre le local et l’international : la formule « penser globalement, agir localement » est parlante. Elle doit sans doute être complétée par une autre : « penser localement agir globalement ». L’enjeu est de faire évoluer ou de changer le système à tous les niveaux géographiques. En ce sens, des alternatives locales peuvent contribuer à imaginer et soutenir des changements plus vastes. Elles peuvent permettre de ne pas en rester à l’art du possible, de tenter aussi celui de l’impossible, d’ouvrir des pistes, de corriger plus vite des erreurs.
·       Par rapport aux personnes qui agissent : c’est aussi au niveau local qu’une pratique de la solidarité et de la résistance peut se substituer à une culture de compétition et de soumission. D’autre part les associations peuvent être les lieux où s’exerce une démocratie participative. Enfin, par rapport à chacun, chacune de nous : être c’est, entre autres, agir. « L’action compte double, elle change la situation, elle me change moi-même »(Alain).
·       Par rapport à ceux et celles qui nous ont précédé et ceux et celles qui nous suivront : penser aussi en termes d’humanité ça n’est pas fuir nos responsabilités envers les proches, c’est essayer de tenir deux des bouts de la chaîne. En ce sens, la prise en compte de l’existence et de la qualité de vie des générations futures est plus ou moins présente dans nos actions d’aujourd’hui, en liens de coeur et d’esprit avec ceux et celles qui, avant nous, ont essayé de faire avancer libertés, égalités, solidarités.
Oui, la goutte d’eau est dans l’océan mais l’océan, d’une certaine façon, est déjà là dans la goutte d’eau.
De la goutte d’eau à la rosée du matin, il n’y a qu’un pas. Rosée du matin, aube d’humanité, printemps d’espérance… Un jeune poète disait: « dans la rosée du matin, j’ai cueilli le souffle du monde… ».
JML

Cette fonction utopique entretient l’humanité dans sa vocation à créer, dans son ardeur à vouloir atteindre une transcendance. Cet acharnement à rêver d’elle-même, au-delà de sa condition présente, exprime sa conviction d’un droit à la survie.
René Jean Dupuy

L’utopie n’est pas l’irréalisable mais l’irréalisé.
Gandhi 

Page 140

Rien de sérieux ne se fait avec des chimères
Rien de grand ne se fait sans elles.
Charles de Gaulle

Stratégie de l’utopie concrète

Mettre en avant des utopies concrètes qui prennent les moyens de se réaliser. Elles sont porteuses de vie, la vie les porte, dans leurs diversités elles éclatent ou apparaissent doucement.
JML

Rêve de grandes choses, cela te permettra d’en faire au moins de toutes petites.
Jules Renard

Quand on rêve tout seul il ne s’agit que d’un rêve.
Quand on rêve ensemble c’est le commencement de la réalité.
Proverbe brésilien

L’arbre est connu par ses fruits, non par ses racines.
Proverbe d’Espagne

Pour bâtir haut il faut creuser profond.
Proverbe mongol

L’utopie des fins ? Sa chance est d’espérer contre tout espoir. Faisceau d’images motrices le mythe mobilisateur anime des ferveurs au service d’une volonté créatrice. En rupture avec un monde qu’il rejette mais en travail pour le transformer. Destiné à alerter l’opinion il semble plus riche d’inquiétudes salutaires que de solutions précises. Mais il y a ambivalence dans l’utopie. A celle qui désigne des objectifs jusqu’ici considérés comme inaccessibles, s’oppose l’utopie des moyens. Besogneux agenceur de structures complexes, celui qu’elle captive construit des modèles dont la perfection le ravit.
Ces deux démarches paraissent parfois guider les mêmes hommes. Elles sont pourtant antinomiques. L’utopie des fins risque de se dégrader en utopie des moyens lorsqu’elle se fixe un modèle préfabriqué et définitif, censé détenir la formule magique. Son erreur est une rationalisation excessive qui enferme l’homme dans l’utopie alors que sa fonction est l’ouverture.
René Jean Dupuy

La dimension utopique et prophétique demeure indispensable dans toute prospective réelle qui implique non pas la simple extrapolation du passé et du présent mais le moment de la rupture, de la distanciation à l’égard du modèle actuel de développement, le moment de la conscience, le moment de la transcendance de l’homme par rapport à sa propre histoire.
René Jean Dupuy

Une grille d’évaluation d’une institution peut porter sur trois éléments:
– l’utopie créatrice, c’est à dire des idées fortes sur le projet qui situent l’action, l’informent, le dynamisent.
– la stratégie, c’est à dire l’organisation à long terme des phases de l’action pour mettre en oeuvre l’utopie créatrice en tenant compte des éléments actuels et prévisibles des situations (but, politiques générales, objectifs).
– la tactique, c’est à dire l’application pratique, détaillée et circonstanciée de la stratégie (programmation, ressources, méthodes, obstacles).
Michel Seguier

Utopie créatrice portée par…

Dans la rosée du matin j’ai cueilli le souffle du monde.
Poème anonyme – Revue Antirouille

Sur la place chauffée au soleil
Une fille s’est mise à danser (…)
Ainsi certains jours paraît
Une flamme à nos yeux
A l’église où j’allais
On l’appelait le Bon Dieu
L’amoureux l’appelle l’amour
Le mendiant la charité
Le soleil l’appelle le jour
Et le brave homme la bonté…
Jacques Brel

 Page 141

Un jour pourtant
Couleur d’orange
Un jour de palme,
Un jour de feuillages au front
Un jour d’épaule nue
Où les gens s’aimeront
Un jour comme un oiseau
Sur la plus haute branche.
Aragon

Où je crée je suis vrai.
Rainer Maria Rilke

Nous avons vu fleurir dans nos déserts
Les fleurs de la tendresse.
Nous avons vu briller sur l’univers
L’aube d’une paix nouvelle.

Nous avons vu les malheureux
Comme au jour de la fête.
Nous avons vu renaître au fond des yeux
L’espérance déjà morte.
Chant

Donc, je marche vivant dans mon rêve étoilé !
Victor Hugo

La pensée de la trace se pose, par opposition à la pensée du système, comme une errance qui oriente. Nous connaissons que la trace est ce qui nous met, nous tous, en relation. (…)
La trace va dans la terre, qui plus jamais ne sera territoire. La trace c’est manière opaque d’apprendre la branche et le vent: être soi, dérivé à l’autre. C’est le sable en vrai désordre de l’utopie.
La pensée de la trace permet d’aller au loin des étranglements de systèmes. Elle réfute par là tout comble de possession. Elle conteste l’absolu du temps. Elle ouvre sur ces temps diffractés que les humanités d’aujourd’hui multiplient entre elles, par conflits et merveilles.
Elle est l’errance violente de la parole qu’on partage.
Edouard Glissant

Ne sommes nous pas d’autant plus vivants que nous portons en nous ce projet d’humanité et qu’il nous porte ? Les peuples qui se sont mis se mettent et se mettront debout: voilà une partie de notre souffle.
JML

Mon coeur s’élance au rythme des navires qui fendent l’avenir. Et vogue la galère des foules qui s’insurgent !
Jean Cardonnel

2.    L’optimisme, l’espérance

C’est beau la vie

Les fleuves coulent, la mer chante, les océans grondent, les marées montent. Qui suis-je ? Un grain de sable sur une grève immense. Et qui suis-je pour demander « qui suis-je » ? N’est-ce pas déjà assez d’être ?
Vieux texte indien d’Amérique

Je ne suis pas pessimiste mais clairvoyant. Beaucoup me parent du qualificatif d’illuminé. Je les en remercie. Il est vrai que je suis ébloui, éclairé, rempli de lumière ; car je suis fasciné, émerveillé par la Vie, la super vie. Le fait de découvrir, d’ouvrir les yeux chaque jour avec la fraîcheur d’un enfant me comble d’immensité et de lumière.
Théodore Monod

Page 142

Quand la vie est un collier
Chaque jour est une perle.
Quand la vie est une cage
Chaque jour est une larme.
Quand la vie est une forêt
Chaque jour est un arbre.
Quand la vie est un arbre
Chaque jour est une branche.
Quand la vie est une branche
Chaque jour est une feuille.                                                                  

 Jacques Prévert

C’est beau, c’est beau la vie
Tout ce qui tremble et palpite
Tout ce qui vit et se bât…
Louis Aragon

Que seulement
Je fasse de ma vie
Une chose simple et droite
Pareille à une flûte de roseau
Que tu puisses remplir de musique
Tagore

Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse
S’élancer vers les champs lumineux et sereins,
Celui dont les pensées, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes.
Charles Baudelaire

Derrière la saleté
Il nous faut écouter
L’oiseau au fond des bois
Le murmure de l’été
Le sang qui monte en soi
Les berceuses des mères
Les prières des enfants
Et le bruit de la terre
Qui s’endort doucement.
Jacques Brel

Optimisme, pessimisme

Il faut avoir le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté.
Antonio Gramsci

Ne lave pas la vaisselle que tu feras demain.
Proverbe polonais 

Page 143

Une vertu n’est qu’un vice qui s’élève au lieu de s’abaisser. Et une qualité n’est qu’un défaut qui sait se rendre utile.
Maurice Maeterlink

Le pessimisme est d’humeur, l’optimisme est de volonté.
Alain

Il faut avoir « le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté » disait Gramsci.
– Trois raisons au moins d’avoir « le pessimisme de l’intelligence »:
Des logiques suicidaires : cette vérité saute aux yeux pourvu qu’on les ouvre. Le système international produit des problèmes, des drames et des menaces qui, dans leur gravité et leur nombre, sont impressionnants. Qu’il nous suffise de dire que chaque seconde il y a trois naissances dans le monde, chaque minute neuf millions de francs de dépenses militaires mondiales. C’est un système condamné et condamnable.
Des moyens souvent contraires aux finalités (paix, liberté…) que l’on proclame. Par exemple : encore un massacre et çà ira mieux demain ! Terrible refrain.
Le poids de la fatalité : celle-ci est surtout le résultat de trois facteurs : complexité, technicité, rapidité du système. L’analyse et/ou le sentiment que les marges de manœuvre diminuent… amènent des personnes à chercher de fausses solutions soit dans le grand remède-miracle (sommet miracle, homme providentiel, technique miracle, croissance sacro-sainte, bouc émissaire…), soit dans la fuite en avant, celle d’une compétition terricide et humanicide.
– Trois raisons au moins de construire « l’optimisme de la volonté » :
Des logiques de société humainement viable sont possibles : il s’agit de résister face à la confusion entre les moyens et les fins, en particulier il faudrait mettre l’économie et la science non au service d’elles-mêmes mais au service des êtres humains.
Des moyens conformes aux finalités que l’on proclame : il s’agit à tous les niveaux géographiques de mettre en oeuvre des moyens démocratiques, équitables, pacifiques, durables.
Les associations, les organisations non-gouvernementales (ONG) sont un des moyens de changement : face à la fatalité, ne peuvent-elles pas contribuer à l’émergence d’une citoyenneté mondiale ? Pour cela, ne s’agit-il pas de repenser souvent leur démocratie interne sous forme plus participative, de développer leur force de proposition, de se faire reconnaître à tous les niveaux géographiques, d’organiser des conférences d’ONG capables d’impulser un autre avenir ? Les ONG ne peuvent-elles pas contribuer à prendre en compte davantage le long terme, à faire avancer responsabilité, solidarité, autonomie ?
JML

Efforcez-vous de toujours apprécier le bon côté des gens, d’envisager les situations difficiles sous leur meilleur jour. Cette approche toute simple est source d’optimisme et de pensée positive.
Paul Wilson

L’élève dit : une libellule, ôtez-lui les ailes, c’est un haricot. Le maître répondit : je crois qu’il vaut mieux dire, un haricot, mettez-lui des ailes c’est une libellule !
Hosoukaï

Entraînez-vous à avoir des pensées positives, efforcez-vous de dire des paroles positives, vous ne tarderez pas à éprouver des sensations positives.
Paul Wilson

Espoir, espérance

L’enfer c’est d’avoir perdu l’espoir.
A.J.Cronin

Il faudra bien mille ans
Pour que notre chair commune, nos millions de ventres
Notre douleur béante
Nos révoltes et nos révolutions
Nos morts inutiles,
Nos plans de lutte,
Nos efforts d’un instant après l’autre
Notre patience et nos colères
Nos vies fugitives.
– Je me lève et je te passe la flamme
je pleure de rage et d’espoir –
Nos vies anneau après anneau
Nos vies maille après maille
Nos corps tissés ensemble
Arcs boutés
Accouchent
Du soleil.
Marie-Claude Betleder  

Page 144

Le désespoir révèle les limites de l’espoir et l’espoir les limites du désespoir. Mais le désespoir correspond à la face inerte de la réalité et l’espoir à l’action. Dans ce sens l’espoir est plus vrai que le désespoir.
Edgar Morin

La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un coeur d’homme.
Albert Camus

C’est notre espérance. C’est la foi avec laquelle je retourne dans le Sud. Avec cette foi nous pourrons tailler dans la montagne du désespoir, la stèle de l’espoir. Avec cette foi, nous pourrons transformer la cacophonie des discordes de notre nation en une belle symphonie de la fraternité.
Martin Luther King

Quand nous chanterons le temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Serons tous en fête.
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur (…)
Jean-Baptiste Clément, Auguste Renard

C’est l’espérance folle qui nous console de tomber du nid
Et qui demain prépare nos guitares pour d’autres harmonies
S’élève l’espérance dans le silence lointain de la nuit
Et les matins qui chantent déjà enchantent nos soirs d’aujourd’hui.
Guy Béart

Lorsque n’existe aucun espoir raisonnablement acceptable l’espérance doit jouer. C’est au moment où il n’y a plus d’espoir qu’il faut commencer à espérer.
Jacques Ellul

L’espérance sans risque ce n’est pas l’espérance. L’espérance c’est croire en l’aventure de l’amour, faire confiance aux hommes, faire un saut dans le noir en s’abandonnant à Dieu.
Helder Camara

(…) Pendant longtemps on a appris aux hommes à désespérer remarque Ernst Bloch. Il est temps d’apprendre la dignité et l’espoir. L’existence de chacun est jalonnée de désirs qu’il ne réalisera jamais, car on arrache sans cesse à l’homme la croyance en la possibilité de les réaliser. Aussi Bloch fonde-t-il toutes les analyses du « principe espérance » sur une sorte de phénoménologie des rêves trahis et des espoirs déçus. Ses interlocuteurs ne sont pas seulement Platon, Kant, Hegel, Nietzsche, mais l’enfant, l’adolescent, l’adulte, fût-il le plus désespéré. Même les rêves les plus insensés contiennent une vérité révolutionnaire quand ils protestent contre l’inhumanité et l’humiliation.
« Le principe espérance » s’identifie à tout ce qui élève l’homme au-dessus de lui-même, dans sa vie comme dans l’histoire.(…) L’obscurité de l’instant vécu s’éclaire si on la replace dans la trajectoire de l’espérance infinie qui hante les hommes. (…)
Jean-Michel Palmier commentant un ouvrage d’Ernst Bloch 

Page 145

Espérance?

Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; L’Espoir,
Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.
Charles Baudelaire

Mon coeur lassé de tout, même de l’espérance
N’ira plus de ses voeux importuner le sort.                                               

 Lamartine

L’espérance comme une chauve-souris
S’en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris.
Charles Baudelaire

Espérer… encore…

L’espoir des hommes c’est leur raison de vivre et de mourir.
André Malraux

Il faut veiller. Autour de nous c’est la nuit. Le monde peut s’endormir, lassé par le malheur. Le veilleur est debout : il fait confiance à l’aurore. Il faut veiller : le veilleur a confiance au nom des autres.
Jacques Leclercq

Mieux vaut allumer une bougie que de maudire les ténèbres.
Proverbe arabe

Oublions la peur, quittons notre deuil
Pour danser la fête après la nuit.
Laissons le soleil entrer dans nos vies
Laissons la lumière envahir nos coeurs.
Chant

Pour préserver l’horizon, non d’un âge d’or, mais d’un monde moins inhumain, Edgar Morin propose son « Evangile de la perdition ». Ce n’est ni plus ni moins qu’une sorte de religion – au sens originel du terme : relier. Elle n’aurait plus pour fin le salut mais la fraternité. Ce serait « une religion qui assumerait l’incertitude », une religion « ouverte sur l’abîme ». Ayant accepté « la mauvaise nouvelle » de la perdition, nous serions à même de profiter de la « bonne nouvelle » : nous avons une maison commune, la planète Terre.
Jean-Marie Colombani

Chaque homme dans sa nuit s’en va vers sa lumière.
Saint Paul

Vieil homme jamais las de guetter dans l’ombre la lueur de l’espérance.
Charles de Gaulle

Aimer le monde
Avec les yeux
De ceux qui ne sont pas nés
Encore,
Se savoir victorieux
Alors que tout autour de soi
Est encore si froid, si sombre.
Otto René Castillo 

Page 146

Nous sommes dans la main de la destinée comme un oiseau dans la main d’un homme. Tantôt elle nous oublie, elle regarde ailleurs, nous respirons. Et soudain elle se souvient de nous et elle serre un peu, elle nous étouffe.
Henri de Montherlant

L’optimisme est une fausse espérance à l’usage des lâches et des imbéciles. L’espérance est une vertu. La plus haute forme de l’espérance c’est le désespoir surmonté.
Georges Bernanos

Humour, courage, espérance… A la fin des années noires, au moment où il fut emmené brutalement à Drancy, Tristan Bernard eut encore la vaillance de dire à sa femme son mot le plus beau, le plus noble, le meilleur : « Ne pleure pas. Nous avons vécu dans l’inquiétude, nous allons vivre dans l’espérance. ».
Hervé Lauwich

J’ai toujours pensé que l’homme qui espérait dans la condition humaine était un fou, et que celui qui désespérait des événements était un lâche.
Albert Camus

On n’éteint jamais le feu d’une étoile même quand l’étoile est morte.
On ne tue jamais le cri de l’espoir même si le vent l’emporte. Il est vivant comme un soleil
Celui qui nous animait,
Il est plus grand que tous les ciels, que toutes les forêts…
Chant…

L’espérance est un risque à courir. C’est même le risque des risques. L’espérance n’est pas une complaisance envers soi-même. Elle est la plus grande et la plus difficile victoire qu’un homme puisse remporter sur son âme.
Georges Bernanos

Tant que l’espoir demeure au niveau de l’espérance il n’y a pas lieu de désespérer puisque rien de ce qui est fini n’est jamais totalement achevé tant que tout n’est pas totalement terminé.
Pierre Dac

Il ne faut pas lier un navire à une seule ancre ni la vie à un seul espoir.
Epictète

Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer.
Devise des Princes d’Orange

Il n’est pas plus insensé de s’abandonner à un espoir, celui de la survie de l’humanité, que de le repousser au nom d’un prétendu réalisme qui n’est que le consentement défaitiste au suicide de l’espèce.
Jean Rostand

Cette veille de fin des temps peut-elle encore se transformer en aube d’humanité ?
JML

Patience

Patience : passion de l’incertitude.
Betty Rojtman

La lenteur du temps donne son véritable prix aux choses.
Pierre Jakez Hélias

La patience est l’art d’espérer.
Vauvenargues

Combien pauvres sont ceux qui n’ont point de patience.
Shakespeare

Une petite hache coupe un gros arbre.
Proverbe Jamaïquain 

Page 147

Que devient la patience dans un monde sécularisé, quel sens a-t-elle, vers quoi est-elle censée conduire ? La plupart des hommes ne le savent pas et c’est sans doute pourquoi, aussi, ils la refusent en préférant l’immédiateté. Celle-ci revêt ainsi diverses formes : celle de l’idéologie qui se substitue à la patience de la pensée qui, lentement, dit le sens sans jamais prétendre le posséder, ou encore celle du culte de la vitesse et de tous les pièges mortels qui, depuis les divertissements qui privent les hommes de leur intelligence jusqu’aux plus terribles violences, font oublier le temps. C’est à dire permettent de vivre sans s’éveiller aux exigences d’une vie humaine appelée à se construire dans le temps, avec autrui et pour lui aussi.
Car la patience de l’humain, même privée de toute promesse, n’est pas condamnée à la désespérance, dès lors qu’un homme en attend un autre, dès lors qu’il espère en lui. C’est parce qu’un adulte a confiance en lui que l’enfant développe ses potentialités. (…) C’est aussi parce qu’il sait que sa vie compte au regard aimant de quelques êtres au moins que le vieillard accepte que le temps lui soit désormais compté.
Catherine Chalier

Si les hommes perdent le sens de la patience c’est qu’ils ne savent plus vivre au temps de l’autre.
Catherine Chalier

Les idées mûrissent comme les fruits et les hommes. Il faut qu’on laisse du temps au temps. Personne ne passe du jour au lendemain des semailles aux récoltes et l’échelle de l’Histoire n’est pas celle des gazettes.
François Mitterrand

La patience est vertu qui donne au temps sa chance pour qu’hommes et choses mûrissent, elle porte en elle le secret d’une appréciation positive de la passivité : non comme pur et simple renoncement à agir mais comme consentement à laisser être et disponibilité envers ce qu’il advient.
Catherine Chalier

N’est-il pas des limites à la patience ? Ne peut-elle aussi devenir destructrice lorsqu’elle est imposée à des hommes et à des femmes par des instances d’oppression ? (…) Cette patience-là ne sourd pas du désir de construire l’humain et de permettre à chacun de vivre à son rythme, lent ou rapide, mais au contraire d’en interdire l’avènement et d’éteindre tout sentiment de l’irremplaçable singularité de chaque vie : elle brise l’homme en s’exerçant à lui faire accepter des formes dégradantes d’existence.
Catherine Chalier

La patience n’est pas seulement vertu stratégique de l’attente du moment opportun mais capacité à supporter le mal avec fermeté, en se battant contre la tristesse d’âme.
William Baranès

La patience est duplicité, souffrance qui neutralise le désespoir par son intégration à l’espérance, sa reconversion dans le temps.
Betty Rojtman

Si une coupe d’eau ne suffit pas à éteindre un incendie il ne faut pas en conclure que l’eau est impuissante contre le feu.

Mong Tseu

Les antidotes de la colère et de la haine sont la patience et la tolérance.
Il faut les cultiver avec enthousiasme.
Le Dalaï-Lama

Il y a deux péchés capitaux d’où tous les autres dérivent: l’impatience et la paresse. Ils ont été chassés du Paradis à cause de leur impatience, ils n’y rentrent pas à cause de leur paresse. Mais peut-être n’y a-t-il qu’un péché capital : l’impatience. Ils ont été chassés à cause de leur impatience, à cause de leur impatience ils ne rentrent pas.

Franz Kafka

Notre patience est une condition d’existence de la liberté de l’autre
Jacques Ellul 

Page 148

A force de tomber une goutte d’eau creuse le roc.
Théocrite

Cuire une pierre.
Aristophane

Patience, patience,
Patience dans l’azur !
Chaque atome de silence
Est la promesse d’un fruit mûr.
Paul Valéry

La patience moissonne la paix,
et la hâte le regret.                                                                                      

Avicébron

Patience et longueur de temps
Font plus que force et que rage.
Jean de la Fontaine

La patience est un pansement pour beaucoup de plaies.
Cervantés

3.      L’humour

L’humour en général

L’humour c’est quelque chose qui met les gens en colère quand on leur dit qu’ils n’en ont pas…
Ronald Searle

Où il n’y a pas d’humour il n’y a pas d’humanité.
Eugène Ionesco

La plus perdue de toutes les journées est celle où l’on n’a pas ri.
Chamfort

L’ironie rit des choses, l’humour rit avec les choses.
Carlyle

L’ironie c’est la plaisanterie derrière le sérieux, un moyen de défense aussi bien que d’attaque. L’humour c’est le sérieux derrière la plaisanterie, c’est un refuge contre les atteintes du monde.
Kierkegaard

Gagnez les profondeurs, l’ironie n’y descend pas.
Rainer Maria Rilke

Il ne suffit pas d’avoir de l’esprit. Il faut en avoir assez pour s’abstenir d’en avoir trop.
André Maurois

Quand on court après l’esprit on attrape la sottise.
Montesquieu

La vie sans gaieté est une lampe sans huile.
Walter Scott

Traits d’humour

Voilà le printemps ! Les gens vont arrêter d’aller se pendre pour aller se noyer.
Frédéric Dard

Quelle est la différence entre un dollar et un rouble ? Réponse : un dollar.
Boris Vian

A toutes choses égales il vaut mieux s’enfoncer dans la nuit qu’un clou dans la fesse droite ou gauche selon le cas ou les circonstances.

Pierre Dac

(…) Le pire étant de s’enfoncer deux clous dans les deux fesses en pleine nuit.

jml 

Page 149

Je résiste à tout, sauf à la tentation.
Oscar Wilde

Celui qui dans la vie est parti de zéro pour n’arriver à rien dans l’existence n’a de merci à dire à personne.
Pierre Dac

Le professeur dit à l’étudiant : « vous êtes bête à manger du foin ! ». Celui-ci répondit : « Je prendrai deux bottes, vous déjeunerez avec moi! ».
Entendu…

Transmission des ordres :
Le commandant au capitaine : comme vous devez le savoir il y aura demain une éclipse de soleil, ce qui n’arrive pas tous les jours. Vous ferez partir les hommes à cinq heures en tenue de campagne pour le terrain de manoeuvres.
Ils pourront y voir le phénomène et je leur donnerai les explications nécessaires. S’il pleut il n’y aura rien à voir. Dans ce cas laissez les hommes à leur chambre.
Le capitaine au lieutenant : sur l’ordre du commandant demain à cinq heures il y aura une éclipse de soleil en tenue de campagne. Le commandant donnera au terrain de manoeuvres les explications nécessaires, ce qui n’arrive pas tous les jours. S’il pleut il n’y aura rien à voir, mais alors le phénomène aura lieu dans la chambre.
Le lieutenant à l’adjoint : sur ordre du commandant à cinq heures du matin ouverture de l’éclipse de soleil au terrain de manoeuvres. Les hommes en tenue de campagne. Le capitaine donnera les explications nécessaires sur ce rare phénomène si parfois il pleuvait, ce qui n’arrive pas tous les jours.        L’adjoint au canonnier : demain le commandant à cinq heures fera éclipser le soleil en tenue de campagne avec les explications nécessaires sur le terrain de manoeuvres. Si parfois il pleuvait ce rare phénomène aurait lieu dans la chambre ce qui n’arrive pas tous les jours.
Les derniers des derniers entre eux : demain très tôt à cinq heures du matin le soleil au terrain de manoeuvres fera éclipser le capitaine à la chambre. Si parfois il pleuvait ce rare phénomène aurait lieu en tenue de campagne ce qui n’arrive pas tous les jours.
Histoire racontée

Les miroirs feraient bien de réfléchir avant de renvoyer les images.
Jean Cocteau

Jeux thèmes, + cuillères et – queue deux mains
Saint Valentin, Libération

Il y a deux moments dans la vie d’un homme où il ne devrait pas spéculer : quand il n’en a pas les moyens et quand il les a.
Mark Twain

Je vis dans la terreur de ne pas être incompris.
Oscar Wilde

La civilisation est la création indéfinie de besoins dont on n’a pas besoin.

Mark Twain

Il vaut mieux prendre ses désirs pour des réalités que son slip pour une tasse à café.
Pierre Dac

To be or not to be (Shakespeare)
To be is to do (Sartre)
To do is to be (Camus)
Doo be doo be doo (Frank Sinatra)
Un graffiti extraordinaire

4.   Sagesse et folie 

Page 150

Il y a cinq degrés pour arriver à être sage: se taire, écouter, se rappeler, agir, étudier.
Proverbe arabe

Peu de gens sont assez sages pour préférer le blâme qui leur est utile à la louange qui les trahit.
François de la Rochefoucauld

Le sage ne dit pas ce qu’il sait.
Le sot ne sait pas ce qu’il dit.
Proverbe de Turquie

Nous sommes aux temps des vérités folles, et dans ces temps il n’y a rien d’autre à faire que de ne pas devenir fou.
Chesterton

Qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit.
La Rochefoucauld

Qui ne sait être fou n’est pas sage.
Proverbe de France

Dieu, envoie-nous des fous,
Qui s’engagent à fond,
Qui oublient, qui aiment autrement qu’en paroles
Qui se donnent pour de vrai et jusqu’au bout.

Il nous faut des fous,
Des déraisonnables,
Des passionnés,
Capables de sauter dans l’insécurité

Il nous faut des fous du présent,
Épris de vie simple,
Amants de la paix,
Purs de compromission,
Décidés à ne jamais trahir,
Méprisant leur propre vie,
Capables d’accepter n’importe quelle tâche,
De partir n’importe où,
À la fois obéissants,
Spontanés et tenaces,
Doux et forts.

Dieu, envoie-nous des fous.
Louis-Joseph Lebret

La sagesse est comme un immense brasier :
On ne saurait y pénétrer d’aucun côté.
La sagesse est comme une marre d’eau claire et fraîche : on peut y pénétrer de tous côtés.
Nagarjuna

Les téméraires croient qu’ils savent, les sages savent qu’ils croient.
Jean Rostand 

Page 151

Le fou se croit sage et le sage reconnaît lui-même n’être qu’un fou.
Shakespeare

Nous naissons tous fous, quelques uns le demeurent.
Samuel Beckett

Les fous font les nœuds et les sages les dénouent.
Proverbe anglais

Ce qui assura sa félicité ce fut de mourir sage et d’avoir vécu fou.
Cervantes parlant de Don Quichotte

L’humanité aura accompli son destin lorsque toute sa folie aura pris la figure de sa sagesse.
Jean Taurès

5.   Imagination

L’imagination est plus importante que le savoir.
Albert Einstein

Nous sommes faits de la même étoffe que les songes.
Shakespeare

Manquer d’imagination c’est ne pas imaginer le manque.
Mai 1968, Nanterre

L’ennui, le contraire du bonheur, c’est l’hiver de l’imagination.
Jean Dutourd

Un homme légua dix-sept chameaux à ses trois fils. Il avait légué la moitié à l’aîné, le tiers au cadet et le neuvième au plus jeune. Les trois fils entreprirent de diviser leur héritage mais ne purent trouver une solution. Dix-sept n’étant divisible ni par deux, ni par trois, ni par neuf les fils finirent par consulter une vieille femme connue pour sa sagesse. Après avoir réfléchi elle dit: « Voyez ce qui se passe si vous prenez mon chameau ».
Les fils se retrouvèrent alors avec dix-huit chameaux. L’aîné prit sa moitié, neuf. Le cadet prit son tiers, six. Le plus jeune prit son neuvième: deux. Il restait un chameau qu’ils rendirent à la vieille femme.
William Ury

Lorsqu’un problème semble impossible à résoudre il faut en changer les termes et trouver une action concrète portant sur un point limité mais décisif.
Jean Monet

Il y avait une fois un disciple d’un philosophe grec à qui son maître ordonna de donner de l’argent à toute personne qui l’insulterait, et cela trois années durant. Lorsque cette période d’épreuve toucha à son terme le maître lui dit : « Maintenant tu peux aller à Athènes apprendre la sagesse ».
Quand le disciple entra dans Athènes, il rencontra un sage assis à la porte qui insultait tous ceux qui arrivaient dans la ville et tous ceux qui en sortaient.
Il insulte aussi le disciple qui éclata de rire. « Pourquoi ris-tu quand je t’insulte ? » demanda le sage. « Parce que pendant trois ans j’ai payé pour me faire insulter et toi maintenant tu me donnes ça pour rien. »
Entre dans la ville, lui fit le sage, elle est toute à toi.
Ainsi ce ne sont pas seulement les épreuves qui ouvrent la « cité de la sagesse » au disciple. C’est aussi sa capacité de changer de perspective, chaque événement possède plusieurs facettes.
Le Dalaï-lama

Nous tremblons, nous pâlissons et rougissons aux secousses de notre imagination.
Montaigne

On n’est jamais si heureux et si malheureux qu’on s’imagine.                 

La Rochefoucauld 

Page 152

Il y a plus de choses au ciel
Et sur la terre, Horacio,
Que n’en peut imaginer notre philosophie.
Shakespeare

Ne rends pas tes souffrances plus fortes encore,
Ne te charge pas de plaintes !
Plus légère est la douleur si l’imagination
Ne la grossit.
Sénèque

J’ai tant rêvé
J’ai tant rêvé
Que je ne suis plus d’ici.
Léon Paul Fargue

Oubliez tout ce que vous avez appris, commencez par rêver.
Slogan mai 1968

6.   Maîtriser des peurs

Aimer c’est quand on s’appuie l’un sur l’autre et qu’on quitte la peur ensemble.
Entendu

Personne ne devrait avoir peur  de rêver de changer le monde pour le rendre meilleur.

Nelson Mandela

Je crois que la peur est une compagne permanente de l’homme mais qu’en même temps les civilisations doivent continuellement désamorcer, par un effort de création continue, les peurs successives qui se présentent à elles. (…) Si au XVIème c’est Dieu ou le diable qui faisaient peur, maintenant c’est l’homme à cause de la science et de la technique dont on dispose.
Jean Delumeau

La révolution, la politique peuvent débarrasser l’homme de la peur de vivre mais elles ne le libèrent pas de la peur de mourir.
Jean-Paul Sartre

Au fond il n’existe qu’une peur, celle de la mort.
G. Delpierre

Certes des ripostes à l’angoisse du mourir et surtout du mourir jeune peuvent se concevoir : allongement de la durée de vie, diminution de l’inconfort de la vieillesse, suppression quasi totale de la souffrance physique, possibilité d’accompagner le mourant pour qu’il réussisse son difficile travail du trépas, assistance aux endeuillés pour les aider à mener à bien leur travail de deuil. On peut aussi espérer que la sagesse devant les risques d’apocalypse nucléaire finira par l’emporter.
Louis-Vincent Thomas

Signe de mort la peur est aussi force de vie, elle est sursaut de vie : qu’est-ce que fuir le danger sinon éviter la mort pour défendre son existence et affirmer sa liberté ? (…) L’antique conjuration de la peur n’a pas cessé d’habituer l’homme à vivre avec ses peurs. L’énorme déploiement des dispositifs de défense contre toutes sortes de menaces a finalement engendré un mode de vie plus familier avec la crainte. Aujourd’hui, sans doute mieux qu’hier, la peur est partagée, communiquée, libérant ainsi non point l’homme mais son besoin existentiel de sécurité. Tandis que la peur est difficilement contrôlable, la sécurité, elle, est facilement organisable. Aussi n’est-ce pas un hasard si les sociétés modernes dotées d’organes informatiques, de cerveaux électroniques, d’yeux magnétiques, modèlent leurs formes de gouvernement sur des mécanismes sécuritaires. (…) La peur ambiguë étouffe désormais dans la cité-prison bétonnée d’interdits. La peur, signe de mort, n’est plus sursaut de vie. La peur maladive tue la peur salutaire. Et la sécurité appelée à grands cris, est à son tour frappée d’ambiguïté : masque de protection mais aussi masque de représentation la sécurité maintenant fait peur. (…) La peur nucléaire est officiellement masquée par la peur de manquer d’énergie et par la peur de faire encore la guerre. La peur se surmonte-t-elle par d’autres peurs ? Telle est bien en tous cas la politique de l’Etat, souverain protecteur : cultiver la peur pour administrer la sécurité.
Olivier Vial 

Page 153

De l’instinct à l’esprit, des réflexes à l’action : tout se dégrade sous l’influence de la peur.
G. Delpierre

S’il y a une solution cela ne sert à rien de s’inquiéter
S’il n’y a pas de solution s’inquiéter est tout aussi inutile.
Le Dalaï-Lama

L’accomplissement de soi passe par la mobilisation vigilante de toutes les forces psychiques, mentales et morales de l’homme et par la réconciliation du coeur et de la raison.
Bruno Bettelheim

Les tentatives pour conjurer ou combattre la peur sont aussi nombreuses que les occasions qui la font naître. On peut cependant distinguer cinq manières au moins de répondre : la première de ces thérapeutiques, la plus élémentaire et fréquemment employée, consiste en une dénégation pure et simple de la réalité, de la situation dangereuse ou réputée telle : on ne sait pas, on ne veut pas savoir, on fait comme si cela n’existait pas. Fragile rempart qui, tel que, résiste mal à la pesanteur des faits, l’adaptation est sans doute meilleure lorsque s’élabore un rituel de conjuration qui a davantage de chances de jouer le rôle protecteur attendu. L’homme invente des histoires qui achèvent de dissiper ses inquiétudes. Il se rassure en s’entourant d’une forêts d’illusions : les fables, contes et récits qui relèvent de cette entreprise sont multiples et divers, le mythe a pour but de sécuriser. (…) Une deuxième manière de lutter contre la peur se manifeste dans une espèce de fuite en avant : au lieu de s’éloigner des situations dangereuses l’individu les recherche et les privilégie. (…) Sensiblement différent l’héroïsme est aussi une modalité de la victoire sur le péril et les sentiments qu’il inspire. Et c’est probablement lorsque la menace est consciemment perçue et délibérément affrontée que se réalise la plus complète et la plus noble maîtrise de la peur. (…) Autre manière : les représentations esthétiques procurent aussi des apaisements. En objectivant leurs effrois dans leurs oeuvres les artistes s’efforcent de fixer les vertigineuses angoisses qui les assaillent. Les fêtes et les carnavals participent également, dans une certaine mesure au moins, à cet effort de maîtrise. Les expressions bruyantes de la joie, les divertissements et les autres déguisements donnent le change aux cauchemars et écartent provisoirement la peur. A moins qu’on ne profite de l’occasion de la fête pour justement la mettre en scène et la réduire en spectacle. La peur jouée est à moitié maîtrisée. (…) Enfin au lieu de fuir ou de travestir la peur, on peut l’utiliser. Et si ses emplois sont divers, les succès de cette pédagogie-spectacle sont incontestables. Les prophètes et les prédicateurs de tout temps y ont recouru avec l’efficacité que l’on sait. (…)
Pierre Mannoni

Comment oublier ces mythes antiques que l’on trouve au début de l’histoire de tous les peuples ; les mythes de ces dragons qui, à la minute suprême, se changent en princesse ? Tous les dragons de notre vie sont peut-être des princesses qui attendent de nous voir beaux et courageux. Toutes les choses terrifiantes ne sont peut-être que des choses sans secours, qui attendent que nous les secourions.
Rainer Maria Rilke

Ces peurs qui nous hantent : celles de la rencontre inattendue de l’autre, celles de notre propre avenir, celles de la mort de ceux que nous aimons, celles de notre propre mort.
On pourrait rêver d’un monde sans peur. A moins qu’il ne s’agisse plutôt d’assumer la peur comme une des composantes de l’expérience de la vie. Une bonne part de l’effort civilisateur n’est-il pas d’établir les hommes dans la sécurité ? Parfois cependant à un tel degré qu’ils n’osent plus prendre les risques de l’existence et s’enferment en eux-mêmes à double tour de serrure renforcée.
Cependant il est d’autres cas aujourd’hui où l’organisation est telle que les hommes sont paralysés par la peur. Ou d’autres cas simplement par la peur d’avoir peur.
Qui nous délivrera de ces cauchemars ? Une fois de plus il faut dire que cette délivrance et cette libération, en réalité, nous sont remises entre nos mains pour transformer ce qu’on est parfois tenté d’appeler le destin en quête de notre liberté.
François Biot

7.     La révolte

Il n’y a d’humanisme que celui des hommes révoltés.
Albert Camus

 Page 154

L’homme n’est pas entièrement coupable, il n’a pas commencé l’histoire, ni tout à fait innocent puisqu’il la continue. Ceux qui passent cette limite et affirment son innocence totale finissent dans la rage de la culpabilité définitive. La révolte nous met au contraire sur le chemin d’une culpabilité calmée (…).
Jean-Paul Sartre

Il faut scandaliser et trahir ce monde!
Autrement il s’éteint en se répétant dans son éternité!
Pier Paolo Pasolini

Qu’est-ce qu’un homme révolté ? Un homme qui dit non. Mais s’il refuse il ne renonce pas : c’est aussi un homme qui dit oui, dès son premier mouvement.
Albert Camus

Inventer le monde c’est ne jamais se reposer devant le scandale.
Roberto Matta, devise de la Maison des droits de l’homme de Limoges

Il faut valoriser la colère inextinguible contre tout ce qui menace la vie, qui l’attaque et qui la tue. L’amour de la vie et de tout ce qui est vivant fait naître une colère énorme, qui est, dans son coeur même, la haine de la mort.
Georges Casalis

La crise est le moyen habituel par lequel, dans l’ordre de la matière, de la biologie ou de l’histoire, s’opèrent les grands changements et les naissances.
Max Gallo

Transformer le monde.
Marx

Changer la vie.
Rimbaud

C’est nous les Canuts
Nous sommes tous nus (…)
Mais notre règne arrivera
Quand votre règne finira
Nous tisserons le linceul du vieux monde
Car on entend déjà la révolte qui gronde
Aristide Bruant

Je vais avoir un fils, et ce fils ne sera pas à moi,
Mais il sera le fils de l’humanité tout entière.
Et il n’écoutera pas les slogans des grands potentats.
Et au moment du choix,
Quand il sera appelé par les puissants,
Il se retournera vers son peuple et prendra place à sa table,
Il mangera de son pain et boira de son vin.(…)
Mon fils, à côté des autres fils, fauchera les campagnes
En séparant les épis des broussailles épineuses.
Mon fils, à côté d’autres fils, fera la récolte
Et ils sèmeront à nouveau dans la terre blanche et féconde.
Poème anonyme écrit dans une prison chilienne

Il n’y a plus beaucoup de chances de salut pour l’humanité sinon par la multiplication de mon indignation et de ma révolte.
Pierre Bonjut

Ce n’est pas que je ne sois jamais en colère mais je ne donne pas libre cours à ma colère. En la contrôlant on peut obtenir une grande force.
Gandhi 

Page 155

La conscience n’est pas une donnée mais une tâche.
Jean Lacroix

La conscience morale ne peut naître qu’avec l’émergence du sentiment de culpabilité.
VladimirJankélévitch

Ou tu rampes pour amasser, stocker, profiter, ou tu te mets debout, tu marches, tu t’insurges pour faire naître et incarner une vision d’humanité cordiale. Ou tu es visionnaire, poète, ou tu es calculateur.
Jean Cardonnel

(…) Il faut recoller l’espace, remodeler la terre, pour taire ces Somalies du monde, pour le rire des enfants de la terre.
Mon âme se voile devant tant de haine distillée, tant d’amour perdu et je cherche comme un berger les lueurs d’une espérance que l’aube ne trahira pas. Ici et maintenant, la main tendue vers l’autre monde, j’attends la renaissance sous les toits de la terre mère.
Chaque jour, mon coeur brûle devant tant de spectacles et mes yeux s’éteignent de leurs larmes innocentes. Et ma révolte contenue explose pour des horizons meilleurs.
Ben Kamara

Vous qui sur terre vivez dans la douleur,
Il faut réveiller toutes les forces
De votre être.
L’obéissance pour l’homme
Est le fléau majeur.
Qui n’aimerait une bonne fois
Devenir son propre maître ?
Bertolt Brecht

Le monde ne saura sauvé, s’il peut l’être, que par des insoumis. Sans eux c’en est fait de notre civilisation, de notre culture, de ce que nous aimions et qui donnait à notre présence sur terre une justification secrète.
André Gide

C’est la révolte même, la révolte seule qui est créatrice de lumière.
André Gide

Quand on ne bouge pas on ne sent pas ses chaînes.
Rosa Luxembourg

Ce n’est pas la révolte en elle-même qui est noble mais ce qu’elle exige.
Albert Camus

Le révolté, au sens étymologique, fait volte-face. Il marchait sous les fouets du maître. Le voilà qui fait face. Il oppose ce qui est préférable à ce qui ne l’est pas. Toute valeur n’entraîne pas la révolte, mais tout mouvement de révolte invoque tacitement une valeur.
Albert Camus

Je me révolte donc nous sommes.
Albert Camus

 Page 156

8.    Ethique

Créon :
Pourquoi as-tu tenté d’enterrer ton frère ?

Antigone :
Je le devais

Créon :
Je te l’avais interdit.

Antigone :
Je le devais tout de même.
Jean Anouilh

De la faillite des systèmes, des moralismes, des autorités sédentaires surgit l’impératif de l’immédiat : d’un acte éthique qui prend essor dans l’éphémère, le provisoire, la succession des ruptures intégrées par l’être en mouvement…
D’où vient l’usage renouvelé d’un mot que l’on croyait vieilli? S’agit-il d’une mode lancée par le prince ou s’agit-il d’une pratique discrète qui n’avait jamais cessé ? Faut-il voir là une échappée de l’action sur le discours, une façon de noyer les problèmes ? Les licenciements, l’échec des jeunes, le sida et le racisme, les manipulations génétiques ne se prêtent-ils pas à l’édification des morales guides des partis et du législateur ? Ou bien, à l’écart de cette exploitation, l’individu serait-il mu par quelque impératif du seul ressort de sa conscience ?
Jacques Beauchard

L’éthique est un ensemble de normes acceptées par le groupe social, non écrites et seulement sanctionnées par la réprobation sociale.
La morale est un ensemble de normes acceptées et sanctionnées par une société déterminée.
Madeleine Grawitz

« L’éthique problématique » essaie d’insérer le jeu de l’homme dans le jeu du monde. Attentive aux perspectives historiques et politiques, elle s’efforce à la fois de poser la question « que faire ? » et de lui ouvrir l’horizon d’une réponse, tant théorique que pratique, d’une réponse questionnante. Guarda e passa ! Qui semble être le mot final de cette éthique, veut dire plus que « regarde » et « passe » ; il signifie : pense, bâtis et produis, combats, en un mot joue, en marche vers une problématique sérénité et, si possible, vers la sagesse même.
Kostas Axelos

Pour Axelos loin de se confondre avec la morale, l’éthique désigne le lieu où s’accomplissent et meurent toutes les grandes décisions de l’existence. Héraclite en donnait la dimension lorsque, dans son dénuement extrême, à des étrangers qui le contemplaient se chauffant près d’un four à pain, il s’écriait :
« Là aussi se tiennent les dieux ! ».
L’éthique s’enracine dans toutes les grandes puissances originelles de la vie et du monde, le jeu de la terre, la poésie, la philosophie, la science. Elle s’affirme aujourd’hui comme la contestation désespérée que la vraie vie est absente et que rien ne semble annoncer l’aube d’un monde nouveau.
(…) Rendre problématique l’éthique, ce n’est ni la nier ni la remplacer par une nouvelle tout aussi illusoire, c’est l’ouvrir aux possibilités qui demeurent encore cachées : celles du jeu, du jeu de la vie et de la mort, de la joie et de la détresse, de la tristesse et des rêves qui s’inscrivent dans la chair du monde. « Tout prête à rire, mais personne ne rit. Peut-être parce que tout le monde est ridicule. ».(…) Ce livre – »Pour une éthique problématique »- ne s’achève ni dans la résignation ni dans le pathos, mais dans une sorte de sérénité aussi grecque qu’Axelos.
Jean-Michel Palmier commentant un livre de Kostas Axelos

Nous refusons la démarche qui utilise l’éthique comme un pion avancé de la morale, comme une tête chercheuse qui rabattrait les conduites sur un système de valeurs (…). La pratique d’une éthique autonome et critique laisse à la conscience de chacun de décider pour lui soit de ses choix moraux, soit de sa position sans morale.
Jacques Robin

La morale juge l’action des hommes et des sociétés à l’aune d’un système de valeurs transcendantes. L’éthique jauge les conduites des hommes et des sociétés. C’est une attitude questionnante et non normative (…). L’éthique ne prétend à aucune vérité absolue et en ce sens elle est amorale.
Jacques Robin

 Page 157

Plus d’un moraliste cherche à exercer, aux dépens de l’humanité, sa puissance.
Nietzsche

La morale est une, universelle, applicable à tous et à chacun, surplombante et généralisable. La morale est jacobine, l’éthique quant à elle jaillit du bas, elle est locale et spontanée, elle sert de ciment ; momentanée, elle est irruptive et imprévisible. L’éthique de l’instant !
Michel Maffesoli

Au passage une énigme, un appel nous oblige à être, à nous prononcer, il faut oser dire je, malgré tout, malgré l’impuissance, le dérisoire, l’insuffisance, l’idée du geste perdu, peut-être inutile, il faut oser répondre, faire corps dans un acte et se laisser aller à exister un instant seul face à soi et à l’autre, sans l’appui des appareils, sans bruit. Dans l’instant éthique de l’urgence, la présence de soi au monde se met en jeu, fait trace, surgit dans l’événement, ou plutôt prend position dans le fait divers, le détail, il faut agir au plus vite, librement, en toute indépendance vis à vis des bonnes moeurs, voire de l’institution alors trop pesante : question d’élan, vital !
Jacques Beauchard

Avec les membres du Comité international de bioéthique toutes les croyances religieuses, toutes les convictions philosophiques, toutes les cultures sont représentées. Pour certains l’individu est au centre de tout. Pour d’autres les valeurs collectives sont premières. Pour d’autres enfin, l’homme n’est qu’une des expressions de la vaste cosmogonie du vivant. Malgré cela nous recherchons tous des valeurs communes: la dignité de l’homme et la nécessité absolue de la respecter me paraît être le principe-clé de l’éthique.
Noëlle Lenoir

La vraie politique est au service du prochain, au service de la communauté, au service des générations futures. Son fondement est éthique.
Vaclav Havel

9.    Résistance

Je suis tombé par terre
C’est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau
C’est la faute à…
Victor Hugo (Les Misérables, Gavroche)

Résister c’est aussi, c’est d’abord peut-être un état d’esprit. Une certaine manière de ne pas se soumettre : de ne pas entrer dans le jeu de l’ennemi. Oui, refuser d’être assujetti à un ordre dont on ne veut à aucun prix, voilà la pierre de touche de la résistance, celle dont sortiront un jour révolte, insurrection, émeute. A la vérité l’esprit qui dit non est comme ces diables à ressort qu’on enfonce au fond des boites : à un moment donné toujours ils ressortent, ils reviennent vous tirer la langue. Parce qu’on ne met pas un feu follet en prison.
Gérald Cahen

Très tôt la société nous apprend à ne pas résister, à nous soumettre aux normes qu’elle nous impose. Ainsi Durkheim, pour qui la contrainte est le fait social par excellence, voit dans la discipline et dans l’éducation morale la meilleure manière d’assurer l’harmonie collective. Certes. Mais c’est faire bon marché des conflits de pouvoir. Et c’est considérer surtout que les finalités d’une société sont celles de chacune des parties qui la composent. Rien de moins sûr…
Sophie Jankélévitch

Le silence des pantoufles est plus dangereux que le bruit des bottes.

Martin Niemoller

Il est des mots dont la graphie semble incarner mystérieusement le sens. Ainsi du beau verbe résister avec ses deux r, ses deux e, ses deux s qui entourent symétriquement son i, comme s’il s’agissait de le préserver, de le garder précieusement en vie. Car résister, c’est d’abord cela : c’est maintenir intacte la flamme fragile, éphémère de l’existence : tenir, survivre. 

Page 158

Est-ce à dire qu’on résisterait comme on respire : spontanément, par pur réflexe, et parce que la vie, selon le mot de Bichat, « est l’ensemble des fonctions qui résistent à la mort » ? Il est vrai que l’on a parfois pas le choix, qu’en certains cas on se bat, en effet, le dos au mur. Mais même si l’instinct de conservation nous y pousse, il y a plus ici qu’une simple parade vitale. D’abord parce qu’on peut se tromper, on peut se croire, à tort, menacé. Après tout les imbéciles aussi résistent. Ensuite la variété des manières de résister est telle qu’elle relève, à l’évidence, d’un libre choix. Enfin et surtout, vient un moment où il ne s’agit plus seulement de défendre sa vie, mais aussi les valeurs sans lesquelles celle-ci n’a plus de sens. Au prix d’un paradoxe alors, puisque cela peut nous conduire à réviser l’ordre des priorités, à remettre en jeu, s’il le faut, notre propre existence.
Pour mieux résister à la mort, on est prêt à la rencontrer, à l’épouser.
Gérard Cahen

Dans la vie de chaque homme vient un moment où pour dire simplement : ceci est noir et ceci est blanc il faut payer très cher. Ce peut être le prix de la vie. A ce moment le problème principal n’est pas de connaître le prix à payer mais de savoir si le blanc est blanc et si le noir est noir. Pour cela il faut garder une conscience.
Adam Michnik

Devant la conquête et la colonisation de nombreux Mayas se suicidèrent prenant ainsi « le maquis de l’âme » dans une manifestation ultime de refus qui en laissait entrevoir bien d’autres. Les chefs mayas laissaient à leurs descendants ce message : « nous reviendrons ».
Michel Boccara

Tu te plains
D’une forte houle ?
Voilà pourquoi nous voulons
Le courage
De ceux qui n’acceptent pas
Seulement
Ce qui se voit

Le calme est soumission
Abattement,
Mort.

La vie
Est au cœur du tourbillon
Où le vent cingle
Où chaque cellule
Tremble et croit
En l’impossible

Les rebelles eux
Sont les seules vigies
Du changement
Que la condition
Humaine
Exige
Federico Mayor

Un appel au sursaut afin de trouer l’épais brouillard qui,aujourd’hui,voile l’espérance.

Dire non pour inventer tous ensemble notre oui.

Edwy  Plenel

Ce ne sont pas tant les fusils britanniques qui sont responsables de notre sujétion que notre coopération volontaire.
Gandhi

Je désirerais seulement qu’on me fît comprendre comment il se peut que tant d’hommes, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois tout d’un tyran seul, qui n’a puissance que celle qu’on lui donne.
Etienne de la Boétie 

Page 159

La désobéissance civile est le droit imprescriptible de tout citoyen. Il ne saurait y renoncer sans cesser d’être un homme.
Gandhi

Il n’y a pas de tyrans, il n’y a que des esclaves.
E. de la Boétie

Heureusement il y a ces résistants, cette poignée de veilleurs qui en éveillent d’autres.
Le grain semé s’est multiplié
Théodore Monod

 

10.      La solidarité

Etre une conscience c’est s’éclater vers le monde.
Jean-Paul Sartre

Passer de la question du souci de soi à celle du destin de tous.
Jean Cardonnel

Agis donc de telle sorte que tu traites l’humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre, toujours en même temps comme une fin et jamais simplement comme un moyen.
Emmanuel Kant

N’importe quelle gifle donnée à n’importe quel homme en n’importe quelle partie du monde, chacun doit la ressentir comme s’il l’avait reçue sur sa propre joue.
Che Guevara

« Là où croît le risque croît aussi ce que sauve ». Nous savons désormais que dans la recherche éperdue et démente du salut il n’y a point de salut. Mais enfants perdus de la Terre que nous sommes nous pouvons sauver la solidarité terrestre.
Edgar Morin

Il faut qu’une conscience écologique de la solidarité se substitue à la culture de la compétition et de l’agression qui régit actuellement les rapports mondiaux.
Edgar Morin

Je suis tombé par terre
C’est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau
C’est la faute à…
Victor Hugo (Gavroche)

J’ai frappé
A la porte
J’ai frappé
A ton cœur
Pour avoir un bon lit
Pour avoir un bon feu
Pourquoi me repousser ?
Ouvre moi
Mon frère.
René Philombe

Page 160

Me voilà ici, le ventre vide, comme un enfant assassiné sous les balles torrides des déserts asséchés, le ciel dans les bras, chez l’occident, j’ai roulé la terre et tamisé les eaux, pour le sourire de mon enfant.
Là-bas, sous les horizons du Nord, j’ai rencontré le rire d’un bel enfant, son visage était radieux, il ressemble à mon enfant, mon enfant a faim.
On dit que l’espace est coupé, que l’espace est déchiré, que des droits existent pour une partie du monde et que, finalement, le Sud est une misère à cacher, une souillure à voiler. Mais savent-ils que le Nord n’est pas le Nord et que ce Sud est un mot, que partout on meurt, le rire cassé, qu’un cimetière du Sud et les tombes maquillées de fleurs sont les larmes des mères, les maux de mes filles.
Ben Kamara

« Docteur, dit Rambert, je ne pars pas et je veux rester avec vous. »(…)
Rieux répondit qu’il n’y avait pas de honte à préférer le bonheur.
« Oui, dit Rambert, mais il peut y avoir honte à être heureux tout seul. (…) J’ai toujours su que j’étais étranger à cette ville et que je n’avais rien à faire avec vous. Mais maintenant que j’ai vu ce que j’ai vu, je sais que je suis d’ici, que je le veuille ou non. Cette histoire nous concerne tous. ».
Albert Camus

Qui maintenant pleure quelque part dans le monde
Sans raison pleure dans le monde,
Pleure sur moi.

Qui maintenant rit quelque part dans la nuit,
Sans raison rit dans la nuit,
Rit de moi.

Qui maintenant marche quelque part dans le monde,
Sans raison marche dans le monde,
Vient vers moi.

Qui maintenant meurt quelque part dans le monde,
Sans raison meurt dans le monde,
Me regarde.
Rainer Maria Rilke

Un acte de résistance ? Dans « Elephant man » la victime poursuivie se dresse soudain et crie : « mais enfin, je suis un homme! »
Un acte de solidarité ? Dans « Le Kid » le vagabond s’élance sur tous les toits du monde pour retrouver l’enfant perdu, rien ne lui semble impossible.
Les coeurs des personnes et des peuples peuvent battre plus fort, ils appellent aux sociétés de libertés, d’égalités, de solidarités, aux sociétés de tendresse.
JML

L’héroïsme ce n’est pas de se tenir debout à tout prix. L’héroïsme c’est d’accepter de tomber en solidarité avec tous ceux qui paient leur tribut à la fragilité humaine.
Léonardo Boff

« Nul homme n’est une île, un tout en soi; chaque homme est partie du continent, partie du large; si une parcelle de terre est emportée par les flots, pour l’Europe c’est une perte égale à celle d’un promontoire, autant qu’à celle d’un manoir de tes amis ou du tien. La mort de tout homme me diminue parce que je suis membre du genre humain. Aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi. »

John Donne

Je crois aux hommes,
Solidaires dans l’aventure de l’existence,
Je crois à l’amour
Qui brise la solitude, change les destins et qualifie la vie,
Je crois à tous ces témoins de l’humanité
Qui sont tournés vers l’avenir
Et qui luttent contre les forces de mort. (…)
Des parents… de « Naissances en fêtes »

11.        Responsabilité

Nous sommes tous responsables de tout devant tous et moi plus que tous les autres.
Dostoïevsk

Page 161

Vous connaissez cette phrase de Dostoïevski : « Nous sommes tous responsables de tout devant tous et moi plus que tous les autres. ». Non pas à cause de telle ou telle culpabilité effectivement mienne, à cause des fautes que j’aurais commises, mais parce que je suis responsable d’une responsabilité totale, qui répond de tous les autres et de tout chez les autres, même de leur responsabilité.
Emmanuel Levinas

Je crois que nous naissons innocents et que nous avons à nous rendre responsables, que nous ne pouvons jamais prévoir toutes les conséquences de nos actes mais qu’il y a toujours, malgré tout, quelque chose à tenter, quelque entreprise commune à engager.
Françis Jeanson

Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé.
Antoine de Saint-Exupéry

Dès lors que l’on ne croit plus en Dieu ni en la survie dans l’au-delà, c’est l’Homme qui devient responsable de tout ce qui vit, de tout ce qui, dans la douleur, est voué à souffrir de la vie.
Nietzsche

Nous avons atteint l’âge d’homme, ce qui signifie que nous sommes responsables de nous-mêmes à un point jamais égalé dans l’histoire des sociétés modernes. Cette augmentation de la responsabilité nous rend, dans son mouvement même, plus vulnérables, car elle suppose d’accroître la capacité de chacun à agir à partir de son autorité privée et de son jugement personnel sans lesquels on bascule dans l’impuissance et la souffrance psychique.
Alain Ehrenberg

Respecter les générations futures c’est construire une société humainement soutenable en particulier appliquer le principe de précaution en maîtrisant la technoscience et redéfinir le droit de la responsabilité en tenant compte de la valeur même des biens naturels en dehors de tout usage socio-économique immédiat. Voulons-nous demain des petits enfants sujets de leurs propres vies ou objets de la vie de quelques générations qui n’auront pas su prendre aujourd’hui leurs responsabilités ?
JML

Agis de telle sorte que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre.
Hans Jonas

12.    Autonomie

L’interdépendance est et doit être, tout autant que l’autonomie, l’idéal de l’homme.
Gandhi

De nombreuses théories se sont élaborées dans le domaine de l’autonomie. Il y a ainsi le discours psychologique : Françoise Dolto a beaucoup fait pour accréditer le bien fondé de cette éducation précoce à l’autonomie, cela à condition que l’enfant trouve la sécurité de la présence de ses parents au moment où il en a besoin et à condition que les apprentissages à l’autonomie soient respectueux du degré de développement de l’enfant tant au plan physique que psychique et intellectuel.
Il y a aussi le discours psycho-politique : Gérard Mendel pense que l’enfant est un être colonisé par les adultes, il s’agit donc de le décoloniser. (…) La libération de l’enfant pour une véritable autonomie est à la fois psychologique et politique : réagir contre l’autorité affective de l’adulte et se constituer en classe d’âge qui a des intérêts, des problèmes, des objectifs similaires. (…)
Ces théories et d’autres (…) se présentent sous la forme d’une utopie. Elles indiquent une direction éducative, elles critiquent des pratiques de soumission exagérée, elles cherchent à inventer des manières nouvelles d’être avec les enfants. (…) Cette utopie de l’autonomie est une manière de rechercher des liens entre amour et liberté dans la forme très spécifique de l’amour parental.
Albert Donval 

Page 162

L’autonomie de l’individu et du groupe est bien l’une des exigences de la démocratie, pourvu qu’ils acceptent d’entrer dans la dynamique sociale. L’individualisme, pour ne pas être mutilant, suppose un rapport souple, si modeste soit-il, non seulement au milieu social mais à la société dans son ensemble. L’individu autonome, dans son engagement même, doit constamment s’informer et aiguiser son esprit critique à l’égard des normes sociales et des valeurs éthiques qui, du dehors, pèseraient sur sa liberté de jugement personnel.
Jacques Robin

C’est en privilégiant les comportements de coopération que les humains élargissent leur autonomie, et une démocratie renouvelée sera à la fois la garantie et l’arbitre de ces solidarités.
Jacques Robin

L’autonomie dans la pensée c’est l’interrogation illimitée.
Cornélius Castoriadis

13.        Risque

Importance du risque

C’est dans l’incertitude et le risque qu’il faut assumer nos actes.
Simone de Beauvoir

Ontologiquement le risque est notre statut.
Francis Jeanson

Risque et prudence sont en perpétuelle dialectique, un homme qui se doit d’être à la fois courageux et sensé ne peut les séparer.
Denise Brihat

Les notables voudraient nous faire gober qu’on peut changer sans risque, autant dire sans changement.
Jean Cardonnel

La plupart des hommes ont un moment dans leur vie où ils peuvent faire de grandes choses, c’est celui où rien ne leur semble impossible.
Stendhal

Une âme morte est une âme complètement habituée.
Miguel de Unamuno

Dans les chemins que nul n’a foulés risque tes pas…
Murs de mai 1968

Faire un pas de plus vers l’autre, prendre le risque de cheminer longtemps pour que la paix advienne. « Si quelqu’un te force à faire mille pas, fais en deux mille avec lui ».
André Laudouze

Le monde ne vaut que par les ultras et ne dure que par les modérés.
Paul Valéry

Là où croit le risque grandit aussi ce qui sauve.
Friedrich Hölderlin

Le bonheur qui ne rend pas heureux, qui exclut le risque, ce n’est pas le bonheur. Pimentez-le donc de contradictions, de conflits, de luttes pour qu’il dilate, ouvre. Alors il est béatitude.
Jean Cardonnel 

Page 163

Lâchez tout
Lâchez votre femme, votre maîtresse
Lâchez vos espérances et vos craintes
Semez vos enfants au coin d’un bois
Lâchez la proie pour l’ombre
Lâchez au besoin une vie aisée
Ce qu’on vous donne pour une situation d’avenir
Partez sur les routes.
André Breton

Qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit.
François de la Rochefoucauld

Se lever !

La lutte elle-même vers les sommets
Suffit à remplir un cœur d’homme
Il faut imaginer Sisyphe heureux
Albert Camus

Réveillez-vous il y a des terres en friches !
Réveillez-vous il y a votre visage à irriguer.
J. Bertin

Au lieu de se demander « qu’est-ce que je risque si j’y vais ? » pourquoi ne pas nous demander ici et là :  » si je n’y vais pas qu’est-ce qu’il(s) risque(nt) ? »
JML

(…) Les autres peuvent bien être sages vous m’avez dit qu’il fallait être fou.
D’autres croient à l’ordre, vous m’avez dit de croire à l’amour.
D’autres pensent qu’il faut conserver, vous m’avez dit de donner.
D’autres s’installent vous m’avez dit de marcher et finalement de risquer ma vie, Seigneur, en comptant sur votre amour.
P. Joly

Il y a des tas de gens qu’on a formés à l’unique principe de n’être jamais là où s’échangent des coups.
Se tenir hors du coup signifie que… je n’ai pas lieu. Me maintenir hors des coups c’est être hors du coup. Intervenir veut dire aller parmi les autres, au milieu des conflits. Mais nous retrouvons l’interrogation viscérale qui nous revient au bout du gouffre où nous entraîne l’amour fou des autres, le goût terrible de solidarité mondiale : que va-t-il m’arriver à moi ?
Me voilà retourné comme une crêpe par cette question : si je ne m’y risque pas là où çà chauffe que va-t-il lui arriver à lui ?
Jean Cardonnel

De l’audace encore de l’audace et toujours de l’audace !
Danton

(…)Audace pour un idéal : oui, mais à travers des moyens démocratiques, pacifiques, durables, équitables.
JML

Je ne connais rien ni personne qui ne soit menacé de rangement. J’adore déranger. Qui vient au monde pour ne rien troubler n’a aucun danger… de venir au monde. Je reste où les autres m’ont mis avec l’impardonnable complicité de mon goût de ne pas bouger. Déranger fait toujours venir au monde.
Jean Cardonnel 

Page 164

Pourquoi la lampe s’est-elle éteinte ?
Je l’entourai de mon manteau pour la mettre à l’abri du vent.
Pourquoi la fleur s’est-elle fanée ?
Je la pressai contre mon coeur avec inquiétude et amour.
Pourquoi la rivière s’est-elle tarie ?
Je mis une digue en travers d’elle afin qu’elle me servit à moi seul.
Rabindranath Tagore

Ne pas être un tiède.
Péguy

S’endormir maintenant
Et se réveiller dans cent ans
Mon bien-aimé…
Non, je ne suis pas un déserteur
Du reste mon siècle ne me fait pas peur
Mon siècle misérable, scandaleux
Mon siècle courageux, grand
Et héroïque.
Je n’ai jamais regretté d’être venu
Trop tôt au monde
Je suis du vingtième siècle
Il me suffit d’être là où je suis
Parmi les nôtres
Et de me battre pour un monde
Nouveau.
Nazim Hikmet

Se réveiller c’est se mettre à la recherche du monde.
Alain

14.       Fidélité

Il n’est de fidélité sans échange. La fidélité suppose deux termes, deux individus, ou un individu et une société, une invitation. Sur l’île déserte, pas de fidélité.
Ce pacte dont les règles changent selon les époques, les lieux et les domaines, est constitutif de l’organisation humaine et sociale. Une ligne brisée, un parcours à obstacles. Il faut avancer, combattre, vaincre et revenir. Mais ce parcours suppose un but à atteindre ; pas de fidélité, que ce soit dans un couple, une croyance, une vocation, sans horizon, sans mémoire.
L’espion, l’amant, le croyant, le traducteur, l’exilé se trouvent confrontés aux même questions : comment conjuguer la fidélité à soi-même et aux autres ?
Pour être fidèle, combien de trahisons ?
Cécile Wajsbrot

Le fanatique, lui n’est déjà plus dans la question de la fidélité, il est dans le comblement – initial ou final – du manque. Il a résolu la question en la supprimant ; car la fidélité suppose l’expérience toujours ouverte de la faillite et du manque.
Daniel Sibony

La fidélité dans la sottise est une sottise de plus.
V. Jankélévitch

 Page 165

La fidélité est-elle ou n’est-elle pas louable ? C’est « selon », autrement dit : cela dépend des valeurs auxquelles on est fidèle.
Fidèle à quoi ?…Personne ne dira que le ressentiment soit une vertu, bien qu’il reste fidèle à sa haine ou à ses colères : la bonne mémoire de l’affront est une mauvaise fidélité. S’agissant de fidélité, l’épithète n’est-elle pas tout ? Et il y a encore une fidélité aux petites choses qui est mesquinerie et tenace mémoire des vétilles, rabâchage et entêtement…
La vertu que nous voulons n’est donc pas toute fidélité, mais seulement bonne fidélité et grande fidélité.
Vladimir  Jankélévitch

15.       Courage

Solitude

La solitude est à l’esprit ce que la diète est au corps, mortelle lorsqu’elle est trop longue, quoique nécessaire.
Vauvenargues

Dans la solitude il faut agir comme si on était vu du monde entier et quand on est vu du monde entier agir comme si on était seul.
Louis Lavelle

Comment notre condition ne serait-elle pas difficile ? Il est clair que la solitude n’est pas une chose qu’il nous est loisible de prendre ou de laisser. Nous sommes solitude. Nous pouvons, il est vrai, nous donner le change et faire comme si cela n’était pas. Mais c’est tout. (…) Nous devons accepter notre existence aussi complètement qu’il est possible. Le seul courage qui nous est demandé est de faire face à l’étrange, au merveilleux, à l’inexplicable que nous rencontrons.
Rainer Maria Rilke

Les mots ne pèsent rien, surtout ceux qu’on prononce au hasard, sans même s’en rendre compte, pour combler l’absence, tisser un lien superflu entre les êtres qu’accablent une lassitude lourde, une torpeur peut-être entrecoupée de visions fugitives, de musiques anciennes…
François Thibaux

La solitude est une : elle est par essence grande et lourde à porter. (…) Une seule chose est nécessaire : aller en soi-même et ne rencontrer durant des heures personne, c’est à cela qu’il faut parvenir.
Rainer Maria Rilke

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé.
Lamartine

Solitude, solitude… Je ne vis pas comme ils vivent, je ne crois pas comme ils croient, je n’aime pas comme ils aiment, mais je mourrai comme ils meurent…
Marguerite Yourcenar

L’oiseau apprivoisé était dans une cage ; l’oiseau sauvage était dans la forêt.
Le sort les fit se rencontrer. L’oiseau sauvage crie : Oh ! Mon amour, volons vers les bois.
L’oiseau apprivoisé murmure : viens ici, vivons ensemble dans la cage.
Parmi ces barreaux y aurait-il place pour étendre mes ailes ? dit le libre oiseau. Hélas ! s’écrie le prisonnier, je ne saurais où me poser dans le ciel.
Tagore

Mes larmes coulent sur la terre meurtrie
Mon âme a faim,
Faim d’amour, faim d’amitié, faim de présence.
Comment boucher le trou de mon coeur ?
Mes larmes ne me servent plus, comment pleurer ?
Mon coeur ne bat plus, comment pourrai-je partager
Mon amour avec toutes ces roses des champs ?
Je suis envahi de vide, que me manque-t-il ?
Un brin d’amour, un brin de présence,
Alors mon coeur battra, mes larmes sécheront.
Votre amour est mon air.
Comment pourrai-je vivre sans air ?
J’ai besoin de vous.
Etienne. (« Je t’écris pour la vie » texte à Oradour-sur-Glane)

Souffrances

Faire souffrir est la seule façon de se tromper.
Albert Camus 

Page 166

La souffrance n’est qu’un espoir malmené, qu’en pensez-vous ?
Julien Galland

Les maux désespérés ne sont guéris que par de désespérés remèdes ou pas du tout.
W. Shakespeare

Poète : c’est ainsi que font les grands poètes !
Ils laissent s’égayer ceux qui vivent un temps,
Mais les festins humains qu’ils servent à leur fête
Ressemblent, la plupart, à ceux des pélicans ;
Quand ils parlent, ainsi, d’espérance trompée
De tristesse et d’oubli, d’amour et de malheur,
Ce n’est pas un concert à dilater le coeur.
Leurs déclamations sont… comme des épées :
Elles tracent dans l’air un cercle éblouissant
Mais il y pend, toujours, quelque goutte de sang.
Alfred de Musset

Devant toute souffrance humaine, selon que tu le penses, emploie toi non seulement à la soulager sans retard mais encore à détruire ses causes. Emploie toi non seulement à détruire ses causes mais encore à la soulager sans retard. Nul n’est sérieusement ni bon ni juste ni vrai, tant qu’il n’est résolu selon ses moyens, à se consacrer d’un cœur égal à l’une comme à l’autre de ces deux tâches.
Elles ne peuvent se séparer sans se renier.
Compagnons d’Emmaus

Les poètes descendent dans la rue car ils souffrent un peu plus que les autres.
Charles Trenet

Un feu qui brûle en éteint un autre; une douleur est amoindrie par la vivacité d’une autre douleur.
W. Shakespeare

(…) La souffrance des hommes est unique. Nul ne peut en parler pour son voisin. La souffrance fait de chaque homme une île. Lorsque l’on voit souffrir un être aimé, le plus poignant est de constater sa propre impuissance à pressentir ce qu’il éprouve, à pénétrer dans l’horrible peine qui l’étreint. L’amour permet de partager la joie, mais celui qui souffre devient un étranger, emmuré dans sa douleur dont il ne peut communiquer l’épreuve à personne.(…)
J. R. Armogathe

A l’heure si sombre encore de la civilisation où nous sommes le misérable s’appelle l’homme : il gémit sous tous les climats, il agonise dans toutes les langues.
Victor Hugo

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville.
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?
Verlaine

Comme l’homme est dur malgré ses cris de pitié, comme la douleur des autres lui semble légère, quand la sienne n’y est pas mêlée !
Roland Dorgelès

 Page 167

Eveiller en nous la capacité de colère, mais les colères de l’amour pour soulager les souffrances et en détruire les causes.
Abbé Pierre

Ce qu’il y a de plus vivant dans l’univers c’est la souffrance, puisqu’elle est ce qui résiste le plus à imaginer son terme.
Jean Rostand

La pire souffrance est dans la solitude qui l’accompagne.
Malraux

La douleur est le poison de la beauté.
W. Shakespeare

Nous souffrons tous d’une intraitable mélancolie.
Ernst Jünger

La mélancolie sociale.
Raoul Vaneigem

Elle n’était jamais née réellement. Voilà ce qu’elle avait.
Samuel Beckett

Je peux croire que tout n’est qu’illusion, vide. Cependant je n’arrive pas à me convaincre que la douleur n’est pas.
Eugène Ionesco

J’habite une blessure sacrée.
J’habite des ancêtres imaginaires.
J’habite un vouloir obscur.
Aimé Césaire

On fait le délicat dans les jours de bonheur.
Eschyle

Quand séchera la rivière de mon enfance,
il ne restera que la souffrance.
Quand la sécheresse touchera les ruisseaux
Limpides
de mon être,
Mon âme perdra sa force.
Je partirai alors vers de lointains pâturages,
Là où la haine n’a pas d’abri où reposer.
Là-bas je dresserai une tente, tout près de la
Forêt.
Chaque après-midi je me coucherai dans l’herbe.
Et dans le silence des jours, pure vérité de mon
Angoisse
La plus profonde,
Aux jours de printemps, je cueillerai des fleurs
Pour mon jardin de nostalgie.
J’examinerai ainsi la souvenance
D’un sombre passé.
Tito de Alencar 

Page 168

Rien n’est jamais acquis à l’homme ni sa force
Ni sa faiblesse, ni son coeur, et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix,
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n’y a pas d’amour heureux.
Louis Aragon

Nos tristesses, par bonheur, se portent quelquefois ombrage.
Jean Rostand

Courage et souffrances

Le chemin de la joie ne passe pas à côté de la souffrance.
Karl Barth

A raconter ses maux, souvent on les soulage.
Pierre Corneille

La parole supplée à l’insuffisance des remèdes et guérit la plupart de nos maux.
Cioran

Parler de taureaux n’est pas la même chose que d’être dans l’arène.
Proverbe espagnol

La douleur est une plaie par où l’homme se vide de la terre pour faire entrer en lui le ciel ou l’enfer.
Gustave Thibon

Ceux qui sèment dans les larmes moissonneront dans la joie.
Psaumes

Quand le mal a toutes les audaces le bien doit avoir tous les courages.
Beaumarchais

C’est notre défi à tous : affronter en même temps la souffrance du monde et son immédiate banalisation. Comme l’image est étrange! A la fois elle nous réveille et elle nous endort. La refuser serait tomber dans l’illusion d’une authenticité absolue rêvant de passer outre aux nécessaires médiations ; s’y abandonner, prendre des reflets pour la réalité même serait trahir l’incarnation.
Michel Crépu

Rieux se dressa d’un coup. Il regardait Paneloux avec toute la force et la passion dont il était capable et secouait la tête.
« Non, mon père, dit-il. Je me fais une autre idée de l’amour. Et je refuserai jusqu’à la mort d’aimer cette création où des enfants sont torturés. »
Camus

Le chrétien croit que ce Dieu inaccessible, incompréhensible, hors de nos sens et de nos imaginations, a pris corps humain, qu’il a sué de peur et d’angoisse, qu’il est mort pendu à un gibet.
Il croit que tous les persécutés, tous les affamés, les pestiférés se dressent avec ce Mort-là dans un même matin de gloire.
Michel de Castillo

Le vent se lève, il faut tenter de vivre.
Paul Valéry

Chaque religion a sa manière de comprendre le sens et le but de la souffrance humaine, toutes proposent des stratégies de réponse fondées sur des convictions profondément enfouies.
Dans le bouddhisme et le modèle hindou la souffrance est le résultat de nos actions négatives passées et elle catalyse la quête de la libération spirituelle. Dans la tradition judéo-chrétienne l’univers a été créé par un Dieu juste et bon et, même si les voies du Seigneur semblent mystérieuses et impénétrables, la foi et la confiance dans le plan divin permettent de mieux tolérer la souffrance (…)
Dans cette quête de sens, la tradition religieuse peut certes offrir un secours valable, mais ceux qui ne souscrivent à aucune vision religieuse du monde peuvent aussi, sur la foi d’une réflexion attentive, trouver signification et valeur à leur souffrance. Malgré la répugnance universelle qu’elle inspire notre souffrance peut fortifier et approfondir une expérience de la vie. Martin Luther King disait : « ce qui ne me détruit pas me rend plus fort ». S’il est naturel de reculer devant la souffrance elle peut aussi nous mettre au défi et parfois faire ressortir le meilleur de nous-mêmes (…) Souffrir peut aguerrir et renforcer. Ou encore, à l’inverse, la valeur de la souffrance peut être d’adoucir, de rendre plus sensible, plus délicat. La vulnérabilité que l’on éprouve alors peut favoriser l’ouverture vers les autres et approfondir la relation avec les autres. C’est ainsi que le poète William Wordsworth a pu écrire : « une détresse profonde a humanisé mon âme ».
Howard Cutler 

Page 169

La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil
René Char

C’est par l’épreuve que nous apprenons.
Eschyle

Rien n’est meilleur pour sécher ses larmes que de regarder une étoile.
Entendu

Un seul remède si l’on peut en user : aimer plus fort que l’on ne souffre.
Jean Rostand

Courage : succès et échecs

Que l’échec soit notre professeur, pas notre censeur !                            

Ariane Mnouchkine

(…) Si tu peux rencontrer triomphe après défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front (…)
Tu seras un homme, mon fils.
R. Kipling

Il est peu et de réussites faciles et d’échecs définitifs.
Marcel Proust

Quel homme vécut jamais une réussite achevée ?
Charles de Gaulle

Toute réussite déguise une abdication
Simone de Beauvoir

Tu as vécu sans rencontrer l’adversité ? Personne ne saura ce dont tu étais capable ! Toi-même tu n’en sauras rien. L’épreuve est nécessaire à la connaissance de soi. C’est l’expérience qui nous fait prendre la mesure de nos propres forces. L’homme de bien ne doit craindre ni la souffrance ni la peine. Il ne doit pas se plaindre de sa destinée et, quoi qu’il advienne, il en prendra son parti et tournera toute aventure à son avantage. Ce qui compte ce n’est pas ce qu’on endure c’est la manière de l’endurer.
Sénèque

Pour bien juger du courage d’un homme il faut savoir où sont ses craintes.
Jean Rostand

Une fois pour toutes tu ne dois pas t’inquiéter de tes succès et de tes échecs. Ton devoir est de travailler chaque jour tranquillement, d’accepter les échecs qui sont inévitables et de laisser aux autres le soin de compter les applaudissements.
Tchekhov 

Page 170

Le sentiment de notre propre échec est le commencement de l’unique succès possible. Où donc est le succès des satisfaits? Ce sont eux les grands ratés et de là vient leur obsession du succès.
Jean Sales

De la distraction au suicide il y a cent moyens de fuir une épreuve.
Le Senne

J’ignore ce que peut-être l’échec pour une abeille. Je sais que pour un homme c’est de ne point parvenir à s’humaniser en se rendant communicable aux autres hommes.
Francis Jeanson

C’est un grand réconfort, Seigneur
Que de savoir
Que tu ne demandes pas le succès
Que tu n’exiges pas la réussite…
Mais ce que tu exiges
C’est de ne pas nous épargner,
De nous donner au maximum
Sans autosuffisance,
Sans vanité,
Sans orgueil. (…)
Helder Camara

Au fond le plus grand signe d’échec véritable est l’obsession du succès c’est à dire la recherche perpétuelle d’une compensation au sentiment intime d’avoir manqué sa vie. Si on ne se laisse pas obséder par le succès on s’aperçoit soudain qu’on avait visé l’accidentel et négligé l’essentiel. Quand on l’a compris au lieu de compenser le doute de soi-même par la quête obsessionnelle de triomphes toujours insuffisants on pratique le « refus de parvenir » et l’on s’efforce d’atteindre, par delà tous les triomphes, à la véritable réussite de soi.
Emmanuel Mounier

Frappe frappe à la racine cet égoïsme dans mon coeur
Donne moi la force de supporter légèrement mes chagrins et mes joies
Donne  moi la force de rendre mon amour abondant en services
Donne  moi la force de ne jamais désavouer le pauvre
Ni plier le genou devant le pouvoir injuste…                                                   

Tagore

Le retour à soi se moque des victoires du paraître.
Raoul Vaneigem

Ou bien l’on passe son temps à réussir ou bien on passe son temps à faire ce que l’on a à faire.
Jacques Ellul

Courage dans les tempêtes

Au plus fort de l’orage il y a toujours un oiseau pour nous rassurer. C’est l’oiseau inconnu. Il chante avant de s’envoler.
René Char

Seul, battu des flots qui toujours se reforment
Il s’en va dans l’abîme, il s’en va dans la nuit
Dur labeur, tout est noir rien ne luit.
Victor Hugo

Quand sur la route, mon frère, tu trébuches sur la pierre
qui devient en grossissant une montagne et que tu t’arrêtes épuisé…, cherche, cherche bien : il existe un sentier. Quand tu l’as trouvé et que malgré le danger, tu as pu franchir la montagne, tu peux te retourner, mon frère, regarde derrière toi : la montagne est devenue une pierre.
Revue Emmaus 

Page 171

Au plus fort de mes tempêtes
Lorsque le ciel est au plus bas
Et les vents désorientés,
Il m’arrive de crier:
« Qu’est-ce que tu fais ?…
Tu vois bien que je suis
En train de mourir ! »
Il m’arrive même de penser
Que tu dors,
Que tu m’as oublié.
Et quand ma vie menace de chavirer,
Là, je t’entends me chuchoter:
« Pourquoi avoir peur ? »
La tempête est toujours là,
Mais je sais,
Au fond de moi,
Que jamais je ne sombrerai.                                                                     

   Eric Julien

Un homme qui traversait un champ se trouve nez à nez avec un tigre. Il s’enfuit, le tigre à ses basques. Arrivé au bord d’une falaise il s’accroche à une liane et se balance. Le tigre le flairait d’en haut. Terrorisé l’homme baissa les yeux : tout en bas un autre tigre attendait. Deux souris se mirent à ronger la liane. L’homme aperçut une framboise. Se tenant d’une main à la liane il cueillit la framboise de l’autre. Qu’elle était succulente !      

  Parole Zen

L’homme oriente sa voile, appuie sur le gouvernail, avançant contre le vent par la force même du vent.
Alain

Vous allez voir combien nous sommes et comptons.
Vous allez voir combien nous sommes et serons.
Nous sommes l’argent pur de la planète,
Le véritable minerai de l’homme.
Nous incarnons la mer qui ne cesse jamais,
Le rempart de l’espoir.
Une minute d’ombre ne nous rend point aveugles
Et aucune agonie ne nous fera mourir.
Pablo Neruda

Au soir de sa vie il se retourna et sur le sable derrière lui il vit les traces des pas de deux personnes côte à côte. Mais de temps à autre il y avait les pas d’une seule personne. Il se dit: j’étais seul, personne n’était là pour m’aider. Il s’approcha du sable et vit que les pas étaient uniques mais plus profonds. Il entendit en son coeur une voix qui lui dit: « Tu te croyais seul mais je te portais sur mon dos ». Il pleura d’émotion et de reconnaissance.
Histoire entendue

Comment oublier ces mythes antiques que l’on trouve au début de l’histoire de tous les peuples : les mythes de ces dragons qui à la minute suprême se changent en princesses ? Tous les dragons de notre vie sont peut-être des princesses qui attendent de nous voir beaux et courageux. Toutes les choses terrifiantes ne sont peut-être que des choses sans secours qui attendent que nous les secourions.
Rainer Maria Rilke 

Page 172

Nous n’appartenons à personne sinon au point d’or de cette lampe inconnue de nous, inaccessible à nous qui tient éveillés le courage et le silence.
René Char

La nuit n’est jamais complète
Il y a toujours, puisque je le dis,
Puisque je l’affirme,
Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
Une fenêtre éclairée,
Il y a toujours un rêve qui veille,
Désir à combler, faim à satisfaire,
Un coeur généreux,
Une main tendue, une main ouverte,
Des yeux attentifs,
Une vie, la vie à se partager.
Paul Eluard

Accueillez avec confiance vos grandes tristesses,
Ces aubes nouvelles où l’inconnu nous visite.
Rainer Maria Rilke

Mes frères
Les malades
Nous guérirons.
Les souffrances et les tourments vont s’apaiser.
Le calme va venir ainsi qu’un soir d’été
Doux et tiède au travers
Des branchages lourds et verts.
Nazim Hikmet

Le brin de paille se figure que c’est contre lui que la mer s’agite.
Proverbe Persan

Son coeur était une goutte d’eau de lumière qui se battait avec le flot et remontait, obstinément, à contre-courant, le fleuve vagabond de la nuit.
Nikos Kazantzaki

Courage : formules courtes

Il faut commencer par le commencement.
Et le commencement de tout est le courage.
Vladimir Jankélévitch

Il est bon de suivre sa pente pourvu que ce soit en montant.
André Gide

Le vent n’abat que les dos ronds et les poitrines creuses.

Texte perdu dans la mémoire d’écolier de l’auteur du site

La vertu est le courage du bien.
Le Senne

Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve.
Friedrich Hölderin

C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière!
Edmond Rostand

Page 173

Courage : philosophie,organisation du courage

Il ne faut pas de courage pour naître ni pour être.
Il en faut parfois pour continuer d’être, ou pour cesser d’être.
Commencer de résister ne va pas de soi. Résister c’est agir « au risque de » ou « malgré », malgré la peur, l’inertie le désir peut-être, l’obéissance parfois. Face à la menace, au danger ou aux faits eux-mêmes : la mort d’un proche, sa propre mort, la maladie, la barbarie…, il faut se tenir, entreprendre des ruptures, renouveler des contacts, pour ne pas se « lâcher ».
De la nature exacte de l’épreuve à surmonter, naît la qualité propre du courage : ce qu’il est, son contenu, son sens… « En connaissance de causes ». Car la lutte est une chose, son sens en est une autre, et l’on peut vite se laisser captiver par l’esthétique du courage, ébloui au point parfois d’oublier que le beau n’est pas le bien.
Oser déplaire, s’extirper de la grégaire complicité des rumeurs, des idées reçues, refuser les mimétismes, car le courage s’oppose au dogme.
Pierre-Michel Klein

Le courage est une chose qui s’organise, qui vit et qui meurt, qu’il faut entretenir comme les fusils.
André Malraux

Plains toi mais pas trop quand ta force s’amenuise
Tombe mais relève toi aussitôt,
Pleure un peu mais n’oublie pas de rire.
Heinrich Lhotzky

Le grand courage c’est encore de tenir les yeux ouverts sur la lumière comme sur la mort. Au reste, comment dire le lien qui mène de cet amour dévorant de la vie à ce désespoir secret… Ce qui compte c’est d’être vrai et alors tout s’y inscrit, l’humanité et la simplicité.
Albert Camus

Avoir la force d’accepter avec sérénité les choses qui ne peuvent changer. Avoir le courage de changer les choses qui doivent être changées. Et par dessus tout avoir la sagesse de discerner les unes des autres !
Sénèque

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir,

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre,

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les Rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frères,
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi,

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser, sans n’être qu’un penseur,

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu peux être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant,

Si tu peux rencontrer triomphe après défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,
Tu seras un Homme, mon Fils.
Rudyard Kipling 

Page 174

A cet instant subtil où l’homme se retourne sur sa vie, Sisyphe, revenant vers son rocher, contemple cette suite d’actions sans liens qui devient son destin, créé par lui, uni sous le regard de sa mémoire et bientôt scellé par sa mort. Ainsi, persuadé de l’origine tout humaine de tout ce qui est humain, aveugle qui désire voir et qui sait que la nuit n’a pas de fin, il est toujours en marche. Le rocher roule encore. Je laisse Sisyphe au bas de la montagne ! On retrouve toujours son fardeau. Mais Sisyphe enseigne la fidélité supérieure qui nie les dieux et soulève les rochers. Lui aussi juge que tout est bien. Cet univers désormais sans maître ne lui paraît ni stérile ni futile. Chacun des grains de cette pierre, chaque éclat minéral de cette montagne pleine de nuit, à lui seul forme un monde. La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un coeur d’homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux.
Albert Camus

La façon dont on se tire des combats et des épreuves de la vie définit la valeur d’un homme.
Malikida Meysenbug

Il y a deux façons de se sortir des situations difficiles : les changer ou bien changer la façon de les voir. Or changer de regard sur les choses est une source d’expérience et de sagesse.
Paul Wilson

Ce sont l’innocence et la spontanéité qui exigent le vrai courage quelles que soient les blessures qui en résultent souvent pour nous.
E. Jong

On ne comprendra pas notre idéal ? Qu’importe !
Les quolibets pleuvront, lâches et dénigrants ?
Courage amis ! La lutte n’est jamais trop forte,
Le rêve n’est jamais trop grand !
Car la plus douce et la plus noble récompense
Lorsqu’à se battre un contre cent on s’est usé,
C’est de relire au fond de notre coeur brisé
Ces mots qu’en lettres d’or grava la conscience:
« Je ne t’ai jamais méprisé ».
Raoul Follereau

Donne-nous seigneur, la force d’accepter avec sérénité les choses qui ne peuvent changer. Donne nous le courage de changer les choses qui doivent être changées. Et donne-nous par dessus tout la sagesse de discerner les unes des autres !
Prière

Quand le mal a toutes les audaces
le bien doit avoir tous les courages.
Beaumarchais

Le vrai courageux n’attend pas des situations hors du commun pour manifester son courage. Le « courage de tous les jours » est son régime de vie.
François Vaillant

Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Noires comme un puits où l’on se noie,
Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,
Pour mon âme invincible et fière,    ( …)
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maitre de mon destin
Je suis le maitre de mon âme                               

  Poème de William Henley, dit souvent
dans sa prison par Nelson Mandela 

page 175

Ne pas céder face à la pluie
Ne pas céder face au vent
Ne pas céder non plus face à la neige ou à la chaleur de l’été

Avec un corps solide
Sans avidité
Sans perdre son tempérament
Cultivant une joie tranquille

Chaque jour quatre bols de riz complet
Du miso et un peu de légumes à manger

Dans toutes les choses
Sans y mettre ses émotions
Voir, écouter et comprendre
Et sans oublier

Dans l’ombre des bois de pin des champs
Vivre dans une cabane au toit de chaume

S’il y a un enfant malade à l’Est
Y aller et le veiller
S’il y a une mère fatiguée à l’Ouest
Y aller et porter sa gerbe de riz
S’il y a quelqu’un proche de la mort au Sud
Y aller et lui dire qu’il n’y a pas besoin d’être effrayé
S’il y a une dispute ou un litige au Nord
Leur dire de ne pas perdre leur temps en actes inutiles

En cas de sécheresse, verser ses larmes de sympathie
Lors d’un été froid, errer bouleversé

Appelé un bon à rien par tout le monde
Sans être complimenté
Ni rendu responsable

Une telle personne
Je voudrais devenir

Kenji Miyazawa

Le courage c’est de ne pas laisser aux mains de la force la solution des conflits que la raison peut résoudre.
Le courage, courage de toutes les heures, c’est de supporter sans fléchir les épreuves de tout ordre, physiques et morales, que prodigue la vie.
Le courage c’est de ne pas livrer sa volonté au hasard des impressions ou des forces, c’est de garder dans les lassitudes inévitables l’habitude du travail et de l’action.
Le courage, dans le désordre infini de la vie qui nous sollicite de toutes parts, c’est de choisir un métier et de le bien faire.
Le courage c’est d’être tout ensemble et quel que soit le métier un praticien et un philosophe.
Le courage c’est de comprendre sa propre vie, de la préciser, de l’approfondir, de la coordonner cependant à la vie générale.
Le courage c’est de dominer ses propres fautes, d’en souffrir mais de n’en plus être accablé et de continuer son chemin.
Le courage c’est d’aimer la vie et de regarder la mort d’un regard tranquille, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel, c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense.
Jean Jaurès

 

 

 

III.                 NOS SOUFFLES DE VIES

1.         Les enfants

Merveilles de l’enfance

Mais, que suis-je ?
Un enfant braillant dans la nuit,
Un enfant braillant pour la lumière,
Et pour tout langage un cri.
Alfred Tennyson

Le vent de mon coeur :
Il siffle dans la corde de vie,
Joue avec la libellule de mes pensées,
Il réchauffe mon coeur
Dans ses doux bras d’argent,
Et s’endort chaudement
Au plus profond de mes rêves.
Jean-Michel, 10 ans

Alors mon coeur sauta dans ma poitrine : des bartavelles ! Des perdrix royales ! (…) Je bondis sur la pointe d’un cap de roches qui s’avançait au-dessus du vallon et, le corps tendu comme un arc, je criai de toutes mes forces : « Il les a tuées ! Toutes les deux ! Il les a tuées ! ». Et dans mes petits poings sanglants d’où pendaient quatre ailes dorées, je haussais vers le ciel la gloire de mon père en face du soleil couchant.
Marcel Pagnol 

Page 176

Après une nuit d’amour
Après neuf mois d’amour
Au ventre de ma mère
Je suis volcanisé dans l’Univers.
Des bras m’ont accueilli :
Que c’est beau la vie
Dans un espace plafonné de soleil
Et tapissé d’espoir.
Je suis déjà l’enfant.
Et que ferai-je ?
Le berger ?
Le jardinier ?
Le pêcheur ?
Ou le prophète enfant ?
Je crois, de poésie,
De sagesse,
De révolte,
Et de l’homme,
Je ferai un métier
Et ma passion.
Ahmed Ben Dhiab

L’enfant n’a qu’à se regarder vivre pour être inspiré.
Elise Freinet

C’est Noël chaque fois qu’on essuie une larme dans les yeux d’un enfant.
O. Vercruysse

Ils ont la chance d’être au commencement de tout. C’est un état formidable pour prendre conscience de ses besoins et de ses désirs, pour se livrer à la joie de vivre comme le jeune animal qui s’ébroue en souplesse et vigueur simplement par un excès de vie.
Elise Freinet

Des enfants qui aimeront la vie et tout ce qui est vivant, qui sentiront mille vies réincarnées en leurs veines, mille vies animées de mille désirs de vivre.
Poème  anonyme écrit dans une prison chilienne

Regarder tout autre membre de notre espèce, quel qu’il soit, comme une merveille à construire par lui avec l’aide des autres.
Albert Jacquard

L’univers des enfants est incommensurable. Il n’est autour d’eux pas de limites à leur quête éperdue. Ils sont dans la trame même de la création.
Elise Freinet

Face à l’étendue de nos incertitudes et à la vanité de nos réponses,les enfants restent notre seule sauvegarde contre une définition trop aléatoire de la vie.

Jacques Phytilis

Il y a toujours dans notre enfance un moment où la porte s’ouvre et laisse entrer l’avenir.
Graham Green

Douleurs de l’enfance

Les enfants des rues pratiquent l’initiative privée du délit qui est l’unique domaine où ils peuvent s’exprimer. Leurs droits ne sont que ceux de voler et de mourir. La vie s’achève tôt, rongée par la colle et les autres drogues qui trompent la faim, le froid et la solitude. Elle s’achève aussi lorsqu’une balle l’interrompt net.
Eduardo Galeano 

Page 177

J’ai laissé tomber mon échelle du ciel
Et je suis descendue vers vous
J’ai levé l’encre de mon bateau
Et je suis venue vers vous
J’ai coupé les herbes
Qui me barraient le chemin
Et je suis venue vers vous.
J’ai poussé les pierres
Qui m’invitaient à retourner
Et je suis venue vers vous (…)

J’ai senti sous votre regard
Ma vie qui commençait
Annouchka
. Un poème préféré de Lucie à 9 ans

Bercez-moi dans un grand berceau
Dans un lit de paille,
Une grande étendue de feuilles sauvages
Et laissez-moi dans mes rêves éternels,
Dans la fin de la guerre
Dans la vie sans misère,
Dans la paix infinie,
Dans l’amour de mes parents
Bercez-moi dans les tempêtes de l’amour.
Stéphanie (« Je t’écris pour la vie », texte à Oradour-sur-Glane)

L’enfance un paradis ? Ce serait plutôt un drame. C’est la moitié de l’humanité que nous condamnons à la non-existence. Sa vie n’est pour nous qu’un jeu ; ses aspirations, naïves ; ses sentiments, passagers ; ses opinions, dérisoires. Nous lui faisons porter le fardeau de ses devoirs d’homme de demain sans lui accorder ses droits d’homme d’aujourd’hui.
Janus Korczack

Le temps passe et il fait tourner la roue de la vie comme l’eau celle des moulins. Cinq ans plus tard je marchais derrière une voiture noire, dont les roues étaient si hautes que je voyais les sabots des chevaux. J’étais vêtu de noir et la main du petit Paul serrait la mienne de toutes ses forces. On emportait notre mère pour toujours. (…) Telle est la vie des hommes. Quelques joies effacées par d’inoubliables chagrins. Il n’est pas nécessaire de le dire aux enfants.
Marcel Pagnol


Ceux qui savent profiter vraiment de la vie sont ceux qui voient des raisons de s’émerveiller. Invitez-les : vous rencontrerez paix et plénitude.
Paul Wilson

Enfants, parents…

Aimer un enfant n’est pas autre chose que de faire prévaloir l’enfant sujet de sa propre vie sur l’enfant objet de la vie de ses parents.
Albert Donval

Les enfants commencent par aimer leurs parents, devenus grands ils les jugent, quelquefois ils leur pardonnent.
Oscar Wilde 

Page 178

Vos enfants ne sont pas vos enfants
Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même.
Ils viennent à travers vous mais non de vous
Et bien qu’ils soient avec vous ils ne vous appartiennent pas.
Khalil Gibran

Les enfants, quel que soit leur âge, sont d’une incroyable créativité pour réveiller l’ex-enfant blessé, humilié, rebelle ou enthousiaste qui est toujours en nous.
Jacques Salomé

Tu es jeune et tu désires femme et enfants mais je te demande: es-tu un homme qui ait le droit de désirer un enfant ? Es-tu le victorieux vainqueur de lui-même, souverain de ses sens, maître de ses vertus. Ou bien ton voeu est-il le cri de la bête ou de l’indigence ? Ou la peur de la solitude ? Ou la discorde avec toi-même ?
Nietzsche

Faites des compliments. Ne soyez pas avare de vos louanges. Elles véhiculent des ondes bénéfiques qui vous feront autant de bien qu’au destinataire.
Paul Wilson

Eduquer : vient du latin e-ducere: sortir de, se séparer. Tel est bien le signe d’un amour qui veut donner la vie: un enfant vivant devant soi. Les parents ne peuvent être vraiment des éducateurs que s’ils acceptent d’être des séparateurs c’est à dire de donner la chance à l’enfant de déterminer sa propre vie.
Albert Donval

La vie d’un père n’est jamais banale, surtout une fois achevée, avec ce qu’elle a sécrété d’espoirs abolis, de velléités impuissantes, de certitudes démenties, et ce qu’elle suscite de compassion.
Viviane Forrester

Osons dire à nos enfants : « je ne vous aime pas pareil » et à chacun : « l’amour que j’ai pour toi est unique ».
Jacques Salomé

Un khalife fit venir un homme très simple dont on lui avait dit qu’il était sage. Pour éprouver sa sagesse le khalife lui posa cette question :
– On me dit que tu as de nombreux enfants, lequel est ton préféré ?
L’homme répondit :
– Celui de mes enfants que je préfère c’est
Celui qui est le plus petit jusqu’à ce qu’il grandisse,
Celui qui est loin jusqu’à ce qu’il revienne,
Celui qui est malade jusqu’à ce qu’il guérisse,
Celui qui est prisonnier jusqu’à ce qu’il soit libéré,
Celui qui est éprouvé jusqu’à ce qu’il soit consolé.
Poème arabe

Education des enfants

La véritable éducation consiste à tirer le meilleur de vous-même. Quel meilleur livre

peut-on étudier que celui de l’humanité ?
Gandhi

Faites chercher à l’enfant ce qu’il est capable de découvrir par ses propres moyens.
Henri Pestalozzi

Atteindre la maturité c’est être comme les enfants, honnête, libre, ouvert, sensible, spontané et direct.
Arthur Janov

L’univers a fait de toi une créature unique, tu possèdes une clé unique pour ouvrir une porte unique qui t’attend quelque part dans le couloir.
Albert Jacquard

 Page 179

Enseigner c’est apprendre deux fois.
Joseph Joubert

Oserais-je exposer ici la plus grande la plus importante la plus utile règle de toute l’éducation ? Ce n’est pas de gagner du temps, c’est d’en perdre.
Jean-Jacques Rousseau

On enseigne ce que l’on sait et ce que l’on est.
Jean Jaurès

On devrait enseigner aux enfants l’art d’être heureux. Non pas quand le malheur vous tombe sur la tête, je laisse ça aux stoïciens, mais l’art d’être homme quand les circonstances sont passables et que toute l’amertume de la vie se réduit à de petits ennuis et de petits malaises.
Alain

Le vrai bonheur, qui n’est pas à vendre, n’est-il pas de conserver en soi toute sa vie la créativité, la folie, l’amour de la vie, la passion et l’émerveillement de l’enfant ?
Vous qui êtes jeunes si on vous demande: « Qu’est-ce que tu feras quand tu seras grand ? »
Répondez: « Je voudrais être pleinement enfant. »
Gilbert Rapaille

Il n’est donc nullement question d’apprivoiser les petits d’hommes quand ce serait pour leur bien. Tout au contraire, il faut mettre en leurs mains leur propre apprentissage ce qui est fortifier en eux la volonté : car il n’y a point d’autre valeur humaine que celle-là.
Alain

Devant un enfant je me sens pris de tendresse pour ce qu’il est et de respect pour ce qu’il peut devenir.
Louis Pasteur

Comment aimer en donnant la liberté à soi et à l’autre ?
De l’enfant « pour soi » à l’enfant « pour lui » : la conquête de l’autonomie.
De l’enfant « entre soi » à l’enfant « avec d’autres » : le projet de socialisation.
De l’enfant « en soi » à l’enfant « devant soi » : tel est bien le signe d’un amour qui veut donner la vie, un enfant vivant devant soi.
Albert Donval

Merci mes parents, merci ma famille, merci mes maîtres, merci vous qui m’avez aimé. Mais c’est à moi d’achever l’ouvrage. Oubliez celui que vous auriez voulu que je sois. Pour que je sois vraiment un homme vous me devez un dernier cadeau : la liberté de devenir celui que je choisis d’être.
Albert Jacquard

Les logiques productivistes fondées sur la soumission et la compétition ont tendance, de façons certes très variables, à donner des individus écrasés (obéissance), désolés (fatalité), isolés (administration des peurs), fanatisés (la fin justifie les moyens). Il s’agit au contraire de promouvoir des logiques d’éducation à la paix fondées sur la résistance et la solidarité. Celles-ci impliquent face à l’obéissance : l’esprit critique et la responsabilité, face à la fatalité : la formation à l’autonomie, face à l’administration des peurs :  le respect des différences, face à la fin qui justifie les moyens : le choix de moyens conformes aux fins que l’on propose. Ainsi l’éducation à la paix peut-elle être un des chemins de la paix.
JML

Etre à l’écoute réelle d’un enfant c’est accepter d’être à l’écoute de l’enfant qui est en nous à chaque instant.
Jacques Salomé

Etre parent c’est faire confiance (…)
Faire confiance est inséparablement donner à perte et espérer. C’est donner à perte en ce sens que celui qui donne à un autre ne sait jamais à l’avance ce que cet autre fera de son don (argent, temps, forces…). Celui qui donne doit savoir perdre ce qu’il a donné. Cela ne lui appartient plus. Il ne peut qu’espérer que le bénéficiaire de son don lui rendra quelque chose d’autre en retour, sans savoir exactement quoi, quand, comment. (…)
Echanger n’est-ce pas donner et recevoir, transmettre et accueillir ?
Albert Donval

Page 180

Faire confiance n’est pas l’attitude la plus naturelle qui soit pour des parents. (…) La confiance est une forme d’échange dans laquelle quelqu’un décide de jouer le jeu de la vérité avec quelqu’un d’autre. Il prend l’initiative d’une démarche pour informer, dire ses idées et ses convictions, faire part de ses sentiments, éventuellement expliciter ses craintes et ses inquiétudes. Ce faisant il en appelle à sa vérité, à l’analyse de la réalité et à la bonne foi de son interlocuteur. Celui-ci est ainsi invité à entrer en relation, à dire sa vérité, et à proposer son analyse de la réalité.
Albert Donval

Avec un enfant chaque fois que je peux proposer, expliquer et dialoguer, je serais moins tenté d’exiger, de contraindre ou d’imposer.
Jacques Salomé

La façon dont nous élevons nos enfants est une mesure de notre civilisation, un test du

degré de notre humanité.
James Grant, UNICEF

La civilisation est une course entre l’éducation et la catastrophe.
H.G. Wells

Jeu de l’enfance, jeu du monde

Les parents devraient comprendre qu’un jouet est une sorte de message adressé à l’enfant. Il porte en soi une partie d’eux-mêmes et de leur philosophie de la vie.
E. Ingalander

Le temps, un enfant jouant aux dés, déplaçant les pièces sur un damier : royauté d’un enfant.
Héraclite

Même les plus grands enfants de l’humanité moderne promettent de mirifiques jouets. Hegel promet le savoir absolu au sujet absolu de l’esprit absolu. Marx veut nous faire tendre vers le communisme intégral, la coïncidence de l’existence et de l’essence. Nietzsche a les yeux tournés vers le surhomme sachant accepter le retour éternel de l’identique. (Freud reste assez lucide et ne prévoit rien de mirobolant). Heidegger énonce, avec beaucoup de retenue, un apparaître possible d’un dieu de l’être. Bref, tous ces penseurs souhaitent consolation et délivrance.
Kostas Axelos

Une éthique pour un temps de détresse ?
Axelos ne voit aucun salut dans la révolte. Il n’en voit pas non plus dans la philosophie. Peut-être au sein de cette détresse, est-il seulement temps d’apprendre à jouer – non seulement le jeu de chaque vie mais du monde tout entier – de retrouver l’innocence de l’enfant d’Héraclite.
Jean-Michel Palmier

Parler, penser, travailler, lutter, aimer, mourir -adonnez-vous à tout cela, sans fanatisme aveugle, sans tiède cécité – en jouant.
Kostas Axelos

2.     La joie

Y’a d’la joie bonjour  bonjour  les hirondelles
Y’a d’la joie dans le ciel par dessus le toi
Y’a d’la joie et du soleil dans les ruelles
Y’a d’la joie partout y’a d’la joie
Tout le jour mon cœur bat, chavire et chancelle
C’est l’amour qui vient avec je ne sais quoi
C’est l’amour bonjour, bonjour les demoiselles
Y’a d’la joie partout Y’a d’la joie
CharlesTrenet 

Page 181

La joie a la nature du plaisir et la profondeur de la douleur.
Lanza del Vasto
Joie,   joie,  joie,  pleurs de joie (…).
Blaise Pascal

Toute joie veut l’éternité, veut la profonde éternité.
Nietzsche

Nos joies les plus profondes ne tiennent pas à des bonheurs établis mais à nos bonheurs retrouvés.
Gérard Bauër

Il faut danser la vie.
Nietzsche

Je dormais et je rêvais que la vie n’était que joie,
je m’éveillais et je vis que la vie n’était que servir,
je servis et je vis que servir était la joie.
Rabindranath Tagore

Je crois qu’il ne faut pas avoir honte d’aimer cette vie dès lors qu’on s’efforce, selon les moyens dont on dispose, de la rendre telle que tous puissent l’aimer.
Francis Jeanson

3.   La fête

Toute rupture un peu ample du quotidien introduit à la fête.
Roland Barthes

Jeu de masques, jeu de miroirs où se reflètent nos désirs, nos angoisses, nos contradictions, la fête est aujourd’hui l’objet d’incarnations obsessionnelles où chacun projette sa mémoire et son imagination : ici la nostalgie des rites et des symboles d’un ordre perdu, la crainte du changement, l’appel à l’unanimité, au consensus et aux célébrations collectives ; là l’attente d’une libération, d’une rupture, d’un mode d’être poétique nourri de spontanéité et de participation, la quête de nouveaux rituels intimes et d’une nouvelle « fantaisie » sociale. (…) La fête telle que les historiens la racontent a toujours eu un double visage : cérémonie/divertissement, sacré/profane, spontané/officiel, vie privée/vie collective, intégration/contestation et les formes selon les époques ont été multiples. Telle société, telles fêtes.
Henry Dougier

L’enfant c’est l’anti-mort, la naissance, la naïveté, le rire et l’émerveillement faciles. (…) La Fête c’est pareil. Une possibilité de renaître, d’aimer, d’être aimé l’espace d’un instant. Un potentiel de critique, de destruction, de révolte aussi.
Henry Dougier

(…) Comme le jeu la fête est la gravité travestie, la mort qui chatouille sous l’esclaffement. Elle est un rire échappé de l’angoisse. Elle est l’humour de la mort et de l’amour (…).
La fête est un instant privilégié autant qu’un piège où grincent l’un sur l’autre l’amour, la mort et le quotidien dépassé un instant.
Alexandre Bonnie

Oublions la peur,quittons notre deuil

pour danser la fête après la nuit.

Laissons le soleil entrer dans nos vies

Laissons la lumière envahir nos coeurs.

Chant

A. Varagnac a observé le « déclin » des fêtes traditionnelles et leur transformation sous l’effet du développement des loisirs modernes. J. Duvignaud s’accorde avec lui sur ce point en constatant : « nos civilisations qu’on appelle industrielles ne connaissent apparemment pas la fête ». D’autres mettent l’accent, au contraire, sur l’aspiration croissante à une vie festive, spontanée, indépendante des institutions et des normes dominantes, surtout dans les nouvelles générations. La fête est-elle en déclin ou en progrès, disparaît-elle ou se transforme-t-elle et en quel sens ? Les réponses varient avec la définition de la fête. (…) Il y a deux types d’activités sociales placées sous le nom commun de fête : fête institutionnelle (familiale, professionnelle, religieuse, politique), fête extra-institutionnelle (groupements éphémères ou durables de copains, de camarades, d’amis… ). (…) Le caractère « divertissant » s’est valorisé, il est devenu plus fréquent et plus indépendant qu’autrefois par rapport aux fêtes institutionnelles. Sorti de la fête sacrée, le spectacle est devenu l’aspect prépondérant du loisir chaque jour : spectacle de théâtre, de cinéma, de sport, de télévision… La fête a toujours un caractère mixte, cérémoniel et divertissant mais c’est le divertissement qui est aujourd’hui le plus valorisé dans la « société du spectacle ».
Joffre Dumazedier

 Page 182

Dans une civilisation qui embétonne les plages et asphalte les clairières on peut craindre que

l’école ne devienne bientôt le seul et dernier lieu où l’adolescent comme l’enfant, puisse encore jouer.
Joseph Lief, Lucien Brunelle

Mais cette hantise de la fête cache une autre peur (ou une espérance…), celle de la mort d’un ordre, d’un type de civilisation. Pour les uns l’appel à la fête doit camoufler cette perte de sens, conjurer notre incapacité d’auto-transcendance sociale. Pour les autres il faut célébrer au contraire la mort d’une société bloquée, la renaissance des utopies.
Henry Dougier

4.   Le bonheur

Vous avez dit bonheur ?

Créon:
La vie ce n’est peut-être tout de même que le bonheur ?

Antigone (murmure le regard perdu):
Le bonheur…

Créon (a un peu honte soudain):
Un pauvre mot, hein ?

Antigone (doucement):
Quel sera-t-il mon bonheur ? Quelle femme heureuse deviendra-t-elle la petite Antigone? Quelles pauvretés faudra-t-il qu’elle fasse elle aussi, jour après jour, pour arracher avec ses dents son petit lambeau de bonheur ? Dites à qui devra-t-elle mentir, à qui sourire, à qui se vendre ? Qui devra-t-elle laisser mourir en détournant le regard ?
Jean Anouilh

Le bonheur ne me suffit pas parce que j’ai un appétit prodigieux de m’amuser, de rire, de me dilater. Le bonheur il est possible un moment de le posséder à deux. Mais la joie, la béatitude avec leurs contradictions galvanisantes on ne les possède pas, ni à deux ni à plusieurs. On ne les possède pas du tout. Le bonheur c’est la petite mesure de ceux qui n’ont pas le courage et l’humour d’affronter la béatitude.
Jean Cardonnel

C’est plein de disputes, un bonheur.
Jean Anouilh

Bonheur, je t’ai reconnu au bruit que tu fis en partant.
Radiguet

On peut défaire n’importe quel bonheur par la mauvaise volonté.
Alain

Vous savez bien, disait abruptement le général de Gaulle, que le bonheur n’existe pas, c’est le rêve des idiots.
André Malraux

Page 183

La principale tâche de l’homme est de se donner naissance.
Erich Fromm

Le bonheur n’est pas un droit. C’est un accomplissement. Et un peu de chance.
Orson Welles

Réfléchissons donc à ce qui possède vraiment une valeur, à ce qui donne un sens à notre vie, et ordonnons nos priorités en conséquence. Le but de la vie doit être positif. Nous ne sommes pas nés dans le but de compliquer les choses, de nuire aux autres. Pour que la vie ait une valeur il faut consolider les qualités fondamentales de l’humanité : la chaleur humaine, la bonté, la compassion. Alors notre vie revêt un sens et devient plus paisible, plus heureuse (…) Prendre la décision consciente de se tourner vers le bonheur compris comme un but qui en vaut la peine, voilà qui peut profondément transformer l’existence.
Le Dalaï-lama

Il faut essayer d’être heureux. Ne serait-ce que pour donner l’exemple.
Jacques Prévert

Les lieux, les formes du bonheur

Il faut rire avant d’être heureux de peur de mourir sans avoir ri.
Jean de la Bruyère

Tous les hommes cherchent le bonheur, même ceux qui vont se pendre.
Pascal

Le bonheur est une idée neuve en Europe.
Saint-Just

C’est plein de disputes, un bonheur.
Jean Anouilh

Page 184

Le bonheur n’est qu’une certaine sonorité des cordes qui vibrent à la moindre chose et qu’un rayon de soleil fait chanter.
Proust

Je crois que le bonheur existe,la preuve en est que ,soudain,il n’existe plus.Il était là et il s’est enfui.C’est un accusé que l’on condamne toujours par défaut.Bonheur cent fois perdu,cent fois reconquis sur la douleur, l’absence, la maladie, l’âge, la mort. Cicatrices oubliées, blessures fraiches qui n’en finissent plus de saigner,combien de fois faut-il que le bonheur vous ait glissé entre les doigts pour apprendre qu’il reviendra,si on lui laisse la porte ouverte.Donnez-moi l’espérance, je m’arrange du reste.

Françoise Giroud

Le bonheur est dans le pré.
Cours-y vite.
Le bonheur est dans le pré.
Cours-y vite. Il va filer.
Paul Fort

Il n’y a pas de bonheur possible pour personne sans le soutien du courage.
Alain

Heureux les doux car ils hériteront la terre,
Heureux ceux qui ont faim et soif de justice car ils seront rassasiés…
Evangile selon Saint-Mathieu

Le bonheur c’est d’en donner.
Saint-Augustin

Je ne respecte rien au monde comme le bonheur.
Stendhal

Nul n’est jamais si heureux ni si malheureux qu’il se l’imagine.
La Rochefoucauld

Le bonheur intime et propre n’est point contraire à la vertu.
Alain 

Page 185

Vous me demandez quel est le suprême bonheur ici-bas ?
C’est d’écouter la chanson d’une petite fille qui s’éloigne après vous avoir demandé son chemin.
Li-Tai-Po

Dans une fleur qui s’ouvre
Dans un coeur qui bat
Le bonheur s’y trouve mais tu ne le sais pas mon frère
Le bonheur s’y trouve mais tu ne le sais pas
(…)
Dans le désert de sable
La source où tu bois
Le bonheur s’y trouve mais tu ne le sais pas mon frère
Le bonheur s’y trouve mais tu ne le sais pas.
Francis Gayte

Ni l’or ni la grandeur ne nous rendent heureux
La Fontaine

Si on ne voulait qu’être heureux ce serait bientôt fait.
Mais on veut être plus heureux que les autres et cela est presque toujours difficile parce que nous croyons les autres plus heureux qu’ils ne sont.
Montesquieu

J’ai senti sous votre regard
Ma vie qui commençait.
Annouchka, 10 ans

Le bonheur c’est savoir ce que l’on veut et le vouloir passionnément.
Félicien Marceau

Il ne faut pas de tout pour faire un monde, il faut du bonheur et rien d’autre.
Paul Eluard

Ivan Karamazov : Il fait bon vivre et je vis, fût-ce à l’encontre de toute logique ! Je ne crois pas à la valeur de l’ordre qui régit le monde. Mais j’aime les tendres feuilles des arbres, toutes gluantes, quand elles poussent au printemps;
J’aime le ciel bleu, j’aime aussi certains hommes, sans même savoir pourquoi ; et – le croiras-tu ? – l’enthousiasme me prend à la vue des actes de courage et d’héroïsme humain auxquels j’ai pourtant cessé de croire depuis longtemps ; je continue de les vénérer par le force d’une habitude qui m’est chère.
Aliocha : C’est cela, Ivan, aimer la vie, sans souci de la logique. C’est ainsi qu’on finit par en découvrir le sens. Tu tiens la moitié de la vérité puisque tu veux vivre. Il ne te reste plus qu’à conquérir l’autre moitié et tu seras sauvé.
Dostoïevski

Desiderata
Va en toute quiétude dans le bruit et le mouvement et rappelle toi que la paix est faite de silence.
N’abdique pas sans raison ; Sois en bons termes avec autrui. Dis ce que tu penses avec calme et sérénité.
Ecoute ton prochain ; même l’ignorant et l’infortuné a sa vérité.
Evite les hommes violents et exaltés ; ils troublent le calme de l’esprit. Si tu te compares aux autres tu peux devenir vain car il y aura toujours des êtres plus grands ou plus petits que toi. Réjouis-toi de tes réalisations et de tes projets.
Aime ton métier, si humble soit-il ; c’est une richesse indestructible devant les vicissitudes de la vie. Sois prudent en affaires car les hommes pratiquent l’astuce. Ne te laisse pas tromper par les apparences de la vertu. Bien des hommes nourrissent de grands idéaux et vivent d’égoïsme.
Sois toi-même.

Page 186

Ne fuis pas l’affection. Ne fais pas de l’amour un jeu ; malgré l’aridité et le mécontentement il demeure.
Accepte avec grâce le conseil de l’expérience et détache-toi volontiers de ta jeunesse.
Acquiers la force d’âme qui t’armera dans le malheur. N’occupe pas ton esprit de chimères car la crainte naît de la lassitude et de l’ennui.
Sache à la fois te discipliner et te libérer.
Tu es l’enfant de l’univers comme l’arbre et l’astre ; tu as le droit d’exister ; même si l’univers te paraît impénétrable il obéit à la Loi.
Reste en paix avec ton Dieu ; garde une âme sereine dans le travail, le rêve et l’agitation de la vie. Malgré ses artifices, ses peines et ses désillusions le monde a ses splendeurs.
Sois attentif. Recherche le bonheur.
Texte anonyme (Baltimore, 1692)

5.   Le plaisir

Les plaisirs de l’amour sont selon moi les seuls vrais plaisirs de la vie corporelle.
Montaigne

Le plaisir est le bonheur des fous. Le bonheur est le plaisir des sages.
Barbey d’Aurevilly

L’homme est né pour le plaisir: il le sent, il n’en faut point d’autre preuve.
Pascal

A force de plaisirs, notre bonheur s’abîme.
Jean Cocteau

Tu es plaisir, avec chaque vague séparée de ses suivantes.
Enfin toutes à la fois chargent. C’est la mer qui se fonde, qui s’invente. Tu es plaisir, corail de spasmes.
René Char

Je veux faire uniquement ce qui me plaît à fond. Mais pour faire ce qui me plaît à fond, je suis obligé de rompre sans cesse avec ce qui ne me plairait qu’à moitié.
Ils sont des foules d’hommes et de femmes qui voudraient bien, au conditionnel, le plaisir de fond mais sans renoncer à un seul des plaisirs de surface. Aussi ont-ils des plaisirs furtifs mais fondamentalement, radicalement, ils s’embêtent à mort. Or, il faut s’amuser à vie.
Jean Cardonnel

6.       Donner

Ce que j’ai gardé je ne l’ai plus
Ce que j’ai dépensé je l’ai eu
Ce que j’ai donné je l’ai.
Lu sur une tombe

Un moine apporte à son maître, deux plantes en pot. « Lâche ça ! » ordonna le maître. Le moine lâcha un pot. « Lâche ça ! » ordonne de nouveau le maître. Le moine dit : « Mais je n’ai rien à lâcher ! » Le maître dit en hochant la tête : « Alors emporte-le »
Parole Zen

On n’est heureux que dans la proportion de ce qu’on donne.
Louis Bromfield

Veux-tu vivre gaiement ? Chemine avec deux sacs, l’un pour donner, l’autre pour recevoir.
Goethe

La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent.
Albert Camus

Mieux vaut un plat de légumes avec de l’affection qu’un boeuf gras avec de la haine.
Bible. Ancien Testament

 Page 187

Si donner vaut mieux que ce que l’on donne,
la façon de ne pas donner ne vaut rien.
Pierre Dac

Le succès dépend de ce que l’on sait, de ce que l’on ose mais surtout de ce que l’on donne.
Jules Lagneau

J’étais allé, mendiant de porte en porte, sur le chemin du village lorsque ton chariot d’or apparut au loin pareil à un rêve splendide et j’admirais quel était ce Roi de tous les rois!
Mes espoirs s’exaltèrent et je pensais : c’en est fini des mauvais jours, et déjà je me tenais prêt dans l’attente d’aumônes spontanées et de richesses éparpillées partout dans la poussière.
Le chariot s’arrêta là où je me tenais. Ton regard tomba sur moi et tu descendis avec un sourire. Je sentis que la chance de ma vie était enfin venue. Soudain, alors, tu tendis ta main droite et dis :« Qu’as-tu à me donner ? »
Ah ! quel jeu royal était-ce là de tendre la main au mendiant pour mendier ! J’étais confus et demeurai perplexe ; enfin, de ma besace, je tirai lentement un tout petit grain de blé et te le donnai.
Mais combien fut grande ma surprise lorsque, à la fin du jour, vidant à terre mon sac, je trouvai un tout petit grain d’or parmi le tas de pauvres grains. Je pleurai amèrement alors et pensai : « Que n’ai-je eu le coeur de te donner mon tout ! »
Rabindranath Tagore

7.         L’amour de la compagne ou du compagnon

Chants d’amour pour l’être aimé

Au bout de tous mes voyages
Au fond de tous les tourments
Au tournant de tous les rires
Sortant de l’eau et du feu
L’été, l’hiver je t’ai vue
Dans ma maison je t’ai vue
Entre mes bras je t’ai vue
Dans mes rêves je t’ai vue
Je ne te quitterai plus.
Paul Eluard

Quand on n’a que l’amour
A s’offrir en partage
Au jour du grand voyage
Qu’est notre grand amour (…)

Alors sans avoir rien
que la force d’aimer
Nous aurons dans nos mains
Amis, le monde entier.
Jacques Brel

J’ai écrit ton nom sur le tronc d’un arbre mort,
Ton nom était si beau que l’arbre a refleuri…
Geneviève Imbo

Tu es ma clef de sol, de voûte, tu es mon sol, ma soute, mes deux pôles et ma poutre.
B.A. à P.E. (Saint Valentin, Libération)

Amour contre-jour
Poussière de soleil et d’océan. Loin des plages horaires.
Saint Valentin, Libération. 

Page 188

Dans la rosée du matin : ton sourire, nos corps, notre projet, notre départ. Tu cueilles des perce-neige.
Au milieu de jour sans trop nous dévorer avoir faim ensemble d’un autre monde possible avec les autres. Je renouvelle ta rose.
Le soir approche : serre moi fort…L’orchidée choisie ensemble se penche doucement.
Amour, dans d’autres paysages, ailleurs, cueillerons-nous des perce-neige ?
Saint Valentin, Libération

Tu m’as donné la plus belle découverte de ces vingt premières années. J’en suis encore toute étonnée et émue.
Saint Valentin, Libération

Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire j’ai vu tous les soleils y venir se mirer.
Aragon

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.
E. de la Boétie

J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé, couché avec ton fantôme qu’il ne me reste plus peut-être et, pourtant, qu’à être fantôme parmi les fantômes et plus ombre cent fois que l’ombre qui se promène et se promènera allègrement sur le cadran solaire de ta vie.
Robert Desnos

J’ai tout appris de toi
Jusqu’au sens du frisson
Aragon

J’entends vibrer ta voix dans tous les bruits du monde.
Paul Eluard

Si mon coeur
Etait une fleur
J’aimerais que son parfum
Au petit matin
T’embrasse
Et t’enlace
Dans tes draps blancs
Sous le chant
D’une mésange
Perchée sur une pervenche.
Pigot

Un mandarin était amoureux d’une courtisane. « Je serais à vous dit-elle, lorsque vous aurez passé cent nuits à m’attendre assis sur un tabouret, dans mon jardin, sous ma fenêtre. »
Mais à la quatre-vingt-dix-neuvième nuit le mandarin se leva, prit son tabouret sous son bras et s’en alla.
Roland Barthes

D’emblée nous fûmes passionnément, gauchement, franchement, atrocement amoureux; désespérément devrais-je dire aussi, car nous n’aurions pu apaiser ce désir de possession mutuelle qu’en nous imprégnant littéralement l’un de l’autre, en nous dévorant réciproquement jusqu’à la dernière particule du corps et de l’âme.
Vladimir Nabokov

Nos échanges de tendresse
Sont les partages éphémères du monde.
Jacques Salomé

Les âmes se sentent-elles à ce point, si laides qu’elles préfèrent partager de fausses richesses plutôt que d’unir de vraies pauvretés ?
Gustave Thibon 

Page 189

L’amour d’un être humain pour un autre c’est peut-être l’épreuve la plus difficile pour chacun de nous, c’est l’oeuvre suprême dont toutes les autres ne sont que les préparations.
Rainer Maria Rilke

L’amour ne donne que de lui-même et ne prend que de lui-même.
L’amour ne possède pas et ne veut pas être possédé,
Car l’amour suffit à l’amour.
Khalil Gibran

Tu es plus belle qu’une fleur d’abricotier arrosée de lune
Tu es toutes les fleurs, tous les parfums, tu es la splendeur du monde.
Lorsque je pense à toi je n’envie plus les dieux.
Chen-Teuo-Tsan

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers dont l’air est embaumé,
Que tout ce qu’on entend, l’on voit ou l’on respire
Tout dise: « ils ont aimé! ».
Lamartine

L’amour n’a qu’un mot il le redit sans cesse et il ne répète jamais, c’est l’amour.
Frédéric-Marie Bergounioux

Nous aurons des lits pleins d’odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux
Et d’étranges fleurs sur des étagères,
Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.
Baudelaire

Si je savais trouver des choses de poète
En dirai-je plus – réponds moi –
Que lorsque je te tiens ainsi, petite tête,
Et que cent fois et mille fois
Je te répète éperdument et te répète :
Toi ! Toi ! Toi ! Toi !
Paul Géraldy

Il y aura toujours un couple frémissant pour qui ce matin-là sera l’aube première.
Aragon

La très chère était nue, et, connaissant mon coeur,
Elle n’avait gardé que ses bijoux sonores,
Dont le riche attirail lui donnait l’air vainqueur
Qu’ont dans les jours heureux les esclaves des Maures. (…)

Et son bras et sa jambe et sa cuisse et ses reins
Polis comme de l’huile, onduleux comme un cygne,
Passaient devant mes yeux clairvoyants et sereins,
Et son ventre et ses seins, ces grappes de ma vigne,
S’avançaient, plus câlins que les anges du mal
Pour troubler le repos où mon âme était mise

Et pour la déranger du rocher de cristal
Où, calme et solitaire, elle s’était assise.
Baudelaire 

Page 190

Un baiser, mais à tout prendre, qu’est-ce ?
Un serment fait d’un peu plus près, une promesse
Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
Un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer.
C’est un secret qui prend la bouche pour l’oreille
Un instant d’infini qui fait un bruit d’abeille…
Edmond Rostand

Amants, quand aux lèvres l’un de l’autre vous vous portez comme pour boire.
Rilke

Et je sens des baisers qui me viennent aux lèvres…
Arthur Rimbaud

C’était le jour béni de ton premier baiser.
Mallarmé

Je serai à vous jusqu’au dernier soupir.
Anne d’Autriche

Il fallait bien qu’un visage
Réponde à tous les noms du monde
Paul Eluard

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil
A point perdu cette vesprée
Les plis de sa robe pourprée
Et son teint au vôtre pareil.
Pierre de Ronsard

Tes deux seins sont comme deux faons, jumeaux d’une gazelle, qui paissent au milieu des lis.
Le Cantique des cantiques

Mets-moi comme un sceau sur ton coeur,
Comme un sceau sur ton bras ;
Car l’amour est fort comme la mort,
La jalousie est inflexible comme le schéol,
Ses traits sont des traits de feu
Une flamme de Yahweh.
Le Cantique des cantiques

M’aimerez-vous en décembre comme en mai
M’aimerez vous de cette bonne vieille façon
Quand mes cheveux
Seront devenus gris
M’embrasserez-vous
Alors et direz-vous
Que vous m’aimez
En décembre comme en mai ?
James J. Walker

Moi je t’offrirai
Des perles de pluie
Venues de pays
Où il ne pleut pas
Jacques Brel 

Page 191

Les grandes eaux ne sauraient éteindre l’amour,
Ni les fleuves le submerger.
Le Cantique des cantiques

Que tu es belle, que tu es charmante,
Mon amour au milieu des délices !
Ta taille ressemble au palmier
Et tes seins à ses grappes.
Le Cantique des cantiques

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même,
Ni tout à fait une autre et m’aime et me comprend.
Paul Verlaine

Donne moi  tes mains pour l’inquiétude
Donne moi  tes mains dont j’ai tant rêvé
Dont j’ai tant rêvé dans ma solitude
Donne moi tes mains que je sois sauvé(…)
Donne moi tes mains que mon cœur  s’y forme
S’y taise le monde au moins un moment
Donne moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement.                 

   Louis Aragon, chanté par Marc Ogeret

Les ressorts de l’amour

Si tu veux être aimé, aime !
Sénèque

Aimer c’est partager
Souvent dit et entendu

Aimer ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction
Antoine de Saint Exupéry

Aimer c’est avoir faim ensemble et ne pas se dévorer l’un l’autre.
Gustave Thibon

Deux solitudes se protégeant, se complétant, se limitant et s’inclinant l’une vers l’autre.
Rainer-Maria Rilke

Nous n’irons pas au but un par un mais par deux
Nous connaissant par deux nous nous connaîtrons tous
Nous nous aimerons tous et nos enfants riront
De la légende noire où pleure un solitaire.
Paul Eluard

S’inventer des désirs en commun plutôt que de croire avoir des désirs communs.
Jacques Salomé
L’amour c’est comme un œuf. Il faut savoir le prendre comme un œuf. Un œuf si on le presse trop fort il casse. Si on le prend de façon trop décontractée alors il tombe. Si l’on sait bien le prendre il restera dans le creux de la main.
Alvania
Il le faut avouer, l’amour est un grand maître :
Ce qu’on ne fut jamais, il nous enseigne à l’être.
Molière 

Page 192

L’amour est un art, comme la musique.
Pierre Louys

L’absence est à l’amour ce qu’est au feu le vent :
Il éteint le petit, il allume le grand
Bussy-Rabutin

On ne fait guère de paix en amour, sans que la tendresse redouble.
Madeleine de Scudéry

L’amour c’est beaucoup plus que l’amour. Il y entre toujours autre chose, l’âme après les sens, l’âge, la douleur.
Jacques Chardonne

L’amour c’est la décision créatrice d’avoir foi dans l’autre comme capable de l’impossible.
Jean Cardonnel

Car, vois-tu, chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain.
Rosemonde Gérard

Il existe un engrenage de la violence mais il existe aussi un engrenage de l’amour, il suffit de s’aimer et çà fait boule de neige.
Madeleine Riffaud

Les regards d’amour sont ceux qui nous espèrent.
Entendu

Ne pas comptabiliser ses peines mais plutôt inventorier ses joies, ses plaisirs, ses élans, les laisser couler, s’inventer.
Jacques Salomé

C’est un amour bien pauvre celui que l’on peut calculer
W. Shakespeare

La mesure de l’amour c’est d’aimer sans mesure.
Saint-Augustin

Entre deux individus l’harmonie n’est jamais donnée, elle doit indéfiniment se conquérir.
Simone de beauvoir

Il y a quelque chose de commun entre les amours enfantines et les amours tardives. L’érotisme passe par des jeux avec l’autre, il est ludique. On est dans la fantaisie sans être dans la performance sexuelle. A ces deux âges on jouit d’une grande liberté propice aux passions. On ne subit pas les pressions sociales.
Noëlle Châtelet

Le sourire que tu envoies revient vers toi.
Sagesse hindoue…et universelle

L’expression de soi-même est indispensable à la vie du couple et il ne s’agit pas de confondre cela avec une agressivité de mauvais aloi. S’exprimer, dire ses souhaits, ses attentes c’est le contraire de l’immobilisme et de la paralysie. S’autoriser à exister en présence de l’autre, est indispensable à toute vie de couple.             Jeannine Marroncle

Page 193

 Si tu veux être aimé, aime.

Sénèque

On ne passe pas du primat de l’intimité à la passion d’autrui. Il faut se perdre à deux et d’un commun accord pour vraiment se trouver proches, inséparables, en famille plus vaste. La passion de tous à transformer en proches fait naître des amours qui, sans ce stimulant, mesureraient le monde au bonheur domestique.

Jean Cardonnel

Un ami m’a demandé: « Qu’est-ce que l’amour ? »

Je lui dis: « L’amour est une douceur dont le jus est savoureux et la pâte amère ».

Les Mille et une Nuits

  Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.

   Etienne de la Boétie

 L’amour c’est l’occasion unique de mûrir, de prendre forme, de devenir soi-même un monde, pour l’amour de l’être aimé. C’est une haute exigence, une ambition sans limite, qui fait de celui qui aime un élu qu’appelle le large.

Rainer Maria Rilke

L’une de nos réelles sources de joie réside dans cette compréhension charnelle qu’est la sexualité pleinement assumée, dans cette amoureuse tendresse où le désir le plus vif et la plus réelle amitié se renforcent l’un l’autre indéfiniment.

Francis Jeanson

L’amour ne donne que de lui-même et ne prend que de lui-même. L’amour ne possède pas et ne veut pas être possédé.Car l’amour suffit à l’amour.

Khalil Gibran

Celui-là ne mourra jamais, dont le coeur ne vit que d’amour.

Hâfez Shirâzi

Se parler, s’écouter

 

Le regard est le premier billet doux des amants.

Entendu

Si tu parles trop sur moi

Je ne m’entends plus.

Jacques Salomé

Page 194

On se rate, on se manque, on ne se trouve pas

Lorsque l’un veut parler l’autre n’écoute pas

Lorsque l’autre sourit l’un devient ombrageux

Et ces cons de je t’aime qui commencent par Je.

Çà marcherait mieux quelquefois si l’on disait: tu es aimé

Sans plus jamais parler de soi en premier.

P. Tisserand

Je m’épuise à vivre ses horaires et je sens que mes désirs n’ont pas d’horloge.

Cité par Jacques Salomé

Le véritable égoïste est celui qui ne pense qu’à lui quand il parle d’un autre.

Pierre Dac

A se dire « tous ces petits riens qui ne valent pas la peine d’être dits mais qui valent la peine d’être entendus ».

Jean Giraudoux

Unions, mariages

 

On doit respecter le mariage tant qu’il n’est qu’un purgatoire et le dissoudre s’il devient un enfer.

Proverbe anglais

Un bon mariage est celui où chacun des époux a la chance de pouvoir tolérer l’intolérable de l’autre.

Jean Rostand

Celui qui s’est marié une fois mérite une couronne de patience. Celui qui s’est marié deux fois une camisole de force.

Proverbe d’Italie

Le mariage doit incessamment combattre un monstre qui dévore tout : l’habitude.

Balzac

Quand elles nous aiment ce n’est pas vraiment nous qu’elles aiment. Mais c’est bien nous, un beau matin, qu’elles n’aiment plus.

Paul Géraldy

Beaucoup d’hommes et de femmes ne se relèvent pas de confondre leurs battements de coeur pour un individu avec la tragédie d’amour d’humanité. Les amoureux sont seuls au monde, pas ceux qui aiment.

Jean  Cardonnel

Page 195

Ce qui nous manquait c’était une maison de mots où habiter ensemble. Nous étions deux carpes enfouies dans la vase de notre vie quotidienne, nous serons désormais comme deux truites frémissant flanc à flanc dans les eaux d’un torrent de montagne.

Michel Tournier

Hommes, femmes… et humour

 

On ne peut pas vivre  avec les femmes  ni sans elles.

George Gordon Byron

On ne peut pas vivre avec les hommes ni sans eux.

Signé: une femme

Dieu que tu étais jolie ce soir au téléphone.

Sacha Guitry

Dans tous les cas mariez-vous. Si vous tombez sur une bonne épouse vous serez heureux. Et si vous tombez sur une mauvaise vous deviendrez philosophe, ce qui est excellent pour l’homme.

Socrate

Dans tous les cas mariez-vous. Si vous tombez sur un bon époux vous serez heureuse. Et si vous tombez sur un mauvais vous deviendrez philosophe, ce qui est excellent pour la femme.

Signé : une femme

Vous n’êtes pas belle : vous êtes pire !

Victor Hugo

Son sommeil était de beaucoup ce qu’elle avait de plus profond.

Sacha Guitry

Son sommeil était de beaucoup ce qu’il avait de plus profond.

Signé : une femme

Ci-gît ma femme : Oh ! qu’elle est bien

Pour son repos et pour le mien.

Jacques du Lorens

Page 196

Ci-gît mon homme : Oh ! qu’il est bien

Pour son repos et pour le mien.

Signé : une femme

L’homme est de feu, la femme d’étoupe, le diable souffle.

Proverbe catalan

Les hommes ont toujours raison

mais les femmes n’ont jamais tort.

Proverbe des Pays-Bas

L’amour est une fumée faite de la vapeur des soupirs.

William Shakespeare

L’amour de la femme et les caresses du chat durent aussi longtemps qu’on leur en donne.

Proverbe d’Espagne

On dit que les hommes connaissent cent façons de faire l’amour, et que les femmes en connaissent mille de ne pas le faire.

Dicton italien

Mieux vaut un plat de légumes avec affection qu’un boeuf gras avec de la haine.

La Bible. Ancien Testament

Vieilles amours et vieux tisons s’allument en toutes saisons.

Proverbe de France

Je t’en veux autant du mal que je t’ai fait que de celui que tu m’as fait.

Truffaut

Je suis contre les femmes, tout contre.

Sacha Guitry

2.                Amitié

 

Ainsi le vieux bois pour brûler, de vieux livres pour lire, de vieux vins pour boire, de même il est préférable de posséder de vieux amis.

Page 197

L. Wright

Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles :

« Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,

Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles

Un chant plein de lumière et de fraternité (…) ».

Baudelaire

On connaît une bonne source dans la sécheresse et un bon ami dans l’adversité.

Proverbe chinois

Le froncement de sourcils de l’ami vaut mieux que le sourire de l’ennemi.

Proverbe d’Inde

Quand mes amis sont borgnes je les regarde de profil.

Proverbe de France

Ce n’est pas à table mais en prison que l’on sait si l’ami est bon.

Proverbe yougoslave

L’amour et l’amitié sont ce que nous avons inventé de mieux pour nous donner l’illusion de ne pas être totalement seuls.

Orson Welles

L’amitié c’est quand les canons servent de bancs.

Julien (« Je t’écris pour la vie », texte à Oradour-sur-Glane)

Parce que c’était lui ; parce que c’était moi…

Montaigne parlant de son ami Etienne  de la Boétie

Des bateaux j’en ai pris beaucoup

Mais le seul qui ait tenu le coup

Qui n’ait jamais viré de bord

Mais viré de bord

Naviguait en père Pénard

Sur la grand mare des canards

Et s’appelait les copains d’abord

Page 198

Les copains d’abord

Brassens

3.           Amour des autres

Chants d’amour des autres

 

Sur la place chauffée au soleil

Une fille s’est mise à danser

Elle tourne toujours pareille

Aux danseuses d’antiquités

Hommes et femmes sont assoupis

Et regardent par le carreau

Cette fille qui danse à midi (…)

Ainsi certains jours paraît

Une flamme en nos coeurs

Mais nous ne voulons jamais

Laisser luire sa lueur (…)

Jacques Brel

Il est temps de lever les yeux vers le monde qui vient

Il est temps de jeter la fleur qui se fane en vos mains.

Il est temps de bâtir la paix dans ce monde qui meurt

Il est temps de laisser l’amour libérer votre coeur.

Chant

Les noms de Dieu et en particulier de son représentant appelé Jésus ont été employés, usés, abandonnés au long des berges du fleuve des vies (…)

Pourtant si l’on palpe ces noms sacrés, ces soldes des océans de l’amour et de la peur, quelque chose demeure: une lèvre d’agate, une empreinte irisée qui tremble encore dans la lumière.

Pablo Neruda

Page 199

Ce n’est pas vrai que tout amour décline,

Ce n’est pas vrai qu’il nous donne au malheur,

Ce n’est pas vrai qu’il nous mène au regret,

Quand nous voyons à deux la route vers l’avenir.

Ce n’est pas vrai que tout amour dérive,

Quand les forces qui montent ont besoin de nos forces.

Ce n’est pas vrai que tout amour pourrit,

Quand nous mettons à deux notre force à l’attaque.

Ce n’est pas vrai que tout amour s’effrite

Quand le plus grand combat va donner la victoire

 

Ce n’est pas vrai du tout ce qu’on dit de l’amour,

Quand la même colère a pris les deux que s’aiment,

Quand ils font de leurs jours avec les jours de tous

Un amour et sa joie.

 Eugène Guillevic

Les fleuves coulent

La mer chante

Les océans grondent

Les marées montent.

Qui suis-je?

Un grain de sable

Sur une grève immense.

Et qui suis-je

Pour demander « Qui suis-je » ?

N’est-ce pas déjà assez

D’être ?

Texte indien d’Amérique

Je ne suis pas d’un seul pays

Je suis au coeur de ceux que j’aime,

Je ne suis pas d’un seul soleil

Je pousse mes branches

Page 200

Au coeur de ceux que je rencontre,

Je ne suis pas d’une seule terre

Je pousse mes racines

Au coeur de ceux qui vivent.

Poème fait par un père des Amis des enfants du monde

Des raisins

Ils font du vin

Du charbon

Ils font du feu

Des baisers

Ils font des hommes

C’est la douce loi

Des hommes

De changer l’eau

En lumière

Paul Eluard

La voix du feu s’entend,

Entends la voix de l’eau.

Ecoute dans le vent

Le buisson en sanglots

C’est le souffle des ancêtres…

Birago Diop

On devrait passer sa vie à dire adieu à ceux qu’on aime

Frédéric Dard

Les autres, le prochain

 

La plénitude de l’amour du prochain c’est simplement d’être capable de lui demander: « Quel est ton tourment? »

Simone Weil

L’amour du prochain est attention. Selon la première légende du Graal… le Graal, pierre miraculeuse qui rassasie toute faim, appartient à quiconque dira le premier au gardien de la pierre, paralysé et souffrant : homme quel est ton tourment ?

Simone Weil

Page 201

– Je ne puis pas jouer avec toi, dit le Renard,

Je ne suis point apprivoisé

          Qu’est-ce que cela signifie « apprivoiser » ?

          – C’est une chose trop oubliée dit le Renard

Ça signifie : « créer des liens »

Si tu m’apprivoises nous aurons besoin l’un de l’autre

Ma vie sera comme ensoleillée

          – Que faut-il faire ?

          – Il faut être patient…

Tu t’asseoiras d’abord un peu loin de moi…

Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien

Mais chaque jour tu pourras t’asseoir un peu plus près.

Antoine de Saint  Exupéry

Aux heures de miracle nous aurons vécu une certaine qualité de relations humaines : n’est-ce pas pour nous l’essentiel ?

Un étudiant de Toulouse en 1972…

Pour que l’amour renaisse au monde il nous faut lutter, lutter tous les jours. Lutter sans cesse. Et sans s’occuper du reste. Je veux dire: des pusillanimes, des calculateurs ou des lâches.

Faire ce qu’on peut c’est trop peu. Il faut faire davantage. Il faut faire beaucoup plus. Beaucoup plus que ce qu’on peut. Chaque jour, tous les jours. Tout amour semé, tôt ou tard, fleurira.

Raoul Follereau

Les gens, il conviendrait de ne les connaître que disponibles à certaines heures pâles de la nuit, près d’une machine à sous, avec des problèmes d’hommes, simplement, des problèmes de mélancolie.

Léo Ferré

On demande à la fleur son parfum et à l’homme la politesse.

Proverbe Hindou

Les autres ? C’est l’immense foule de ceux auxquels on se soustrait en se laissant aller à soi.

Jean Cardonnel

Le plus grand bien que nous faisons aux autres hommes n’est pas de leur communiquer notre richesse mais de leur faire découvrir la leur.

Page 203

Louis Lavelle

Si on me presse de dire pourquoi je l’aimais, je sens que cela ne peut s’exprimer qu’en répondant: « Parce que c’était lui, parce que c’était moi. »

Montaigne

Il s’agit de rapprocher les hommes, de les faire devenir proches simplement, donc radicalement (…) Rapprocher les hommes çà bouscule tout, çà dérange tout le monde uniquement parce qu’il faut soulever les montagnes de choses qui s’entassent entre les gens et qui rendent toujours plus ardu l’art de se rapprocher.

Jean Cardonnel

Que la pensée de la Trace se pose, par opposition à la pensée du système, comme une errance qui oriente.

Nous connaissons que la Trace est ce qui nous met, nous tous, en Relation.

Edouard Glissant

Il faut s’endurcir mais ne jamais se départir de sa tendresse.

Che Guevara

J’ai frappé à ta porte

J’ai frappé à ton cœur

Pour avoir un bon lit

Pour avoir un bon feu

Pourquoi me repousser ?

Ouvre-moi mon frère !

Pourquoi me demander

Si je suis d’Afrique

Si je suis d’Amérique

Si je suis d’Asie

Si je suis d’Europe ?

         Ouvre-moi mon frère !…

Pourquoi me demander

La longueur de mon nez

L’épaisseur de ma bouche

La couleur de ma peau

Page 204

Et le nom de mes dieux ?

         Ouvre-moi mon frère !…

Je ne suis pas un noir

Je ne suis pas un rouge

Je ne suis pas un jaune

Je ne suis pas un blanc

Mais je ne suis qu’un homme

         Ouvre-moi mon frère !…

Ouvre-moi ta porte

Ouvre-moi ton cœur

Car je suis un homme

L’homme de tous les temps

L’homme de tous les cieux

L’homme qui te ressemble !…

René Philombe

Adieu, dit le Petit Prince. Adieu dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple: on ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux.

Antoine de Saint-Exupéry

Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix,

Là où est la haine

Que je mette l’amour

Là où est l’offense

Que je mette le pardon

Là où est la discorde

Que je mette l’union (…)

 

Là où est le désespoir

Que je mette l’espérance

Là où sont les ténèbres

Que je mette la lumière

Là où est la tristesse

Que je mette la joie (…)

Faites, Seigneur que je ne cherche pas tant d’être consolé

Que de consoler, d’être compris que de comprendre,

D’être aimé que d’aimer.(…)

François d’Assise

Page 205

La définition stable, locale, du prochain c’est celui-là, c’est un tel, c’est à côté. Le prochain c’est celui qui me dispense d’aller plus loin parce qu’au delà du prochain il y a l’étranger. Aimer le prochain çà n’engage en rien. On fait le bien et rien ne bouge. Mais rapprocher les hommes çà bouscule tout, çà dérange tout le monde. Se rendre toujours plus proches les uns des autres.

Jean Cardonnel

Amour : quel sens ?

 

L’amour est l’ultime signification de tout ce qui nous entoure.

Tagore

J’ose risquer tout mon être sur un pari, un pari sur l’Amour.

Jacques de Bollardière

Mais toi, rien ne t’efface, amour !

Victor Hugo

J’appelle amour la plus haute façon d’être libre et de lutter contre la mort.

Marcel Arland


Que cette aventure des humains qui arrivent, rient, bougent, puis soudain ne bougent plus, que cette catastrophe qui nous attend ne nous rende pas tendres et pitoyables les uns envers les autres, cela est incroyable. 

Albert Cohen    

       

C’est pour l’amour qu’on demande, qu’on cherche, qu’on connaît. Aime donc et fais ce que tu veux.

Saint-Augustin

Je n’existe que dans la mesure où j’existe pour autrui. A la limite être c’est aimer.

Emmanuel Mounier

Je crois en la religion de l’amour où que se dirigent ses caravanes, car l’amour est ma religion et ma foi.

Ibn Arabi

Je ne connais qu’un seul devoir et c’est celui d’aimer.

Albert Camus

Page 206

La recréation, la recoloration perpétuelle du monde dans un seul être, telles qu’elles s’accomplissent par l’amour, éclairent en avant de mille rayons la marche de la terre.

André Breton


A tous ceux, parents, amis, inconnus,

  qui ont transformé pour moi cette vallée de larmes en un Paradis retrouvé,

A la vie, si belle qu’il vaut la peine de mourir pour elle.

A la mort donc, fatale épouse et inconséquente génitrice.

A l’amour enfin, maitre incontesté des lois de l’univers.

   Merci.                            

Jacques   Phytilis

 

Et la Terre était en fête

Et il y avait un Cantique nouveau

Et toutes les autres planètes

Habitées entendirent

Chanter la Terre

Et c’était un chant d’amour

Ernesto Cardenal

L’amour excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L’amour ne passera jamais.

Saint Paul

Poursuivez ce rêve éveillé. Le choeur des parents que nous sommes le berce en vous murmurant le chant de Rip aux deux enfants sur ses genoux :

« Aimez-vous, quand on s’aime on est jeune toujours ! « . Et les deux enfants répondent : « Oui, nous nous aimerons toujours; oui, nous nous aimerons toujours ».

Henri Escaravage

Là où tu aimeras le mieux, là est ta vocation.

Entendu

Savoir moins et aimer plus est plus louable que de savoir plus et de ne pas aimer.

Erasme

Page 207

On peut faire beaucoup avec la haine, mais encore plus avec l’amour.

William Shakespeare

La vie est un sommeil, l’amour en est le rêve. Et vous aurez vécu si vous avez aimé.

Alfred de Musset

Si une idée paraît avoir échappé jusqu’à ce jour à toute entreprise de réduction et, loin d’encourir leur fureur, avoir tenu tête aux plus grands pessimistes, nous pensons que c’est l’idée d’amour, seule capable de réconcilier tout homme, momentanément ou non, avec l’idée de vie.

André Breton

Il est dérisoire de parler d’amour, de réconciliation tout en n’attaquant pas radicalement les structures d’injustice garanties par la violence institutionnelle.

Georges Casalis

Il y a seulement de la malchance à n’être pas aimé, il y a du malheur à ne pas aimer.

Albert Camus

Je puis regretter d’avoir menti, d’être la cause de ruines et de souffrances mais même si j’étais sur le point de mourir, je ne pourrais me repentir d’avoir aimé.

Graham Green

Quand l’amour, la jeunesse, la patience ont mis les bouts, la tendresse sauve tout.

Pierre Perret

 

Ni l’intelligence élevée, ni l’imagination, ni toutes deux réunies ne font le génie.

Amour ! Amour ! Voilà l’âme du génie

Amadeus Mozart

Aimez, aimez, tout le reste n’est rien.

Jean de la Fontaine

4.                  Foi

Que la foi soit mon toit, que la bonté soit mon rez-de-chaussée.

Théodore Monod

J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.

Nouveau Testament

Page 208

Avoir du souffle dans ce que l’on fait ! L’histoire est connue : un homme passait près de trois maçons. « Que faites vous ? » demande-t-il. Le premier lui dit : « Je mets des pierres les unes sur les autres ». Le second lui dit : « Je fais un mur ». Le troisième lui répondit : « Je construis une cathédrale ».

Entendu…

La foi que j’aime le mieux, dit Dieu, c’est l’espérance.

Péguy

La foi c’est vingt-quatre heures de doute, moins une seconde d’espérance.

Bernanos

La foi qui n’agit point est-ce une foi sincère ?

Racine

Une foi qui ne doute pas est une foi morte.

Miguel de Unamuno

Il avait décidé d’accorder seulement la moitié de son esprit aux choses en quoi il croyait (ou croyait croire) pour garder l’autre disponible au cas où fut vrai le contraire.

Umberto Eco

… Et si malgré tout j’éprouvais encore le besoin de rattacher ma foi à quelque croyance, alors je choisirais de croire à l’éventuel triomphe de cette force prodigieuse qui ne cesse de travailler l’histoire des hommes, et dont aucun d’entre eux ne dispose vraiment – et qu’il faut bien qu’on dise surnaturelle puisqu’elle leur permet de maîtriser la nature et de transcender ensemble, progressivement, leurs ressources individuelles (…).

Francis Jeanson

La foi n’est pas faite pour qu’on en parle mais pour qu’on la vive.

Gandhi

Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix !

Là où il y a de la haine, que je mette l’amour

Page 209

Là où il y a la discorde que je mette l’union

Là où il y a le doute, que je mette la foi

Là où il y a les ténèbres, que je mette votre lumière

Là où il y a la tristesse, que je mette la joie

O maître, que je ne cherche pas tant

A être consolé…qu’à consoler,

A être compris….qu’à comprendre,

A être aimé…qu’à aimer, car

C’est en donnant…qu’on reçoit

C’est en s’oubliant…qu’on trouve,

C’est en pardonnant…qu’on est pardonné,

C’est en mourant…qu’on ressuscite à l’éternelle vie.

François d’Assise

Fort de toute sa science, peux-tu dire comment et d’où vient cette lumière qui entre dans l’âme ?

David Henry. Thoreau


Je fais encore le rêve que, grâce à cette foi, nous serons capables de repousser au loin les tentations du désespoir et de jeter une nouvelle lumière sur les ténèbres du pessimisme. Oui, grâce à cette foi, nous serons capables de hâter le jour où la paix règnera sur la terre et la bonne volonté entre les hommes.(…)  Avec cette foi, nous serons capables de distinguer dans la montagne du désespoir une pierre d’espérance. Avec cette foi, nous serons capables  de transformer les discordes  criardes  de notre nation en une superbe symphonie de fraternité. 

 Martin-Luther King 

                                                                                                     

5.                  L’art

 

L’art est un antidestin.

André Malraux

Avec l’amour, l’amitié et la fraternité d’action l’art est le plus court chemin d’un homme à un autre.

Claude Roy

Ce que l’art est tout d’abord et ce qu’il demeure avant tout, est un jeu

Georges Bataille

L’art, mes enfants, c’est d’être absolument soi-même.

Verlaine

Page 210

Les oeuvres d’art sont d’une infinie solitude. Rien n’est pire que la critique pour les aborder. Seul l’amour peut les saisir, les garder, être juste envers elles.

Rainer Maria Rilke

La beauté de Venise prouve d’abord que l’homme existe.

François Mitterrand

L’art naît de contrainte, vit de lutte, meurt de liberté.

Gide

L’art est ce pourquoi les formes deviennent style.

André Malraux

La nature imite l’art bien plus que l’art n’imite la nature.

Oscar Wilde

L’art, c’est la pensée humaine

Qui va brisant toute chaîne !

L’art c’est le doux conquérant !

A lui le Rhin et le Tibre !

Peuple esclave, il te fait libre,

Peuple libre, il te fait grand !

Victor Hugo

La culture c’est la connaissance du plus grand nombre d’œuvres par le plus grand nombre d’hommes.

André Malraux

Le beau est le symbole du bien moral.

Emmanuel Kant

La beauté est pauvre : l’enrichir outre mesure c’est la ruiner, à la manière dont une fleur

trop ornementale perd tout parfum.

Jacques Phytilis

L’amour sera. Nous réduirons l’art à sa plus simple expression qui est l’amour.

André Breton

Page 211

L’histoire de l’art est celle des formes inventées contre les formes héritées.

Malraux

Il me semblait que la musique était une belle muette aux yeux pleins de sens.

Sartre

La musique permet une expérience unique qui touche notre rapport au temps(…)

Une sublime évidence éclate soudain quand le temps maudit, tâtonnant, laborieux,

le temps de l’impatience et de l’expectative, est touché par la grâce de

la temporalité enchantée.                                                                 

 Vladimir Jankélévitch

 

La beauté est une promesse de bonheur

Stendhal

Créer, ça n’est pas tuer, ça n’est pas mourir, et pourtant si. Ça n’est pas de se perdre, ni hurler, et pourtant si.

C’est tirer du néant et continuer. C’est entrer en religion et refuser le voile, faire sortir de soi l’authentique, défier la logique, le hasard, l’ordre.

C’est « courir dans sa tête », comme l’amoureux de Barthes. C’est comprendre qu’il n’y a aucune donnée exacte, précise ou rationnelle, classer et défaire, détruire et bâtir. C’est vivre de la démesure, de l’absurde et les mesurer. C’est s’exposer en plein, se donner, claquer. Etre vraiment sûr, mais sans savoir pourquoi, en affirmant qu’on sait même quand on ne sait pas.

Etre double, triple, multiple mais savoir être « unique ».

Jouer, entraîner, exagérer. Envoyer dans le coeur ses troubles, ses émotions, sa sensibilité.

C’est être impudique. C’est être public.

C’est invivable et c’est divin.

C’est la seule façon de vivre.

Autrement on meurt.

Sonia Rykiel

 

 

DEUXIEME PARTIE :   NOTRE SOUFFLE ! 117   CHERCHER SON SOUFFLE117

  1.      Capacité au questionnement 117
  2.      Penser  119

Esprit critique

Interdisciplinarité, globalité

Discours créateur

Humilité dans la pensée

Erreur et vérité

Doute et certitude

Méthode

Intelligence

Dieu

  1.      Ecouter , parler, écrire  126

Parler

Ecouter

Le Silence

Ecrire

  1.      Se rappeler  130

Mémoire

Devoir de mémoire, devoir d’action

  1.      Vouloir  131

Non à la résignation

Premier pas

Ressorts de la volonté

Choisir

Volonté : quel sens ?

Le désir

Hasard et volonté

Page 113

  1.      Chercher l’essentiel136
  2.            AVOIR ET/OU RETROUVER DU SOUFFLE  137
  3.      L’utopie créatrice 137

Critique du réalisme

Défense de l’utopie créatrice

Stratégie de l’utopie concrète

Utopie créatrice portée par…

  1.      L’optimisme, l’espérance  142

C’est beau la vie

Optimisme, pessimisme

Espoir, espérance

Espérance?

Espérer… encore…

Patience

  1.      L’humour  148

L’humour en général

Traits d’humour

  1.      Sagesse et folie  150
  2.      Imagination  151
  3.      Maîtriser des peurs  152
  4.      La révolte  154
  5.      Ethique  156
  6.      Résistance  157

10.   La solidarité  159

11.   Responsabilité  161

12.   Autonomie  161

  1.   Risque  162

Importance du risque

Se lever !

  1.   Fidélité  165
  2.   Courage  165

Solitude

Souffrances

Courage et souffrances

Courage : succès et échecs

Courage dans les tempêtes

Page 115

Courage : formules courtes

Courage : philosophie, organisation du courage

  1.           NOS SOUFFLES DE VIES  175
  2.      Les enfants  175

Merveilles de l’enfance

Douleurs de l’enfance

Enfants, parents…

Education des enfants

Jeu de l’enfance, jeu du monde

  1.      La joie  181
  2.      La fête  181
  3.      Le bonheur 182

Vous avez dit bonheur ?

Les lieux, les formes du bonheur

  1.      Le plaisir  186
  2.      Donner  186
  3.      L’amour de la compagne ou du compagnon 187

Chants d’amour pour l’être aimé

Les ressorts de l’amour

Se parler, s’écouter

Unions, mariages

Hommes, femmes… et humour

  1.      Amitié 197
  2.      Amour des autres  198

Chants d’amour des autres

Les autres, le prochain

Amour : quel sens ?

10.   Foi    208                                                                                                                                                                                                                                                                                    

  1.  11. L’art   210